Home > La minute arty > Le Street Art et la ville
Le Street Art et la ville
Inspirez-vous 16 Fév 2022

Le Street Art et la ville

The faith of graffiti, Jon Naar, 1973
The faith of graffiti, Jon Naar, 1973

Bien que le mouvement street-art ait officiellement commencé dans les années 1960 à Philadelphie, l’art lui-même a littéralement commencé dans les « rues » préhistoriques de l’Indonésie. En effet, des images figuratives d’animaux étaient peintes sur les murs. Cela permettait d’identifier et marquer les communautés anciennes.

Tout comme l’art, les révolutions ont commencé dans les rues. La toile de fond urbaine a fourni les moyens d’unir les individus et d’exprimer leurs désirs de changement. Avec le temps, cependant, l’expression artistique s’est de plus en plus restreinte. On retrouve maintenant des écoles d’art prestigieuses, des galeries luxueuses et des ventes aux enchères extravagantes qui sont réservées aux privilégiés. C’est pourquoi la présence du street art est si importante dans nos villes . Il n’est pas prestigieux, il est accessible à tous. Par conséquent, il laissé une marque considérable dans le monde de l’art tout-puissant.

Basquiat

En 2017, l’œuvre de Jean-Michel Basquiat Untitled, s’est vendue 110 millions de dollars chez Sotheby’s à New York. L’enfant terrible provocateur des années 80 est alors devenu un pionnier de l’expressionnisme américain. En parti grâce à ses débuts en tant que membre du duo de graffiti SAMO (same old shit). Le travail de Basquiat n’est pas esthétiquement agréable à l’œil, mais ce n’est pas son but. Bien que les critiques considéreront l’absence de grâce comme la principale chute de l’art de rue, c’est exactement le but du mouvement. Le crâne sans ruse de Basquiat veut évoquer la souffrance et l’innocence d’un jeune homme noir négligé par une société raciste. Finalement, ce n’est pas d’égayer les murs d’un centre communautaire ou d’une allée.

Toujours en 2017, l’énigmatique Fille au Ballon Girl de Banksy devient l’œuvre d’art préférée de la Grande-Bretagne. Elle bat même les scènes pastorales du tableau de 1821 de Constable, La Charrette de Foin. L’indignation s’en est suivie chez les amateurs d’art ; comment un objet peint à la bombe t a-t-il pu battre un chef-d’œuvre romantique ?

Basquiat, Untitled, 1982
Jean-Michel Basquiat, Untitled, 1982

Banksy

Dans un premier temps, les artistes de rues comme Banksy remettent en question la manière dont nous voyons les espaces publics privatisés. Grâce à eux, les images et l’iconographie ne sont plus réservées uniquement qu’à la publicité et à la signalisation. Non seulement le sujet du travail de Banksy est politiquement chargé, mais l’emplacement de l’œuvre fait partie intégrante de son message. Ghetto for life a été créé dans le Bronx, un quartier où vit une importante minorité ethnique qui subit depuis longtemps les pressions des injustices sociales et économiques. Ces valeurs sont souvent associées au terme péjoratif de « ghetto », que Banksy oppose à un jeune garçon de classe moyenne à qui on sert une bombe sur un plateau d’argent.

Pour nombreux, Ghetto 4 Life n’est qu’une satire puissante et humoristique de l’importance croissante du street art dans le monde estimé des beaux-arts. Cependant, lorsque cette pièce a été dévoilée sur le mur de Melrose dans le Bronx, elle a fait l’objet de vives critiques de la part de la population locale. Selon les habitants du Bronx, l’œuvre de Banksy ne fait que renforcer les stéréotypes culturels que leur communauté tente de surmonter depuis des décennies. Une blessure particulièrement profonde venant d’un artiste blanc, occidental et maintenant multimillionnaire accrédité.

Banksy, Ghetto 4 Life, 2013
Banksy, Ghetto 4 Life, 2013

Un dialogue

Bien que les résidents du Bronx aient été bouleversés par les œuvres de Banksy, elles ont réussi ce que le street art se propose de faire : ouvrir un dialogue entre les communautés. Ce quartier est le centre des médias internationaux. Malheureusement pas pour rendre compte de la dernière violence des gangs et du dernier bain de sang, mais plutôt pour donner la parole aux communautés exclues. Les médias voulaient savoir comment le travail avait affecté la population locale. Ainsi, des voix individuelles se sont finalement fait entendre sur ce que le Bronx signifie réellement pour leurs habitants. Les citoyens, qu’ils soient silencieux ou non, ont enfin pu peindre une représentation vivante et précieuse de leur quartier, révélant la beauté d’une communauté habituellement enveloppée d’un brouillard impénétrable d’idées préconçues.

Street Art in London
Street Art in London

L’expression créative

Le street art est essentiel dans nos communautés de plus en plus réglementées. Effectivement, la vidéosurveillance, les publicités mobiles et les panneaux publicitaires colossaux régissent nos vies. L’absence d’art urbain ne ferait que renforcer l’idée que l’expression créative et l’art doivent aussi faire l’objet d’une surveillance. Pour finalement s’assurer qu’ils adhèrent à l’idéal de « Big Brother ».

Jef Aerosol, Chuuuttt !!! (Shhhhh !!!), 2011
Jef Aerosol, Chuuuttt !!! (Shhhhh !!!), 2011

Souligner l’importance des arts de la rue, est ce que l’entreprise en ligne, Street Art Cities, fait le mieux. Grâce à ces vastes archives de peintures murales internationales, le spectateur peut apprécier des œuvres dans les coins les plus reculés du monde, d’un simple clic. De telles initiatives rendent les gens plus réceptifs à l’art dans leurs communautés. En effet, les cartes détaillées guident les utilisateurs à travers une visite virtuelle ou physique des meilleures fresques de leur région. Artsper, le marché en ligne, démystifie le processus d’acquisition d’œuvres d’artistes urbains. Ils obtiennent une plateforme vitale pour non seulement exposer mais aussi vendre leurs œuvres. En plaçant le street art sur le même site Web que les supports plus traditionnels tels que la « peinture » et la « sculpture », le mouvement obtient finalement la crédibilité bien méritée qui lui manque dans le monde de l’art.

Os Geomos, The Giant of Boston, 2010
Os Geomos, The Giant of Boston, 2010

Bien que l’art urbain n’ait peut-être pas le caractère grandiose du romantisme, Artsper et Street Art Cities célèbrent sa capacité à surmonter les barrières de classe, de sexe, d’ethnicité et de sexualité. Finalement, c’est beaucoup plus que ce que l’on peut dire de La Charrette de Foin, de Constable.

Vous aimeriez aussi:

À propos d’Artsper

À propos d’Artsper

Fondée en 2013, Artsper est une marketplace en ligne d’art contemporain. En partenariat avec 1 800 galeries d’art professionnelles autour du monde, elle rend accessible à tous la découverte et l’acquisition d’œuvres d’art.

En savoir plus