10 sculpteurs sur bois à connaître

Exotique ou traditionnel, le bois fascine les artistes.  Depuis des siècles, les artistes se sont appropriés ce matériau pour créer des oeuvres toujours plus végétales, mystérieuses et brutes. Découvrez 10 sculpteurs de bois à connaître.

1. Giuseppe Penone ou le génie de la forêt

G. Penone, Versailles, 2008

Giuseppe Penone est né dans le Piémont (Italie) dans une famille d’agriculteurs. Il passe sa jeunesse entouré par la nature et la forêt. C’est au contact de ceux-ci qu’il forge sa sensibilité mais aussi son univers artistique. Effectivement, les arbres auront un rôle central dans son oeuvre.

Son entrée aux Beaux Arts de Turin lui permet découvrir les artistes Donald Judd et Robert Morris, figures centrales du minimalisme dans la sculpture. C’est une découverte majeure qui influencera profondément son travail. En plus de cette identification, Penone va oeuvrer dans l’arte povera. Ce mouvement démarre en Italie dans les 60’s, et marque son opposition à la société de consommation, refusant de voir les oeuvres comme un produit. Ainsi, Penone va seulement utiliser des matériaux bruts et simples comme la pierre, l’argile ou le bois. C’est de dernier qu’il affectionne tout particulièrement. Ecorces visibles, senteur de la sève, l’artiste élève l’arbre en autel et nous propose des oeuvres sensorielles. Simplification au maximum, pureté, tant d’aspects que l’on retrouve dans la sculpture de Penone.

« … Je suis entré dans la forêt du bois et j’ai commencé un parcours dans le temps, lent, pensif, étonné… ».

G. Penone

2. Louise Nevelson, la papesse de la sculpture sur bois

Louise Nevelson – Leah Berliawsky – est née en 1899 dans une famille juive en Ukraine. Elle émigre à New York pendant les années 20 et entame des études artistiques. Rapidement, Nevelson se tourne vers la sculpture de bois. Ainsi, ce matériau deviendra sa marque de fabrique, puisqu’elle deviendra célèbre pour ses cadres et assemblages de bois peints.

Concrètement le bois est la continuité de son univers artistique. Plusieurs thématiques sont récurrentes dans l’oeuvre de Nevelson. La nature associée féminité et les relations amoureuses sont aussi présents,  comme dans Dawn’s Wedding Feast

Louise Nevelson, Sky cathedral, 1958

D’autres de ses oeuvres, comme par exemple  Untitled (1950) et Sky cathedral sont en lien avec les événements marquants de sa vie, comme le déracinement pendant son enfance et l’exil. C’est en puisant dans ses traumatismes que l’artiste nourrit son art. D’ailleurs, elle affirme même que « la nature profonde de la création n’est pas de créer une gloire extérieure, c’est une recherche pénible et difficile qui vient de l’intérieur. »

Au départ de petite taille, ses oeuvres monochromes adoptent peu à peu de grands formats et finissent par devenir gigantesques. C’était une façon pour elle de prouver que le travail des femmes pouvait intégrer l’espace public et que les hommes n’avaient pas le monopole du travail de grand ampleur. 

Ses oeuvres, sa volonté de se faire une place dans un monde masculin et misogyne feront de Louise Nevelson une sculptrice sur bois du 20ème siècle à connaître absolument.

3. Ossip Zadkine, le sculpteur sur bois cubiste à connaître

Musée Zadkine, Paris

Parmi les sculpteurs sur bois à connaître, on trouve bien sûr le cubiste Ossip Zadkine – un artiste hors pair. Né en Russie en 1890, il passe une partie de sa jeunesse entouré de nature, comme Penone. En 1910, il arrive à Paris et commence à fréquenter les autres grands sculpteurs de son époque: Brancusi, Picasso et Modigliani.

Son travail, majoritairement sur bois et sur pierre, est nourri par le primitivisme et ses relations avec les artistes de l’avant-garde. Ses sculptures de bois poli sont d’une expressivité poussée à l’extrême. Elles reprennent des thèmes de l’Antiquité, mais font surtout la jonction entre le végétal et l’humain.

C’est pourquoi le bois reste son médium favori. D’ailleurs, afin de conserver une vraie connexion avec ses oeuvres, il préconisera aussi la taille directe. Cela ne l’empêchera pas de tailler des oeuvres gigantesques, telles que Prometheus en 1930. Zadkine fait très clairement parti des sculpteurs sur bois à connaître !

4. Sophie Taeuber-Arp et les sculptures dadas

Jean Arp, Sophie Taeuber Arp et sa Dada Head

Peintre, artiste danseuse et bien sûr sculptrice, Sophie Taeuber a plus d’une corde à son arc. Originaire de Suisse, elle va suivre une formation artistique assez complète dans les “ateliers expérimentaux” de Munich. Sculpture, architecture et tissage, elle maîtrise tous les médiums. En 1915, elle co-crée le Dada avec son compagnon Jean Arp. C’est dans ce mouvement que l’artiste va réellement s’épanouir, produisant de nombreuses sculptures comme Dada Head. On ressent dans ses sculptures les influences de ses formations en art décoratifs. Effectivement, on retrouve les motifs stylisés et abstraits peints sur ses oeuvres en bois. 

La deuxième source d’inspiration du mouvement Dada sont les sculptures aborigènes et tribales. Les artistes voulaient revenir à un art non influencé et non perverti par la société occidentale. C’est pourquoi les traits de visages et les bustes sculptés par Taeuber rappellent les masques africains. Après avoir sculpté, elle peint aussi les motifs géométriques qui la caractérisent tant.

5. Eva Jospin ou celle qui réinvente la forêt 

Eva Jospin, devant son oeuvre

Née dans les années 70, Eva Jospin est une sculptrice française. Au début de sa carrière, elle commence par travailler le carton. Après avoir voulu représenter une forêt sur du carton, elle se rend compte des possibilités d’un tel sujet et medium, et se tourne vers le bois. Dès lors, elle sculpte les bois dans du bois. Lieu de liberté mais aussi d’anarchie ou de peur,  la forêt est un thème récurrent pour l’artiste. Ce qui plaît à Jospin, c’est de jouer avec l’interprétation de chacun. Ainsi, ses hauts et bas reliefs emportent le spectateur au coeur d’une forêt profonde. C’est avec minutie qu’elle dessine et trace chaque branche, pour rendre son oeuvre plus vraie que nature et immersive.  

6.  Paul Gauguin et le primitivisme en sculpture

Paul Gauguin, Autoportrait au Christ Jaune, 1890

Saviez vous que le fondateur de l’école de Pont Aven était aussi un sculpteur ? Et bien oui. Connu pour son activité de peintre, Paul Gauguin a aussi réalisé beaucoup de sculptures. C’est Ernest Chaplet qui l’initie à sculpture avant son départ des îles Marquises.  On voit très bien dans ses oeuvres de bois, la volonté primitivisme de Gauguin. Ce mouvement rejette les formations académiques occidentales et prône l’expressivité. Les artistes primitifs ont un grand intérêt pour les arts premiers. On retrouve ces influences chez Gauguin, étant donné que la majorité de ses sculptures sont faites à Tahiti. Comme on peut le voir dans Oviri, ses oeuvres figuratives s’inspirent largement des légendes tahitiennes. Le saviez-vous ? Dans son tableau Le Christ jaune, il se peint avec le Christ et … une de ses sculptures !

7. Barbara Hepworth et la maitrise des formes

Barbara Hepworth, Stringed Figure (Curlew), 1956

Des sculptures emblématiques par leurs courbes, ondulations et bien sûr par leurs vides, le travail de Barbara Hepworth fascine. 

Né en 1903, en Angleterre, elle se dédie rapidement à une carrière de sculptrice. De Henri Moore pendant sa jeunesse, à Piet Mondrian ou Arp quelques années après, Hepworth va rencontrer les grands artistes de son époque et profiter de leurs effervescences artistiques. 

En plus de ces influences, c’est surtout les relations entre les Hommes et le paysage qui va considérablement jouer sur la création de l’artiste. En effet dès 1949, elle s’installe a St Ives en Cornouailles et n’en bougera plus jusqu’à sa mort. La mer, la terre, la roche se rencontrent dans ce territoire reculé, et permettent de rendre compte de la beauté. Rapidement son travail devient abstrait et elle commence à exécuter des oeuvres douces et élégantes. Les articulations entre les vides et les pleins rendent son oeuvre d’autant plus émotionnelle. Son travail a laissé une empreinte positive et durable montrant bien qu’elle fait partie des sculpteurs sur bois à connaître.

8. Baselitz, des sculptures qui choquent

Georg Baselitz, Volk Ding Zero / Peuple Chose Zéro, 2009

Parmi les sculpteurs sur bois à connaître, il faut forcément évoquer Baselitz. Peintre et sculpteur allemand, c’est un artiste qui choque et étonne. Né en 1938, Baselitz est connu pour ses oeuvres scandaleuses. En effet, pendant sa première exposition, il créa une esclandre et fut condamné pour atteinte à l’ordre public. Par la suite, il continuera à cultiver ce style explosif. En plus d’avoir créé le mouvement du Néo-expressionnisme, il était aussi un sculpteur talentueux. A son image, ses oeuvres sont brutales et controversées: il n’hésite pas à couper le bois directement à la tronçonneuse ! Toujours prêt à scandaliser et susciter de violentes émotions à son spectateur, il présente Modell für eine Skulptur à  la biennale de Venise – un homme entrain de faire un salut nazi. 

9. Juana Muller l’oubliée de la sculpture sur bois

Juana Muller dans son atelier, et son Roi d’échecs, 1944

Cette sculptrice chilienne, peu connue du grand public européen, alors qu’elle a côtoyé les plus grands. Après avoir obtenu une bourse d’études, elle se rend en France pour étudier la sculpture en 1937. Zadkine lui enseignera la sculpture à la grande Chaumière. Mais c’est Brancusi qui aura la plus grande influence sur son travail. En effet, après s’être liés d’amitié, ils travailleront même ensemble sur la Tortue volante. Le 20eme siècle était une période importante d’émulation artistique, durant laquelle les sculpteurs sur bois à connaître se rencontraient et travaillaient ensemble.

Le sujet de prédilection de Muller est la figure féminine. Des visages, des totems… ses sculptures aux allures de masques stylisés sont impressionnants par leur taille, mais aussi par leur dépouillement. Son travail est marqué par une grande honnêteté des formes. Ainsi, au fur et à mesure, elle s’éloigne de la figuration. Ses oeuvres frôlent l’abstraction et les détails de leur humanité sont de moins en moins repérables. 

10. Georges Vantongerloo : sculpteur et mathématicien

Georges Vantongerloo dans son atelier parisien Paris, 1958

Le dernier des sculpteurs sur bois à connaître est l’artiste belge Georges Vantongerloo. Il appartient au mouvement artistique et architectural De Stijl. 

Passionné par les mathématiques et la physique, Vantongerloo va mettre tout son savoir au service de son art. De la taille des volumes à la couleur des faces, il ne laisse rien au hasard. Par exemple, les couleurs seront choisies en fonction de la taille du volume chromatique.  Il donne même des noms de formules mathématiques à ses oeuvres. Ses sculptures sont donc géométriques et abstraites. Contrairement à des artistes comme Mondrian, Vantongerloo n’hésite pas à passer des lignes aux courbes. En plus de son travail artistique, le belge fit et rédigea beaucoup d’études sur le sujet. 

Vantongerloo est un précurseur dans le monde de la sculpture… Mais malgré une grande rétrospective dédiée à son travail, à Londres dans les 60’s, il restera bien moins connu que ses contemporains.

Vous devriez aimer