La plage et le bord de mer, sources d’inspiration dans l’art

Paysage de bord de mer William Merritt Chase Au bord de la mer
William Merritt Chase, Au bord de la mer, 1892

Dans l’art, les représentations de la plage sont multiples. Le bord de mer est un paysage changeant, toujours en mouvement, qui a inspiré de nombreux artistes tout au long des époques. Ce sujet est particulièrement apprécié pour la dualité « terre et mer », qui permet de mettre en avant la beauté artistique de l’eau. Ainsi, représenter une plage est comme un terrain de jeu pour les artistes. Cela leur permet de figurer leurs études artistiques et leurs émotions. Artsper vous invite pour un voyage où l’art et la mer s’allient, offrant à chacun la possibilité de voir dans ces différents paysages ce qu’il désire…

La mer : un cas d’étude artistique

En histoire de l’art, le bord de mer est l’endroit favori des artistes pour étudier la couleur, la lumière et le mouvement. De nombreux peintres ont essayé de rendre au mieux cette lumière singulière, à la fois stable dans le ciel et agitée en pleine mer. La plage est alors un parfait sujet d’étude pour les artistes en quête de « vraie nature ». Dès la seconde moitié du 19ème siècle, les impressionnistes et post-impressionnistes très friands de paysages maritimes, dédient leur travail à l’étude de cette lumière colorée et mouvementée. Leur but est de capter l’aspect fugace de la nature, de rendre vivant ce moment presque déjà évanoui.


Impossible de ne pas penser à Claude Monet, pilier des impressionnistes, avec ses plages de Normandie ou ses peintures de bord de mer déchaînée.

Peinture de paysage de mer Claude Monet Mer agitée à Étretat
Claude Monet, Mer agitée à Étretat, 1883

À la même époque, les divisionnistes, obsédés par la lumière colorée, développent une nouvelle méthode pour capter chaque faisceau sur leurs toiles. Les touches de peintures sont alors juxtaposées et non plus mélangées. Ainsi les différentes couleurs apparaissent et fusionnent dans l’œil et plus sur la toile.  

Peinture de bord de mer Paul Signac, La bouée rouge
 Paul Signac, La bouée rouge,1895

Paul Signac dans Bouée rouge fait vibrer la lumière chaleureuse qui réverbère dans l’eau du port de Saint-Tropez. Edmond Cross, un autre peintre de ce mouvement, présente lui aussi une peinture de paysage de mer. Son œuvre montre une plage avec une mer d’un bleu pur. Sa texture presque perlée rappelle le scintillement de l’eau au soleil de midi.  

Peinture de plage - Henri-Edmond Cross, Les Îles  d'Or, 1891-1892
Henri-Edmond Cross, Les Îles  d’Or, 1891-1892

La plage et ses longues balades

Quand le soleil se cache, l’heure n’est plus à la baignade mais à la promenade. Vous souvenez-vous de ces longues balades au bord de la plage, vous perdant dans vos pensées ? Sachez que les artistes, eux aussi connaissent bien ce sentiment, et l’ont même peint ! Dans ce cas, la mer n’est plus ce lieu de joie et d’amusement mais bien un cadre propice à la méditation. Regards et réflexions se perdent alors dans l’immensité de l’océan.

Caspar David Friedrich est un célèbre peintre allemand des années 1800. En plein romantisme, il capture ce sentiment mélancolique dans son œuvre Un moine au bord de la mer. Une peinture de paysage de bord de mer qui est d’ailleurs l’une des plus célèbres de l’histoire de l’art. Une atmosphère sereine émane de l’œuvre, grâce au traité pictural vaporeux de la mer rencontrant le ciel. Tout se confond dans un flou énigmatique. Friedrich réussit à happer notre regard, qui va se perdre dans ce paysage comme si on était sur la plage à côté du moine.

Peinture de paysage de bord de mer - Caspar David Friedrich, Le moine au bord de la mer, 1808-1810
Caspar David Friedrich, Le moine au bord de la mer, 1808-1810

Les joies de la plage

Évidemment, la plage est aussi synonyme de chaleur, de sables et de vacances. De nombreux artistes ont retenu cette même vision d’amusement et de détente qu’est l’été dans l’histoire de l’art.

Dans des styles et des courants totalement différents, Edward Henry Potthast et Joost Wensveen ont en commun la volonté d’immortaliser ces moments d’amusement simple. À leur manière, ces deux artistes proposent en image un moment de convivialité. Ils transforment ces instants éphémères en une impression durable dans le temps.
L’impressionniste américain de la fin du 19ème siècle Edward Henry Potthast propose avec Bathers, une peinture de plage, presque un portrait de famille. Le plan rapproché, l’effet de mouvement et les touches vives instaurent une atmosphère intime et spontanée.

Peinture de bord de mer - Edward Henry Potthast, Bathers, 1913
Edward Henry Potthast, Bathers, 1913 

L’artiste contemporain néerlandais Joost Wensveen, utilise lui une technique très spécifique pour créer un effet de naturel et d’entrain dans ses photographies de plage. Pendant 30 minutes, il multiplie les prises pour les regrouper ensuite en une seule œuvre. Cette superposition photographique lui permet de créer un effet d’abondance montrant ce plaisir candide et commun à tous.

Photographie de plage - Joost Wensveen, Le grand saut, 2017
Joost Wensveen, Le grand saut, 2017

Le bord de mer en danger ?

Face à la réalité de la pollution maritime, des artistes contemporains alertent également sur les menaces actuelles qui pèsent sur l’environnement. Le bord de mer et la plage dans l’art se transforment dans certaines œuvres en un lointain souvenir, que la pollution a grignoté jusqu’au bout. 

Certains artistes comme Mandy Barky, utilisent les débris en plastique retrouvés dans la mer ou sur la plage dans leurs œuvres d’art. Cette photographe est d’ailleurs renommée pour son engagement en faveur de la cause environnementale. Elle attire notre regard dans ses photographies grâce à une esthétique aérienne, qui dévoile la réalité de la situation actuelle.

Photographie sous-marine / mer -  Mandy Barker, Snowfall On Christmas Island, Commissions, 2016
 Mandy Barker, Snowfall On Christmas Island, Commissions, 2016

Dans ce contexte, que vont devenir ces joies si simples de se baigner dans l’eau et de profiter de la plage ? C’est justement la question posée par l’opéra-performance proposé par le pavillon lituanien en 2019 à la Biennale de Venise. Lina Lapelyte, Vaiva Grainyte et Rugile Barzdziukaite ont conçu une plage fictive avec une vingtaine de personnes. Les protagonistes sont allongés sur leur serviette, jouent dans le sable, lisent, ou encore s’étalent de la crème solaire. Toute l’atmosphère si particulière de la plage, avec ses odeurs et ses bruits, est reconstruite.

Et de là, jaillit un chant lyrique pour 13 voix exposant la tristesse des individus face à la disparition de l’écosystème. Cette notion de perte est renforcée par la vue en plongée, dans un box éclairé à la lumière très blanche qui expose chaque chose. Le tout donne un aspect quasi expérimental ou scientifique à la performance. La plage et ces individus appartiennent au passé : à la manière d’un cabinet de curiosités, ils n’existent déjà plus. L’opéra-performance propose aux spectateurs de vivre une expérience immersive, comme ce que l’on aime tant dans les musées. Une prestation poignante, qui leur a permis d’obtenir le Lion d’or pour Meilleure participation nationale.

Photographie de plage ( installation ) - Lina Lapelyte, Vaiva Grainyte and Rugile Barzdziukaite, Sun & Sea (Marina), 2019
Lina Lapelyte, Vaiva Grainyte and Rugile Barzdziukaite, Sun & Sea (Marina), 2019

L’art et la mer, un mariage réussi

Les paysages de bord de mer sont donc très présents dans l’histoire de l’art, un constat toujours aussi vrai aujourd’hui. Les représentations de plage inspirent les artistes et leur permettent de développer de nombreuses thématiques, sensations et interrogations. L’art et la mer sont deux alliés dans le monde artistique. Ils s’accordent pour accoucher la pensée et les émotions des artistes.