Barcelone, capitale espagnole du street art ?

Le street art barcelonais a connu son apogée au début des années 2000. À l’époque, il était très facile pour les artistes de rue de s’exprimer, ils ne risquaient aucune poursuite et pouvaient peindre en plein jour. Ainsi, la ville était un espace de création à ciel ouvert qui attiraient des street artistes du monde entier. La situation a depuis bien changé : les artistes encourent désormais des amendes de 800 à 1000 euros et nombre de tag ont été effacés. Pourtant, la ferveur du street art persiste, dans l’illégalité ou par voies détournées, faisant de Barcelone une ville où l’art urbain est des plus riches. Artsper vous propose donc un petit guide arty de la ville !

1. Commençez avec le quartier de Poble Nou

À Barcelone, le street art est présent un peu partout. Toutefois, il existe des quartiers qui, plus propices à la création, concentrent un nombre plus important d’oeuvres. Le meilleur quartier pour voir du street art dans la ville de Barcelone est ainsi le quartier de Poble Nou. Ancien quartier industriel de la ville, les murs en briques des usines désaffectées sont des supports de choix pour des oeuvres à grande échelle.

The eye of Waknine (2016), Sebastien Waknine, quartier de Poble Nou, Barcelone
The eye of Waknine (2016), Sebastien Waknine, quartier de Poble Nou, Barcelone

2. Cap sur les quartiers de Born, Gothic et Raval

Le Born, le Gothic et le Raval, quartiers centraux et touristiques de la capitale Espagnole, offrent également de nombreuses créations, d’artistes émergents comme reconnus. Leurs rues étroites offrent en effet plus de protection pour les artistes. Il vous suffira donc de vous balader dans le centre et de parcourir les ruelles barcelonaises pour y découvrir une variété incroyable d’art urbain. Une véritable invitation à la chasse au street art ! Dans le Raval, ne manquez pas la fresque de Keith Haring, « Todos juntos podemos parar el sida ». Réalisée en 1989 par l’artiste lui même atteint de cette maladie, elle était vouée à disparaître, et à été ressuscitée sur l’un des murs du Museu d’Art Contemporani de Barcelona en 2014.

Todos juntos podemos parar el sida (1989), Keith Haring
Todos juntos podemos parar el sida (1989), Keith Haring

3. Partez voir Les Tres Xemeneies

Jardins de las Tres Xemeneies, Kram
Jardins de las Tres Xemeneies, Kram

Enfin, le « Jardins de las Tres Xemeneies », sorte d’esplanade sur un ancien site industriel, est un espace ou les fresques foisonnent, avec un taux de turnover très important, si bien que l’on ne sait jamais sur quoi on va tomber !

4. Découvrez le travail de El Pez à Sant Adria de Besòs

Pez, ou El Pez, est un des grands noms de la scène artistique barcelonaise. Il commence à apposer sa signature sur les murs de la ville en 1999, signature qui évolue rapidement en un poisson au large sourire et qui devient par la suite sa marque de fabrique. Depuis, son aura a traversé les frontières de l’Espagne, et l’on retrouve également les oeuvres de l’artiste sur les murs de New York, Los Angeles, Tokyo, Londres, Miami, Paris, Amsterdam, Oslo ou Bogota.

Cultura Popular (2015), El Pez, Sant Adria de Besòs
Cultura Popular (2015), El Pez, Sant Adria de Besòs

5. Arrêt sur Carrer Lepant pour découvrir le travail de Miss Van’s

Originaire de Toulouse, c’est à Barcelone que la street artiste Miss Van évolue. Elle commence à peindre à l’âge de 20 ans, en 1993, ce qui fait d’elle une des premières street artistes féminines. Ses personnages féminins et oniriques, caractéristiques de son art, ornent de nombreux murs de la ville.

Miss Van, Carrer Lepant, Barcelone
Miss Van, Carrer Lepant, Barcelone

6. Détour sur Art is Trash

Francisco de Pájaro, également connu sous le nom d’ « Art is Trash » ou « Arte es basura », est un artiste urbain espagnol qui évolue régulièrement à Barcelone et qui parcourt en parallèle le monde pour réaliser des oeuvres urbaines sur les murs mais aussi à même des ordures et les objets abandonnés dans la rue, renouvelant ainsi la manière d’aborder le street art.

Francisco de Pájaro, Barcelone, 2015
Francisco de Pájaro, Barcelone, 2015

7. Ne rater pas le street art des galleries !

Barcelone regorge également de lieux et d’événements dédiés au street art, preuve d’un dynamisme autour de l’art de la rue qui persiste dans la ville. Des galeries spécialisées proposent ainsi des sélections pointues d’artistes urbains locaux et étrangers. On peut en particulier citer la Base Elements Gallery, située dans le Gothic, dont la visite vaut le détour. Fondée en 2003, elle accueille des grands noms du street art barcelonais comme Art Is Trash, Btoy, Pez, Zosen, Pezkhamino, El Xupete, Juan Pajares et Kram, entre autres. La Montana Gallery, dans le Born, ravira également les fans de street art.

Base-Elements-Gallery
Base Elements Gallery

8. Finissez avec un festival de street art

La difficulté accrue de pratiquer le street art dans la rue a également favorisé la naissance de festivals de street art autorisés. Très récemment, deux festivals sont apparus à Barcelone. Le « Festival de Murales de la Escosa » est né en 2012. Il permet aux 10 street artistes résidents du centre de création de la Escosa, situé dans le quartier de Poblenou, d’exposer en extérieur des oeuvres créées pour l’occasion. L’Open Wall Conference à de son côté une vocation plus large de réflexion sur l’intervention en milieu urbain et allie conférences, débats mais aussi réalisation de fresques de grands formats dans la ville, avec pour objectif la promotion de la visibilité de l’art urbain.

Festival de Murales de la Escocesa
Festival de Murales de la Escocesa

Notre carte des lieux essentiels où découvrir du street art à Barcelone