Home > Artstyle > Comment une œuvre d’art numérique s’est vendue pour plus de 69 millions de dollars
Comment une œuvre d'art numérique s'est vendue pour plus de 69 millions de dollars
Artstyle 28 Mar 2022

Comment une œuvre d'art numérique s'est vendue pour plus de 69 millions de dollars

L'art numérique, NFT de Mike Winkelmann intitulé Every days : the First 5,000 Days (Tous les jours : les 5 000 premiers jours)
Œuvre NFT de Mike Winkelmann intitulé « Every days : the First 5,000 Days » © Christie’s

L’artiste Beeple, les NFT, le Bitcoin, les termes « minting » et « crypto-art » sont devenus des mots à la mode dans le monde de l’art ces derniers temps. En mars 2021, la vente aux enchères de Christie’s consacrée à l’art numérique défraye la chronique et devient le catalyseur de ces discussions. Avec Artsper, questionnez l’influence réelle des NFT sur le marché de l’art traditionnel tel que nous le connaissons.

Le fichier JPG de Beeple

« Avez-vous entendu qu’un fichier JPG s’est vendu pour 69 millions de dollars » ? La question est sur toutes les lèvres alors que la « NFT Mania » s’intensifie après la vente. Le NFT intitulé « Every days : the First 5,000 Days » de Beeple a propulsé le marché d’art numérique dans une frénésie folle. Une frénésie qui, près d’un an plus tard, ne semble pas vouloir s’arrêter.

Au début, beaucoup hochaient la tête à la mention des NFT sans comprendre concrètement ce nouveau terme. Aujourd’hui, des évaluations aussi vertigineuses incitent les maisons de vente aux enchères, les collectionneurs d’art et les artistes à considérer avec attention ce médium. Pour comprendre comment une œuvre d’art numérique s’est vendue 69 346 250 dollars, il faut d’abord comprendre la nature des ces « Non-Fungible Tokens ».

Illustration montrant l'emprise de Beeple sur le monde de l'art numérique NFT
L’importance de Beeple sur le monde de l’art numérique NFT ©The New Yorker

Une histoire de l’art numérique

Lorsque l’on parle d’histoire du marché d’art numérique, cela peut sembler de prime abord paradoxal. Mais l’art numérique ne doit pas être considéré comme une forme d’art entièrement moderne ou nouvelle. À l’instar de l’art traditionnel, il a une histoire, bien qu’elle soit relativement courte. Le terme « art numérique » date du début des années 1980. À cette époque des ingénieurs en informatique avaient conçu un programme de peinture, utilisé par le pionnier d’art numérique Harold Cohen, appelé « AARON ». Depuis lors, les progrès technologiques ont donné lieu à de multiples nouvelles typologies d’œuvres d’art numériques. Et la branche des NFT en fait partie, aux côté de beaucoup d’autres.

La vente spectaculaire du 11 mars 2021

Après une rafale de plus de 180 enchères dans la dernière heure, un fichier JPG réalisé par Mike Winkelmann sous le pseudonyme de Beeple, est vendu le 11 mars 2021. Au cœur d’une vente aux enchères en ligne, me montant final est de 69,3 millions de dollars hors frais de vente. La vente est réalisée par Christie’s, la célèbre maison de vente aux enchères vieille de 255 ans. Ce prix fou établit un nouveau record pour une œuvre d’art réalisée sur un support numérique. Et fait notable, il bat les records d’enchères de certaines peintures physiques réalisées par les plus grands maîtres comme De Vinci, Turner, de Kooning, Cézanne et Goya.

Lors de la vente Beeple, qui n’a duré que deux semaines, le prix de lancement de l’enchère est fixé à 100 dollars. Dans les dernières secondes de la vente, le montant se stabilise à un peu moins de 30 millions de dollars. Pourtant l’événement prend une nouvelle tournure avant de se clôturer. Une cascade d’enchères conduit à une prolongation de la vente de deux minutes, poussant le prix final au-delà de 60 millions de dollars. Il a été révélé par la suite que 33 enchérisseurs actifs ont fait monter les enchères dans les dernières minutes. La surenchère a permis d’atteindre ce prix record. Mike Winkelmann se hisse alors à la tête de la troisième œuvre la plus chère de l’histoire vendue par un artiste vivant, après Jeff Koons et David Hockney.

Vente aux enchères de l'art numérique de Christie's
« An American Place: The Barney A. Ebsworth Collection » était la toute première vente aux enchères de Christie’s enregistrée par blockchain ©Christie’s

Les raisons de la popularité des NFT

​​En tant qu’acteurs centraux et pierres angulaires du marché, les maisons de vente aux enchères Christie’s et Sotheby’s, ont compris très vite le boom de l’art NFT et comment en tirer partie. Le dernier sommet « Art + Tech » de Christie’s, consacré aux NFT, a affiché complet. Mais pourquoi les gens achètent-ils des NFT ? Plusieurs hypothèses coexistent… Pour investir ou faire de spéculation, pour prendre le train en marche, pour le plaisir idéologique de renverser les normes traditionnelles du monde de l’art, ou pour faire fortune rapidement ? Toutes ces explications sont possibles. Et elles continuent de donner du fil à retordre aux analystes du marché de l’art.

Au-delà de Beeple et de son œuvre NFT, le marché lui-même est en pleine expansion. Lorsque l’on voit des titres comme « Le gouvernement ukrainien prévoit de financer sa guerre grâce à la vente d’œuvres d’art NFT », on commence à comprendre l’ampleur de cette forme d’art. Interrogé par le New York Times, Todd Levin, conseiller artistique new-yorkais, a fait part d’émotions mitigées à propos de la vente à 69,3 millions de dollars. « D’un côté, c’est super excitant d’assister à un point d’inflexion historique. D’autre part, la somme d’argent en jeu pourrait fausser et endommager un marché émergent naissant », a déclaré M. Levin. Tout serait-il perdu pour les NFT avant même que le marché n’ait commencé ?

Autres œuvres de l'art numérique
L’artiste numérique FEWOCiOUS met aux enchères cinq œuvres d’art NFT ainsi que cinq tableaux physiques chez Christie’s ©Yahoo Finance

Les œuvres d’art les plus prisées de tous les temps

Si l’on regarde la liste historique des prix les plus élevés reçus par les œuvres d’art aux enchères, le NFT de Beeple a encore du chemin à faire. En l’état actuel des choses, l’œuvre d’art vendue la plus chère reste le « Salvator Mundi » de Léonard de Vinci (vers 1500) qui est parti pour 475,4 millions de dollars chez Christie’s en 2017. Cependant, si l’on considère qu’il y a quelques années, les NFT étaient considérés comme sans valeur (et le sont encore pour certains !), alors cette augmentation de valeur est exorbitante. Nous ne pouvons qu’imaginer la valeur que les NFT vont atteindre dans les années à venir. Néanmoins, les plus sceptiques estiment aussi que le marché des NFT, tout comme celui des crypto-monnaies, est une bulle sur le point d’éclater.

Où les NFT nous mèneront-ils ?

Que nous le voulions ou non, les NFT ont commencé à avoir un impact sérieux sur nos vies. Le temps nous dira si cet impact est durable (ou non). Il est certain que leur nature provocatrice répond bien aux attentes d’une génération plus jeune et plus dynamique, que le marché de l’art historique a souvent négligée.

Par leur nature même, les œuvres NFT sont difficiles à justifier idéologiquement si l’on considère les conséquences écologiques et l’inflation capitaliste qu’elles propagent. Pourtant, certains utilisent déjà cette ruée vers l’or numérique pour apporter du positif. Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter, a vendu son premier tweet en tant que NFT lors d’une vente aux enchères caritative chronométrée.

L’avenir incertain de l’art numérique

Aujourd’hui, les artistes NFT collaborent avec les célèbres maisons de vente aux enchères auxquelles ils se sont précédemment opposés. En raison même de son idéologie contradictoire et son explosion rapide, il est difficile de prédire l’avenir de ce médium. Depuis Every days : the First 5,000 Days, un autre NFT a pris la première place de la vente la plus chère jamais réalisée. L’œuvre Le Merge, dont l’auteur se cache sous le pseudonyme Pak, a été vendue sur la place de marché NFT Nifty Gateway à la fin de l’année 2021. Elle a rapporté la somme record de 91,8 millions de dollars. L’intérêt continu pour ces œuvres démontre une tendance concrète dans le marché.

Néanmoins, les spéculations vont bon train pour savoir si ces prix exorbitants vont continuer à gonfler ou si un nouveau venu va détrôner les NFT. Pour l’instant, le marché des œuvres d’art physiques semble à l’abri de tout remplacement, rassurant les sceptiques par sa stabilité. Pourtant, John Watkinson pense différemment. Cet initié du marché et co-fondateur des CryptoPunks déclare : « l’art n’est plus une relation avec un objet. Il s’agit de faire de l’argent », a-t-il déclaré, « je me sens mal pour l’art ».

Vous devriez aimer…

À propos d’Artsper

À propos d’Artsper

Fondée en 2013, Artsper est une marketplace en ligne d’art contemporain. En partenariat avec 1 800 galeries d’art professionnelles autour du monde, elle rend accessible à tous la découverte et l’acquisition d’œuvres d’art.

En savoir plus