Histoire de l’art du paysage et peintures de paysages célèbres

kozien island peinture paysage
Agnieszka Kozien, Island IV, 2020, disponible sur Artsper

L’art du paysage a dramatiquement évolué au fil du temps, tout comme le paysage lui-même. De ses débuts méconnus à sa pratique courante, ce genre est devenu un sujet à part entière. D’ailleurs, certaines peintures de paysage figurent parmi les tableaux les plus connus du monde ! Voyagez dans le temps avec Artsper et découvrez les moments clés de la peinture de paysage et son rôle dans l’histoire de l’art.

La peinture de paysage chinoise : une tradition de l’Est

Bien avant que la peinture de paysage ne devienne un genre indépendant dans l’histoire de l’art en Occident, elle puise ses origines dans la tradition chinoise. Le shan shui, qui apparaît au 6e siècle, est la forme de peinture de paysage la plus célèbre aujourd’hui. Ce genre de peinture chinoise utilise de l’encre à la place de la peinture traditionnelle. Inspiré par la tradition philosophique taoiste, le shan shui considère que les humains et les animaux vivent en équilibre avec la nature. Comme le symbole du yin et yang, cette idée se manifeste à travers le contraste entre les montagnes robustes et l’eau douce des rivières et des cascades.

« La peinture Shan shui n’est pas une fenêtre ouverte pour l’œil du spectateur, c’est un objet pour l’esprit du spectateur » explique Ch’eng Hsi. La couleur ou la vraisemblance ne sont pas des aspects principaux de la peinture de paysage. La tradition shan shui prend en compte des exigences spirituelles importantes. Elles s’articulent principalement autour de 3 éléments : le chemin, le seuil et le cœur. Les chemins shan shui, par exemple, s’inspirent du parcours naturel des rivières ou du soleil, ne prenant jamais la forme d’une ligne droite. Ce chemin doit, à son tour, conduire à un seuil qui sert d’accueil. Enfin, le cœur se montre comme le point de fuite du tableau vers lequel tous les autres éléments doivent converger.

gongwang montagnes peinture paysage
Huang Gongwang, Dwelling in the Fuchun Mountains: The Master Wuyong Scroll (section), 1350

La peinture de paysage à la Renaissance : un cadre pour la narration

L’art du paysage pendant la Renaissance s’est construit autour d’histoires bibliques, mythologiques et historiques. À cette époque, très peu d’artistes font du paysage le sujet principal de leurs œuvres, le représentant toujours en arrière-plan. Les avancées mathématiques de l’époque ont profondément touché la peinture de paysage. En effet, les multiples découvertes mathématiques et scientifiques ont apporté une meilleure compréhension de la perspective et de la proportion, ce qui a radicalement transformé les représentations de paysage. 

La peinture de paysage a été reconnue officiellement comme genre artistique au 16e siècle, se plaçant aux côtés de la peinture d’histoire, du portrait, de la peinture de genre et de la nature morte. Malgré ce titre, le genre du paysage va encore rester insignifiant, jugé inférieur aux autres genres plus traditionnels et académiques. L’œuvre de Joachim Patinier intitulée Paysage avec la barque de Charon, démontre l’admiration de l’artiste pour la nature, étant lui-même fortement inspiré par ses voyages. Mais une fois encore, le paysage est au second plan, laissant le récit mythologique de Charon et les Enfers au premier plan.

patinier peinture paysage
Joachim Patinier, Landscape with Charon Crossing the Styx, 1520-1524

La peinture de paysage romantique et ses contrastes

À la fin du 18e siècle, la peinture de paysage va prendre de l’ampleur grâce au mouvement romantique. Le paysage est au cœur de ce mouvement. De symbolique religieux il se transformera en expression personnelle. Dès lors, émotions et admiration pour la nature vont s’entremêler. La réflexion personnelle de l’artiste dans ses œuvres est l’une des caractéristiques singulières de ce mouvement. On considère qu’il y a trois catégories de la peinture de paysage romantique : pittoresque, bucolique et sublime. Ces trois styles s’inscrivent dans un contexte lié à l’augmentation rapide de l’urbanisation et à la révolution industrielle.

Le pittoresque

Le pittoresque met en valeur l’aspect sauvage et la beauté des paysages naturels, préservés de l’intervention humaine et de l’urbanisation. Cette forme de peinture de paysage est née lorsque les individus ont commencé à se rendre compte de la beauté de ces endroits calmes, ayant peur qu’ils ne disparaissent complètement avec le temps.

Le bucolique

La peinture de paysage bucolique célèbre surtout la domination de la nature par l’homme, comme le montre l’œuvre de John Constable intitulée Moulin de Flatford. L’atmosphère tranquille est représentée par une rivière, d’outils en bois et d’un cheval aux couleurs douces.

moulin de flaford peinture paysage
John Constable, Moulin de Flatford, 1817

Le sublime

À l’inverse, le sublime cherche à représenter la puissance divine de la nature. Le sublime romantique est principalement basé sur la crainte du monde naturel et de sa force. Le sublime veut contrer l’industrialisation croissante, qui menace de détruire la nature. De plus, les romantiques, à travers leurs œuvres dites sublimes, donnent à voir la grandeur de la nature qui possède en elle la colère de Dieu.

Une avalanche de glace dans les Alpes de Philippe James De Loutherbourg illustre parfaitement cette idée. Les figures, minuscules, sont en retrait face aux montagnes imposantes. La menace mortelle d’une probable avalanche est omniprésente.

Loutherberg avalanche peinture paysage
Philip De Loutherbourg, Une avalanche de glace dans les Alpes, 1803

Le paysage impressionniste : la peinture en plein air

La fin du 19ème siècle ouvre une nouvelle ère pour le paysage moderne, celle de l’impressionnisme. Premièrement, l’invention des premiers tubes de peinture à l’huile ont permis aux artistes de quitter leur atelier et de travailler à l’extérieur. La peinture impressionniste en est le résultat : les artistes ont la chance de peindre sans décalage et de représenter ce qu’ils voient au moment présent. Dès lors, la peinture de paysage devient très à la mode. 

Avec l’impressionnisme, la peinture se réoriente. Désormais, les artistes ne cherchent plus à représenter le moindre petit détail, mais plutôt à capturer l’ambiance générale. Pour ce faire, ils jouent avec la couleur et le contraste entre la lumière et l’ombre. L’inspiration ne vient plus du paysage lui-même, mais de l’impression qu’il laisse sur le peintre. Prenons pour exemple l’œuvre de Claude Monet intitulée Impression soleil levant. Cette dernière est une des peintures impressionnistes les plus célèbres, étant l’inspiration même du mouvement qu’il nomme. Très peu détaillée, la peinture résume parfaitement l’ambiance d’un lever du soleil, utilisant des couleurs variées pour montrer le changement de lumière et d’atmosphère.

monet soleil levant peinture paysage
Claude Monet, Impression soleil levant, 1872

L’approche urbaine de la peinture de paysage : le paysage urbain à la fin du 20ème siècle

Au 20ème siècle, l’art bascule vers l’abstrait et le conceptuel. La peinture de paysage refait surface à la fin du siècle, grâce au retour de l’art figuratif. Les scènes paisibles de campagne sont remplacées par des paysages plus modernes et urbains.

Le tableau de Richard Estes intitulé Sunday Afternoon in the Park en est un parfait exemple. Des personnes profitent du soleil à Central Park en premier plan pendant qu’on aperçoit les silhouettes des immeubles new-yorkais en arrière-plan. Cette peinture, créée à partir de 17 photographies, vise simplement à reproduire la scène de manière hyper-réaliste. La peinture, indiscernable d’une photographie, capture véritablement l’énergie de la ville.

estes parc peinture paysage
Richard Estes, Sunday Afternoon in the Park, 1989

Interprétations d’aujourd’hui : l’art du paysage au 21ème siècle

L’art du paysage reste célèbre parmi les artistes d’aujourd’hui, mais avec une définition plus libre. Parfois, les artistes s’inspirent des mouvements précédents, proposant une interprétation artistique et originale. Un mélange qui peut produire un résultat unique… 

La peinture Cueillir des fruits d’Edivaldo Barbosa souligne à la fois la nature et la vie quotidienne de son pays, le Brésil. L’utilisation de couleurs riches et vibrantes évoque l’abondance exotique et la vie animée de ce paysage paradisiaque. La lumière dispersée entre les arbres donne également une qualité presque divine à l’œuvre.   

Avec la photographie Big Fish de Dariusz Klimczak, on découvre un domaine de l’art du paysage entièrement différent. Inspiré des paysages surréels des maîtres comme Dalí et Magritte, sa création audacieuse repose sur le concept du poisson hors de l’eau, ce qui surprend, amuse et incite à réfléchir simultanément.

Pour conclure, le paysage, qu’il prenne la forme d’un ancien shan shui chinois ou qu’il soit plus moderne, reste un genre prédominant et fascinant dans le monde de l’art. La représentation du paysage est perpétuellement en renouveau, et Artsper est curieux de savoir ce qui est à venir !

Vous devriez aimer…