Chef d’œuvre du Land Art : Spiral Jetty, Smithson

Robert Smithson, Spiral Jetty
Robert Smithson, Spiral Jetty, Grand Lac Salé de l’Utah, 1970

Aujourd’hui, Artsper analyse avec vous l’une des œuvres les plus emblématiques du Land Art, un mouvement qui puise son inspiration dans les élements naturels, né à la fin des années 60 aux Etats Unis.

La notion de Land Art se veut le prolongement ultime de la pratique artistique en dehors des espaces consacrés (galeries, musées, institutions). Les interventions sont le plus souvent ponctuelles, parfois durables, pouvant aller jusqu’à modifier le site de manière définitive. Écho (lointain) aux enseignements du Black Moutain College des années 1950, qui pronait un monde libéré des contraintes de l’espace sociale.

Les premières œuvres de Smithson sont déjà en relation avec la nature, jusqu’à son projet de 1970, Spiral Jetty ( la jetée en spirale) une digue de 457m de long en pierres de basalt sur une eau légèrement rougeâtre,  qui s’enroule dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.  Au rythme de l’évaporation de l’eau et de la résurgence de la forme, la spirale est une allégorie de la Création. Symbole universel lié au culte solaire et à l’infini, l’œuvre est  en mouvement perpétuel.

Robert Smithson, Spiral Jetty, Land Art
Spiral Jetty, Grand Lac Salé de l’Utah, 1970

Du fait de l’asséchement, ou de la forte crue du Grand Lac Salé, un site réputé  inexploitable. Spiral Jetty propose au spectateur des visages multiples, à l’image de son créateur, mort tragiquement 3 ans après le lancement de son projet fou. Financée à l’époque par la  galerie new yorkaise Virginia Dawn. La spirale émerge, au grès des force à laquelle elle est nécessairement subordonnée, témoignage de la puissance partagée entre L’Homme et la Nature.

Dans les années 70, avant son décès, Robert Smithson écrit et réalise un film de 32 minutes sur l’élaboration de la spirale, une œuvre d’art en lui même, où l’artiste explique sa démarche. 

Vous devriez aussi aimer…