Une brève histoire de l’art contemporain africain

leslie amine art contemporain africain
Leslie Amine, Sans titre, 2018, disponible sur Artsper

Le concept d’art contemporain africain a toujours été très difficile à définir. Et ce pour une bonne raison ! Le continent s’étend sur 54 pays, chacun ayant sa propre culture, ses traditions et ses structures sociales. De plus, l’énorme diaspora causée par le colonialisme complique encore cette définition. Ainsi, il est pratiquement impossible de donner une image exacte de l’art contemporain africain. Pourtant, quelques facteurs historiques fournissent des clés pour comprendre la scène artistique africaine daujourd’hui. Laissez Artsper vous présenter les débuts de l’art contemporain africain, son évolution parmi les courants dominants et un aperçu de la scène artistique actuelle.

Les origines de l’art contemporain africain : Négritude et post-colonialisme

Négritude

La Négritude est avant tout un mouvement littéraire mené par les écrivains Aimé Césaire, Léon Damas et Léopold Sédar Senghor. Celui-ci a joué un rôle important dans le développement de l’art africain moderne, puis de l’art contemporain africain. Il est fondé en 1937 par un groupe d’artistes étudiants africains à Paris, ville où la scène artistique est alors plus tolérante et diversifiée. Le mouvement visait à critiquer le colonialisme et à cultiver une appréciation de la culture noire et africaine. Selon Léopold Sédar Senghor, leader du mouvement et futur président sénégalais, pour que l’art africain progresse, il devait refléter la modernité du présent en répondant aux questions sociales et aux styles artistiques contemporains, tout en célébrant la culture traditionnelle.

L’art visuel au sein du mouvement se concentre sur ces principes clés. Il s’inspire également d’autres mouvements modernistes tels que la Renaissance de Harlem et le surréalisme. L’un des artistes visuels les plus importants du mouvement est le peintre guyanais Aubrey Williams. L’artiste a fréquemment utilisé l’abstraction pour éviter d’être stéréotypé dans une vision étroite et occidentalisée de l’art africain. En outre, ses œuvres critiquent souvent les régimes coloniaux. Par exemple, son tableau Death and the Conquistador explore la sauvagerie de la colonisation espagnole des Amériques.

Aubrey Williams art contemporain africain
Aubrey Williams, Death and the Conquistador, 1959
Post-colonialisme

La décolonisation a été un long processus. Elle s’étend sur une période de 50 ans, jusqu’à l’indépendance de l’Afrique du Sud en 1994. Au lendemain de la Négritude et de la critique coloniale, les artistes africains expérimentent de nouveaux styles artistiques. Ils explorent alors de nouveaux thèmes, qui apparaissent justement au cours de cette période de changement fondamental.  

En outre, ils se sont éloignés de l’abstraction pour se tourner vers l’art conceptuel. L’un des principaux styles est l’art de l’objet trouvé. Cet art créé avec des matériaux trouvés et recyclés reste aujourd’hui une forme d’art populaire sur le continent. L’un des principaux artistes d’objets trouvés est l’activiste anti-guerre et sculpteur mozambicain Gonçalo Mabunda. Mabunda crée ses œuvres à partir de pièces d’armes, collectées par le Conseil chrétien du Mozambique après la guerre civile. Grâce à son art, il transforme la mort en une nouvelle vie.

Gonçalo Mabunda art contemporain africain
Partie d’une installation d’art sculptural de Gonçalo Mabunda

La reconnaissance croissante de l’art contemporain africain en Occident

De la fin du 20ème siècle, plusieurs expositions d’art africain en Occident ont contribué à la popularité mondiale de l’art africain. En 1989, le Centre Pompidou inaugure l’exposition « Magiciens de la terre ». Elle explore différentes sortes d’art provenant de l’extérieur du monde occidental. Cette exposition a été à l’origine de plusieurs autres expositions africaines importantes, qui visaient à éduquer et à célébrer respectueusement l’art et les artistes contemporains africains. Par exemple, on peut citer en 1995 l’exposition « Seven Stories about Modern Art in Africa ». Organisée par des conservateurs africains à la Whitechapel Gallery à Londres, elle a présenté les œuvres de 60 artistes comme un guide de l’histoire de l’art moderne africain.

La scène artistique contemporaine africaine en 2021

Les galeries et musées d’art contemporain africain les plus importants

Aujourd’hui, le récent boom de l’art contemporain africain sur le marché a entraîné la création d’un nombre croissant de lieux artistiques, ainsi que la tenue de davantage de foires et d’expositions d’art sur le continent lui-même. 

Fondé en 2017, le musée Zeitz d’art contemporain d’Afrique au Cap, en Afrique du Sud, est rapidement devenu le cœur de l’art contemporain sur le continent. Le musée présente des artistes africains établis et émergents, exposant presque exclusivement des œuvres d’art du XXIe siècle. 

Le musée d’art contemporain africain Al Maaden à Marrakech, au Maroc, est un autre centre majeur de l’art contemporain africain. Fondé en 2018, ce musée d’art abrite une incroyable collection permanente d’art africain ainsi qu’une sérue d’expositions temporaires.

Les musées nationaux de nombreux pays africains abritent également de vastes collections d’art africain traditionnel, ancien et tribal. Par exemple, le musée du Caire en Égypte abrite la collection d’art égyptien la plus complète au monde.

Artistes africains en pleine ascension

Les artistes africains, dans le sillage des changements culturels et sociaux fondamentaux, ont continué à diversifier leur utilisation de styles et médiums artistiques par l’exploration et l’expérimentation. Dans l’esprit de la Négritude et du post-colonialisme, ils continuent à explorer la complexité de l’identité africaine et ce que signifie être africain en 2021. 

L’artiste franco-béninoise Leslie Amine est fortement influencée par la diaspora africaine. Elle explore ces thèmes à travers son travail sur la race, le fait d’être biracial, et la division de l’identité culturelle à travers ses peintures oniriques et colorées.

Le photographe gabonais Yannis Davy Guibinga utilise son art pour documenter une nouvelle génération d’Africains, et comment ils célèbrent sans détour leur héritage culturel en dépit de l’impérialisme culturel occidental. Il rejette l’étroitesse du moule occidental de l’identité africaine et met plutôt en évidence sa diversité.

Que nous réserve l’avenir ?

Bien qu’il connaisse une expansion rapide, l’art contemporain africain ne représente qu’une petite partie du marché de l’art, encore en voie de guérison des dommages culturels et économiques causés par des siècles de colonialisme. Cependant, avec l’incroyable éventail d’artistes contemporains émergeant du continent, ainsi que le développement d’espaces culturels contemporains, il ne fait aucun doute que ce n’est que le début d’une scène artistique de premier plan au niveau mondial.

Vous pourriez aimer aussi: