Paul Gauguin en 10 anecdotes

Paul Gauguin Autoportrait
Autoportrait de Paul Gauguin

Paul Gauguin a marqué le XIXème siècle par son caractère si particulier et son art si singulier. Toujours à la recherche d’un monde primitif et affranchi des valeurs occidentales, il s’est  imposé une certaine rigueur dans sa pratique artistique. Découvrez le peintre Paul Gauguin en 10 anecdotes !

#1 Son oeuvre « Quand te maries-tu » est l’une des oeuvres les plus chères au monde

Paul Gauguin peinture
Paul Gauguin, Quand te maries-tu?, 1892

Estimée à 300 millions de dollars, sa toile « Quand te maries-tu » a été vendue en 2015 à un acheteur inconnu. Elle était alors l’oeuvre d’art la plus chère du monde. Elle a été détrônée en 2017 par « Salvator Mundi », vendue à 450 millions de dollars.

#2 Pourtant il a vécu dans la pauvreté une grande partie de sa vie

Paul Gauguin
Photographie de Paul Gauguin, 1891

Son oeuvre est certes l’une des plus chères au monde, mais Paul Gauguin n’a pas pour autant eu une vie cossue. Banquier à une époque, il perd son emploi et décide de se consacrer à l’art, s’engageant ainsi dans une vie plus modeste.

#3 Il avait soif d’exotisme

Paul Gauguin tahiti mer
Fatata te Miti, Paul Gauguin, 1892

Pendant son enfance, Paul Gauguin séjourne quelques années à Lima avec ses parents. Il en garde un souvenir marquant et dévouera son existence à retrouver le mode de vie découvert au Pérou. C’est ainsi qu’il s’installera à Tahiti pour la première fois en 1891 après s’y être rendu deux fois auparavant.

#4 Il avait horreur du colonialisme mais…

Paul gauguin chien
Paul Gauguin, Arearea, 1892

Il abhorrait les comportements colonialistes et la philosophie européenne. Il est d’ailleurs très déçu lorsqu’il découvre Papeete. Il pensait y retrouver l’aspect primitif qu’il recherchait, mais trouve la société trop occidentale. Il s’éloignera donc de la ville pour retrouver l’aspect authentique et primitif auquel il aspirait. Son discours était  donc totalement opposé à la pensée colonialiste. Pourtant, comme de nombreux colons célibataires, il fréquente les jeunes filles de l’île pour prendre soin de lui. Il finit par adopter les comportements qu’il dénonçait autrefois lorsqu’il revient à Tahiti à la fin de sa vie. Déprimé et malade, il se laisse aller à la débauche, désenchanté par la vie sur l’île…

#5 Il s’inspirait des estampes et des vitraux

Paul Gauguin
Paul Gauguin, La plage au Pouldu, 1889

Comme de nombreux peintres de son époque, Paul Gauguin s’inspire des estampes japonaises, de leurs couleurs et de leurs thèmes, mais aussi d’anciens vitraux, où les formes sont détourées en noir.

#6 Il s’identifiait souvent à Jésus

Paul Gauguin
Paul Gauguin, Le Christ jaune, 1889

Paul Gauguin se sent seul, incompris, et compare souvent sa douleur et son fardeau à ceux du Christ. Il s’attribue d’ailleurs parfois les traits de Jésus.

#7 Il avait une amitié tumultueuse avec Van Gogh

Paul Gauguin
Paul Gauguin, Van Gogh peignant des tournesols, 1888

En 1888, les deux artistes se lient d’une profonde amitié. Ils cohabitent deux mois à Arles. Entre absinthe et peinture, ils mènent une vie concupiscente. Mais tout les oppose ! Van Gogh, très productif, peint d’après la nature tandis que Gauguin a recours à son imagination. Le 23 décembre 1888, une violente altercation éclate, Van Gogh menace même Gauguin avec un couteau. C’est cette fameuse nuit, que Van Gogh se tranchera l’oreille à l’aide d’une lame de rasoir (il amènera même ce morceau de chair à une prostituée qu’il fréquentait). Le lendemain, Paul Gauguin quitte Arles. Van Gogh lui écrira régulièrement, puis se donnera la mort… Peu après, Gauguin quitte Paris pour Papeete, sur les conseils de son ami regretté.

#8 Sa maîtresse Annah la Javanaise a pillé son appartement

Paul Gauguin alphonse mucha javanaise
Alphonse Mucha, Portrait d’Annah la Javanaise

Après deux ans de vie à Papeete, les moyens de Gauguin diminuent et il est contraint de retourner à Paris pour faire valoir son talent. Malheureusement, ces deux années de progression à Tahiti ne sont pas reconnues et son travail est rejeté par le public. Il touche toutefois l’héritage de son oncle et s’installe à Paris avec sa nouvelle maitresse Annah la Javanaise. Ils partent alors tous les deux chercher des toiles laissées en gage par Gauguin à son ancienne logeuse mais ne parviennent pas à les récupérer. Gauguin s’implique dans une bagarre avec des marins. A son retour, après deux mois d’hospitalisation (mais aussi de morphine et d’alcool), il retrouve son atelier dévalisé. Sa maitresse Annah la Javanaise lui a tout pris.

#9 Ses conquêtes était plutôt… jeunes

Paul Gauguin lit
Paul Gauguin, Te tamari no atua, 1896

Comme cela se faisait beaucoup à l’époque, Paul Gauguin a eu des maitresses très jeunes. A Tahiti, il fréquente principalement quatre jeunes filles : Tehura, 13 ans, mais aussi Titi, ou encore Pau’ura et Vaeoho qui ont 14 ans. Le manque de cohérence entre son discours et ses actes lui sont fortement reprochés aujourd’hui.

#10 Il fait une dernière oeuvre sur sa vie avant de tenter de se suicider

Paul Gauguin
Paul Gauguin, D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?, 1897-1898

Sa toile « D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? » résume la vie de Paul Gauguin. Il pioche dans des éléments utilisés dans d’autres toiles pour créer cette grande fresque. C’était son dernier projet avant sa tentative de suicide.