Les 10 artistes américains les plus chers

Blue and White Abstract PaintingQuels sont les artistes américains les plus chers  ?

Qu’est ce que le monde de l’art contemporain aujourd’hui ? Les records de vente à répétition, les grandes opérations com’ et le star-system, du moins dans les plus hautes sphères de ce milieu… 

À l’occasion de la publication par Artprice d’une liste des œuvres contemporaines les plus chères vendues aux enchères (juillet 2018-juin 2019), Artsper a décidé de regarder 10 artistes multimillionnaires de plus près. Malgré des esthétiques qui diffèrent, la tendance demeure aux grands tenants du Pop Art moderne et contemporain. En marge de ce courant, certains se distinguent par leur affiliation au courant conceptuel et leur démarche très expérimentale. Mais qui sont les 10 artistes américains les plus chers ?

1. Jeff Koons

Jeff Koons, Rabbit (1986)

Artistes américains les plus chers Le premier de cette liste est, sans surprise aucune, le roi du kitsch américain Jeff Koons. Notamment depuis la vente chez Christie’s (New York) de son œuvre « Rabbit » pour la modique somme de… 91 075 millions de dollars.

Saviez-vous que, avant de faire études d’art au Maryland Institute College of Art de Baltimore, Koons était courtier en bourse à Wall Street ? Dans la lignée de Duchamp, Jeff Koons pratique le détournement d’objets quotidiens. Il s’inspire également d’Andy Warhol dans l’imagerie Pop Art et la création d’une image publique sulfureuse.

Son thème de prédilection est l’enfance, et plus particulièrement les jouets. Les mythes et légendes de la culture de masse combinée à la mise en échec des notions de « bon goût » sont aussi explorés. Jeff Koons réussit avec brio le paradoxe d’être l’un des artistes contemporains les plus controversés tout en faisant l’art le plus consensuel.

L’artiste se proclame « concepteur » et délègue le travail de production à une équipe de techniciens. Pour lui, l’intervention de l’artiste dans le processus de production n’est pas essentielle. La communication autour de l’œuvre produite, elle par contre, l’est.

2. Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat, Untitled (Pollo Frito), 1982 

Le 14 Novembre 2018 à Sotheby’s New York s’est vendu, pour 25 701 500 dollars, le diptyque « Untitled (Pollo Frito) » de Jean-Michel Basquiat.

La carrière de Jean-Michel Basquiat fût aussi fulgurante que brève. Elle relève d’ailleurs plus du sportif que de celle d’un artiste traditionnel. Né d’un père haïtien et d’une mère portoricaine en 1960 à Brooklyn, Basquiat disparaît à l’âge de 28 ans en 1988 à New York à la suite d’une overdose. Il demeure aujourd’hui l’un des artistes américains les plus reconnus.

Véritable comète de l’art moderne et contemporain, il est l’artiste qui a élevé le Street Art aux rangs des autres arts. Fuyant les bancs de l’école, le jeune Basquiat préfère les ruelles de New York, qu’il tague avec ses amis graffeurs. Le groupe signe ses œuvres sous le nom de SAMO (Same Old Shit), qu’ils accompagnent d’une couronne et du symbole du copyright.

L’œuvre de cette artiste est riche en références populaires, du cinéma à la littérature, en passant par les automobiles. Il n’hésite pas non plus à s’inspirer de ses racines, mais aussi de l’actualité. Basquiat souhaite exprimer à travers son travail une triple critique : contre le système. Contre la religion. Mais aussi contre la politique de son époque.

3.Christopher Wool

Christopher Wool, Untitled (1990)

En 2018, Christopher Wool vend chez Christie’s New York une œuvre au prix de 15 218 750 dollars.

L’artiste, né en 1955 à Chicago, commence à se faire connaître dans les années 1980. Il est particulièrement connu pour ses peintures de grand format. Ces dernières se présentent sous la forme de lettres noires réalisées au pochoir sur toile blanche. Mais aussi et surtout pour son questionnement du procédé pictural. Son œuvre tout entière joue sur la tension entre acte créateur et destructeur. Entre geste et suppression du geste. Et entre profondeur et surface. Il applique couches de peinture sur couches de peinture pour faire disparaître des éléments préexistants à l’œuvre. Ainsi celle-ci se définit souvent davantage pour ce qu’elle n’est pas, ou pour ce qu’elle a effacé, mais plutôt pour ce qu’elle montre.

Son esthétique trouve sa source entre Pop Art et Art Conceptuel. Il s’agit d’une application de méthodes empruntées à l’art minimal et conceptuel et alliées à une esthétique du détournement et de la répétition. À partir des années 2000, il développe une imagerie plus complexe. À cette occasion, il associe techniques sérigraphiques et peinture à la main dans une grande liberté formelle.

4. Kaws

the kaws album

Kaws, The Kaws Album,  (2005)

En avril 2019, l’artiste New Yorkais à vendu chez Sotheby’s Hong Kong son œuvre « The Kaws Album » pour 14 772 700 dollars américains !

De son vrai nom Brian Donnelly, Kaws, est un artiste et designer américain né en 1974 à Jersey City (New Jersey), aux États-Unis. Street artiste, peintre, illustrateur, sculpteur, éditeur, Kaws touche à tout ce qui entoure l’univers du Pop Art. Diplômé en 1996 d’une licence en illustration de la School of Visual Arts de New-York, il travaille quelque temps en tant que freelance pour Disney.

À travers la peinture, la sculpture, le design et la création de « jouets », Kaws s’est véritablement imposé sur la scène du Pop Art. Son travail, inspiré par la culture populaire (Disney, les Simpsons…) est exposé dans de nombreux musées de renom. Pensons par exemple au High Museum à Atlanta, le Modern Art Museum de Fort Worth au Texas et la collection Rosenblum à Paris. À l’image de Jeff Koons, cet artiste se plaît à brouiller les frontières entre beaux-arts et art commercial.

Désormais reconnu sur la scène internationale, il travaille pour de grandes enseignes commerciales telles que Nike pour qui il dessinera une paire de sneakers. Mais aussi pour l’industrie de la musique et du cinéma en collaborant notamment avec Kanye West, Burton, Pharrell Williams et bien d’autres.

5. Mark Rothko

Le 16 mai 2019, l’incontournable Mark Rothko à vendu chez Sotheby’s New York une œuvre au prix de 50 095 250 dollars.

Rothko est sans aucun doute l’un des artistes américains d’après-guerre les plus influents et connus au monde. Ses toiles abstraites, reconnaissables à leurs blocs de couleurs, se vendent à prix d’or.

Dès le début des années 1930, il s’intéresse à l’expressionnisme et représente des scènes closes aux couleurs acidulées. Dix ans plus tard, il y ajoute des accents surréalistes et choisit des images plus abstraites. On y trouve des formes humaines et animales rappelant les symboles de mythes antiques. Il peint l’humanité en lutte contre son libre-arbitre. Reconnu comme étant un artiste liant abstraction et spiritualité, Rothko se distingue des artistes de son temps. Plus tard dans sa carrière, le peintre passe peu à peu de la figuration à l’abstraction.  Toutefois, l’expression et surtout les émotions restent centrales dans son œuvre.

6.Edward RuschaEd Ruscha (b. 1937) | Hurting the Word Radio #2 | 20th Century, 1960s |  Christie's

Ed Rusha, Hurting the Word Radio #2, (1964)

Le 13 novembre 2019, un acheteur a dépensé chez Chritie’s New York 52 485 000 dollars pour une toile de l’artiste Ed Ruscha. L’œuvre fait partie d’un ensemble de « peintures de textes » de l’artiste. Ruscha est l’un des artistes américains les plus innovants des années 60. À la même époque, alors que Andy Warhol et Roy Lichtentstein entraient dans sur la scène florissante du Pop Art, Ruscha a proposé sa propre vision du mouvement,

Ed Ruscha est né en 1937 dans le Nebraska et s’installe à Los Angeles en 1956. Là, il commence à faire parler de lui sur la scène artistique en faisant des collages. Son œuvre est associée au Pop Art car il puise son inspiration dans la société actuelle, la publicité et la culture de masse. Ses médiums de prédilection sont la peinture et la photographie. Dès la fin des années 50, Ruscha commence à introduire du texte dans ses œuvres. Inspiré par le style de Jasper Johns et de Robert Rauschenberg, il souhaite utiliser le graphisme pour explorer la peinture non seulement en tant qu’objet, mais aussi en tant qu’illusion. Il considère ainsi ses œuvres comme des « constructions visuelles ».

7. Andy Warhol

Andy Warhol (1928-1987), Double Elvis [Ferus Type], 1963. Silkscreen ink and silver paint on linen. 81 7⁄8 x 52 3⁄4 in (208 x 134 cm.) Sold for $53,000,000 in the Post-War and Contemporary Art Evening Sale on 15 May at Christie’s in New York. Artwork © 2019 The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc.  Licensed by Artists Rights Society (ARS). Elvis Presley™;

Andy Warhol, Double Elvis [Ferus Type], (1963)

Impossible de parler des artistes américains les plus chers du marché sans mentionner le nom d’Andy Warhol ! Plus de 30 ans après sa mort, l’icône du Pop Art continue de vendre ses œuvres à prix d’or… En témoigne la vente du 30 novembre 2019 chez Chritie’s New York de sa toile « Double Elvis [Ferus Type] » pour 53 000 000 de dollars ! L’œuvre a été produite à l’occasion d’une exposition à la Ferus Gallery, en 1963 à West Hollywood. Warhol photographie Elvis Presley au moment de son retour aux États-Unis, après deux ans de service militaire. Pur produit hollywoodien, Presley ne pouvait qu’être un sujet de prédilection pour l’artiste !

Né le 6 août 1928, à Pittsburgh, en Pennsylvanie, Andrew Warhola est l’un des artistes américains ayant révolutionné l’art des années 1960 à 1980. Il est aujourd’hui devenu un véritable mythe, voire plus, une icône incontestable dans l’histoire de l’art. Au début de sa carrière, Warhol travaille pour des revues publicitaires de renom, tels que Glamour, Vogue, ou encore le célèbre Harper’s Bazaar. Publiciste mondain et excentrique, il a marqué l’art contemporain. Figure de proue du Pop Art, il a compris, avant beaucoup, l’importance de l’image dans la société de consommation.

8. Robert Rauschenberg

Les artistes américains les plus chers

Robert Rauschenberg, Buffalo II, (1964)

Le 15 mai 2019, Christie’s New York a vendu une toile emblématique de l’artiste américain Robert Rauschenberg. Pour la somme de… 88 805 000 dollars ! L’œuvre était estimée à environ 50 millions de dollars.

Robert Milton Ernest Rauschenberg est né le 22 octobre 1925 à Port Arthur au Texas, et mort le 12 mai 2008 à Captiva, en Floride. Artiste plasticien américain appartenant aux mouvements de l’expressionnisme abstrait et du Néo-dada, il est aussi l’un des précurseurs du Pop Art.  Ses réalisations vont de la peinture à la gravure, en passant par la photographie, la chorégraphie et la musique.

L’œuvre vendue est une sérigraphie emblématique du peintre, qui superpose monde de l’art et monde de la politique. Immense par sa taille, sa composition est aussi riche en éléments sémiologiques, allant de l’iconique (par exemple, un portrait de de John F. Kennedy) au banal (une clé). Réunis, les éléments présents sur la toile représentent l’Amérique tout entière. Le peintre s’approprie ici les images qu’il voit dans les journaux et les magazines, et les combine avec ses propres photographies.

9. Edward Hopper

Chop Suey, 1929 by Edward Hopper

Edward Hopper, Chop Suey, (1929)

L’œuvre « Chop Suey » du célèbre peintre Edward Hopper s’est envolée lors de la vente aux enchères chez Christie’s à New York en novembre 2018. Le prix ? 92 millions de dollars alors que l’œuvre avait été achetée 170 000 dollars dans les années 70.

Né à Nyack en 1882 et mort à New York en 1967, Edward Hopper fait partie des artistes américains mondialement connus pour ses toiles représentant l’envers du décor de lamerican dream. Amoureux de la vie et de la culture française, Hopper décide pourtant de consacrer son œuvre à la représentation du pays qui l’a vu naître. Il choisit de peindre des scènes d’intérieur. Ces dernières évoquent souvent le silence et la nostalgie, la solitude et la mélancolie. Ses œuvres, saisissantes par leur réalisme, donnent à voir une Amérique en pleine mutation économique, mais surtout sociale.

10. Willem de Kooning

Les artistes américains les plus chers

Willem de Kooning, Women as Landscape, (1954-55)

Le 13 novembre 2018, Christie’s New York à vendu pour la somme de 68 937 500 dollars une toile du peintre d’origine néerlandaise mais naturalisée américain, Willem de Kooning.

De Kooning est l’un des plus célèbres artistes américains. Il est considéré comme l’un des précurseurs de l’expressionnisme abstrait. Après une formation à l’École des arts et techniques de Rotterdam, il décide d’émigrer aux États-Unis. Il arrive clandestinement à New York en 1926, âgé de 21 ans.

La toile, exécutée lors d’une période charnière dans la carrière du peintre, appartient à une série d’œuvres qui ont révolutionné la représentation du corps féminin. Le maître espagnol Pablo Picasso, avec ses Demoiselles d’Avignon l’a sûrement inspiré ! À l’image de ce dernier, De Kooning déconstruit des notions, telles que la féminité et la beauté. Quand l’œuvre de De Kooning fut exposée la première fois en 1950, elle choque la toile. Mais c’est bien ce scandale qui a fait rentrer l’œuvre dans le palmarès des créations les plus connues de l’histoire de l’art.

Sans le moindre doute, les artistes américains dominent le marché ! Nombreuses sont les toiles qui s’arrachent à prix d’or dans les maisons de ventes aux enchères. Et si le marché de l’art est apprécié pour son extrême diversité, la tendance reste tout de même aux grands noms de l’histoire de l’art. Derrière les États-Unis ? Sans grande surprise,  le Royaume-Uni et la Chine.

Vous pourriez aimer :