10 choses à savoir sur Marc Chagall

Marc Chagall en train de peindre dans son atelier
Marc Chagall en train de peindre dans son atelier

De son vrai nom Movcha (Moïse) Chagall en biélorusse, Marc Chagall est associé à une myriade de styles et de mouvements artistiques, d’un genre profondément folk-impressionniste à des interprétations cubistes de fables. Regardant sa ville bien-aimée de Vitebsk s’écrouler sous les massacres antisémites, les œuvres fantaisistes de Chagall dépeignent avec nostalgie le mode de vie paysan. Bien qu’il soit une figure centrale de l’art moderniste, les peintures de Chagall rendent sans cesse hommage à la tradition et au passé. Artsper vous présente dix faits sur l’homme derrière les vaches volantes et les violonistes dansants.

1. Sa maison était dénuée d’art

Marc Chagall devant son atelier à  Gordes, France.
Marc Chagall devant son atelier à Gordes, France

Bien qu’il soit l’un des artistes les plus renommés au monde, Chagall a grandi dans une maison dépourvue d’art et de créativité. La famille Chagall pratiquait le judaïsme hassidique, qui interdit toute représentation visuelle des créations de Dieu. Lorsque Chagall a fini par commencer à peindre de telles représentations, sa famille les a vivement critiquées, à tel point que son oncle a refusé de lui serrer la main.

2. Il peignait nu et mangeait un demi hareng par jour

Marc Chagall, The Green Donkey, 1911
Marc Chagall, The Green Donkey, 1911

Chagall s’installe à Paris à l’âge de 24 ans et vit dans la célèbre résidence d’artistes, La Ruche, avec d’autres personnages célèbres tels que Robert Delaunay et Fernand Léger. Alors qu’il vivait à Paris, il était incroyablement prudent avec l’argent. Il comptait souvent sur un demi hareng par jour pour se nourrir, et peignait nu pour ne pas avoir à changer ou laver ses vêtements. 

3. Bien qu’il ait vécu à New York pendant six ans, il n’a jamais appris l’anglais

Marc Chagall dans son atelier
Marc Chagall dans son atelier

En effet, il n’a jamais essayé d’apprendre l’anglais, affirmant: « il m’a fallu trente ans pour apprendre un mauvais français, pourquoi devrais-je essayer d’apprendre l’anglais ? ». Cependant, cela pourrait aussi être dû à son aversion intense pour la ville, qui se reflète dans ses œuvres. Les peintures de Chagall sont devenues visiblement tourmentées et sombres après ses années dans la Grosse Pomme (New York City), transmettant la profonde culpabilité qu’il ressentait pendant son exil. Déconnecté, impuissant et inconfortable, Chagall aspirait à Paris et à l’Europe.

4. Il fut l’un des rares artistes à exposer au Louvre de son vivant

Marc Chagall, Moi et le village, 1911
Marc Chagall, Moi et le village, 1911

Très peu d’artistes ont réussi à exposer au Louvre de leur vivant ; Georges Braque a été le premier avec son œuvre Still life with harp and violin. Tandis que, Chagall, avec d’autres artistes, Salvador Dalí, Pablo Picasso ou bien Edgar Degas, ont commencé leur parcours artistique en copiant les œuvres des Maîtres anciens au Louvre.

5. Il a épousé sa muse

Chagall peignant sa femme , Bella.  Sa fille, Ida, les regarde.
Chagall peignant sa femme , Bella. Sa fille, Ida, les regarde.

Chagall rencontre sa muse, sa femme et son amante, Bella Rosenfeld, en 1909 et l’épouse peu après. Le couple partageait une vision unique du monde, et lorsqu’elle rencontra Chagall pour la première fois, Bella décrivit romantiquement les yeux de l’artiste comme étant si bleus qu’ils étaient « comme s’ils étaient tombés tout droit du ciel ». Bella apparaît dans de nombreuses peintures de Chagall, et il la dépeint souvent flottant dans les airs, défiant la gravité avec son amour.

6. Malgré son engouement pour Paris, Vitebsk est la ville la plus représentée dans ses œuvres

Marc Chagall, Over Vitebsk, 1913
Marc Chagall, Over Vitebsk, 1913

« La terre qui a nourri les racines de mon art était Vitebsk. » Chagall cherchait à capturer l’essence même de la vie paysanne et l’âme de sa maison, affirmant que sa ville avait une présence fantasque et qu’elle existait principalement dans son âme et ses rêves. Vaches, granges, poulets, chevaux, femmes qui travaillent et dansent le violon remplissent ses œuvres, capturant l’esprit de la vie paysanne.

7. Les autorités soviétiques l’ont qualifié de « non-personne »

Marc Chagall, Autoportrait aux sept doigts, 1913
Marc Chagall, Autoportrait aux sept doigts, 1913

Avec trois récriminations à côté de son nom en raison de son statut de juif, d’artiste et d’émigré, Chagall a été dépouillé de son identité. Son style artistique allait à l’encontre du réalisme socialiste qui a formé l’art soviétique, et on se moquait souvent de lui pour sa préférence pour le style de vie français. Les œuvres de Chagall ont même été interdites dans les musées, les livres et les espaces publics. Non seulement en raison de leur style peu conventionnel, mais aussi de leur représentation de la culture juive. 

8. Il a peint le plafond de l’Opéra Garnier à Paris

La fresque de Chagall , peinte sur le plafond de l'Opéra Garnier
La fresque de Chagall , peinte sur le plafond de l’Opéra Garnier

D’une superficie de plus de 200 m2, la peinture de Chagall est un hommage aux quatorze compositeurs d’opéra importants et à leurs œuvres, et il l’a achevée à l’âge de soixante-dix-sept ans ! De plus, malgré cette tâche colossale, Chagall a refusé d’être payé pour son travail.

9. Il s’est fait des amis haut placés

Marc Chagall, The promenade, 1917
Marc Chagall, The Promenade, 1917

Son exil en Amérique a été organisé par le directeur du MoMA, Alfred H. Barr Jr. qui a personnellement fait ajouter le nom de Chagall à la liste des artistes fuyant la persécution nazie en Europe. Ainsi, grâce au statut et aux efforts de Barr, Chagall et sa famille se sont installés aux États-Unis en 1941.

10. Ses œuvres se vendent à des millions

Marc Chagall, Les Amoureux, 1928
Marc Chagall, Les Amoureux, 1928

En 2017, l’œuvre de Chagall, Les Amoureux, s’est vendue pour 28,5 millions de dollars à Sotheby’s New York. Sotheby’s prétend que le tableau résume les deux plus grandes passions de Chagall : Bella et Paris.

Vous devriez aimer: