10 artistes de street art américains à connaître

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est oBQAgvvy3oPj038T5vvhcjwnmh2HgCsI_X4J7aNeOyYQOkLtRUmp_aYhId7n3p4E7clBkc04fM8V976T5puupVw5HIcF_FAUZWEIRd533cM-0MifA_Fr1f0fDiMKho776sI1vRks.
Fresque « Alexander Graham Bell » de Tristan Eaton à West Palm Beach, Floride ©️Tristan Eaton

New York étant la ville de naissance du street art et du graffiti contemporain, il n’est pas surprenant de voir que ce sont, aujourd’hui encore, les artistes de street art américain qui dominent la scène internationale. Même si vous connaissez sûrement les grands noms comme Keith Haring et Shepard Fairey, ce mouvement artistique est d’une incroyable richesse ! Des pionniers du mouvement graffiti dans les années 1980 à un artiste de street art qui fait des installations sculpturales d’aujourd’hui, Artsper vous présente 10 artistes de street art américain que vous devez absolument connaître !

1. Cleon Peterson

Cleon Peterson street art
Une peinture murale de Cleon Peterson à Los Angeles

Né à Seattle en 1973, les premières années de la vie de l’artiste Cleon Peterson ont sans aucun doute été mises à rude épreuve. L’artiste a lutté pendant de nombreuses années contre sa toxicomanie et sa maladie mentale. En 2004, Peterson réussit pourtant à changer de vie lorsqu’il obtient un BFA de l’Art Center College of Design de Pasadena ainsi qu’un MFA de la Cranbrook Academy of Art de Détroit. Peu après, il se lance dans la création artistique.

Ces premières années chaotiques ont façonné son style et ont guidé ses sujets de prédilection. Ses œuvres représentent généralement des scènes cauchemardesques et inquiétantes, sans doute inspirées par son passé. Teinté de noir et de rouge sang, son art dépeint des massacres et combat de rue extrêmement violents. Cet artiste de street art américain a également traité de sujets politiques sous l’angle de la caricature, comme les présidents américains, Donald Trump en tête. Aujourd’hui, parallèlement à ses peintures murales, il travaille dans le domaine de la conception graphique.

2. Crash

Crash street art
Une peinture murale de Crash à New York.

Cet artiste influent du street art new-yorkais, de son vrai nom John Matos, est né en 1961 dans le Bronx. Il est considéré comme l’un des leaders du mouvement graffiti des années 1980. À l’âge de 13 ans, Crash se fait connaître par ses tags laissés dans le métro et sur des bâtiments abandonnés. En 1980, il organise l’exposition « Graffiti Art Success for America » au Fashion MODA. Cet événement emblématique a permis, selon certains critiques, de hisser le graffiti sur la scène artistique internationale. 

Il a participé à de nombreux projets artistiques. Il a travaillé notamment avec Keith Haring avec qui il a créé des installations murales pour des musées d’art. L’un de ses projets les plus célèbres est sans doute les graffitis réalisés sur des guitares électriques Stratocaster, surnommées « Crashocasters ». Ces guitares ont été utilisées par des musiciens tels qu’Eric Clapton, John Mayer ou Ed Sheeran.

3. Kaws

kaws street art
Les cabines téléphoniques revues par Kaws à New-York

L’artiste de renommée internationale Kaws, de son vrai nom Brian Donnelly, est sans doute le plus connu de tous les artistes de cet article ! En effet, son art est visible partout, des jouets aux t-shirts en passant par des sérigraphies. Ses sculptures-jouets, représentant divers personnages de comics, sont très populaires avec les collectionneurs. Mais c’est à New-York que cet artiste de street art américain a fait ses premiers pas dans le monde de l’art en tant que graffeur, après s’y être installé dans les années 1990. 

En utilisant son personnage fétiche de Companion, un clown en échelle de gris inspiré de Mickey Mouse, Kaws a commencé à faire de la publicité clandestine en détournant des publicités, des panneaux d’affichage et des cabines téléphoniques. Depuis, Kaws a laissé sa marque dans le monde entier, notamment dans les villes de Londres, Paris, Berlin et Tokyo.

4. Mark Jenkins

Mark Jenkins street art
L’installation sculpturale de Mark Jenkins

Le travail de cet artiste de street art américain est très inhabituel. Contrairement à la majorité de ses pairs, qui sont des peintres, Mark Jenkins fait des installations sculpturales, largement inspirées par le sculpteur espagnol Juan Munoz. L’artiste considère la rue comme sa propre scène artistique. Ses sculptures, choquantes et troublantes, interagissent avec l’environnement qui les entoure. Le public devenant sans le savoir, partie intégrante de l’œuvre. 

Jenkins a participé à plusieurs projets visant à sensibiliser le public à des causes environnementales et sociales. En 2008, le projet « Plight of the Polar Bears » mené par Jenkins et l’ONG Greenpeace, avait pour but de sensibiliser le public au réchauffement climatique et à la fonte des calottes glaciaires. Pour l’installation, Jenkins a créé des personnages aux allures de sans-abris et à la tête d’ours polaire. En 2018, l’artiste a créé, avec l’aide de sa collaboratrice de longue date Sarah Fernandez, l’installation monumentale « Project 84 ». Conçue pour attirer l’attention sur le taux de suicide chez les hommes, l’installation présentait 84 statues d’hommes, grandeur nature, placées au sommet d’un gratte-ciel.

5. Tristan Eaton

tristan eaton street art
La murale « America Needs Brains » d’Eaton à Culver City, Californie ©️Tristan Eaton

Né en 1974 à Hollywood en Californie, Tristan Eaton de street art américain qui fait des fresques murales aux couleurs vives. Elles se trouvent dans plusieurs villes du monde comme New York, Shanghai et Paris. Puisant son art dans les racines du mouvement graffiti, Eaton utilise la peinture aérosol à main levée pour créer ses fresques. En dehors du street art, l’artiste est membre du mouvement artistique du « design toy », un espace qui est aujourd’hui dominé par des artistes tels que Kaws. 

Eaton a collaboré à plusieurs reprises avec des marques telles que Nike. Aujourd’hui, la collection permanente du MOMA de New York expose certaines de ses œuvres. Ce musée fait partie des musées d’art américains à faire au moins une fois dans sa vie !

6. Toxic

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est toxic-min.jpeg.
Une peinture murale de Toxic

L’artiste Torrick Ablack, connu sous le nom de Toxic, est né en 1965 dans le Bronx, à New York. Il est l’un des pionniers du mouvement graffiti. Comme d’autres graffeurs de l’époque, il commence à taguer les murs et les rames de métro de New York à l’âge de 13 ans, puis rejoint l’équipe de graffeurs du célèbre artiste Rammellzee

En 1982, Toxic rencontre le célèbre artiste Jean-Michel Basquiat, qui devient son mentor artistique. En réponse à la représentation problématique des Afro-Américains dans les films hollywoodiens, Toxic, Basquiat et Rammellzee ont commencé à s’appeler les « Hollywood Africans », du même nom que la célèbre peinture de Basquiat. Plus tard dans sa carrière, Toxic se tourne vers la toile. Cependent, il reste toujours fidèle à sa technique originelle de peinture en aérosol. Aujourd’hui, cet artiste de street art américain vit à Florence, en Italie.

7. ABOVE aka Tavar Zawacki

ABOVE artiste street art
Mural by Tavar Zawacki as ABOVE

Tavar Zawacki est né en 1981 à San Francisco, en Californie. Au cours des premières années de sa carrière, cet artiste de street art américain est resté anonyme, simplement connu sous le nom de ABOVE. Son travail est caractérisé par une flèche vers le haut qui, symboliquement, reflète son désir de « s’élever au-dessus des peurs, des défis et de tout ce qui vous empêche d’atteindre vos objectifs ». Pendant 20 ans, ses flèches ont été aperçues dans plus de 100 villes du monde entier. 

C’est en 2017 qu’ABOVE a révélé sa vraie identité, Tavar Zawacki, et qu’il a commencé à créer des œuvres sous ce nom. Cela a permis à l’artiste d’expérimenter artistiquement et d’explorer de nouveaux sujets.

8. Death NYC

Death nyc street art
Death NYC, Yellow Tank, 2012, disponible sur Artsper

Née en 1971, Death NYC est une artiste de street art new-yorkaise qui reste, encore aujourd’hui, anonyme. Son pseudonyme est en fait un acronyme de « Don’t Easily Abandon The Hope ». Cela entraîne souvent une confusion dans le public, notamment en ce qui concerne le slogan de l’artiste « Death is free ». Ayant grandi dans une ville aussi diversifiée qu’est New-York, elle a été exposée à une variété de sous-cultures, ce qui l’a amenée à remettre constamment en question son environnement. Cette expérience a joué un rôle essentiel dans le choix de son pseudonyme et de sa vision sceptique du monde.

En ce qui concerne son art, Death NYC a commencé par peindre sur les murs et les sols des magasins des quartiers de Soho et de Chelsea. Aujourd’hui, son art se concentre généralement sur les travaux d’impression. L’artiste, à travers un œil cynique, se moque des médias en déformant et décalant les images de la culture populaire.

9. Alec Monopoly 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bz42nGqWqBdsl5wO8he5AUI9iVJ1VPLVxn3wywRH3CNV4GL52khGJ6x43AZ725vlst7jwSUU8PrnWIMbTSCbG_IOt4ZKAhdTX6G--62lQtVsQ_K3Z3ewPgUJ1KAHRZ5mYM16X3Fv.
Murale d’Alec Monopoly

Alec Monopoly, de son vrai nom Alec Andon, est l’un des artistes de street art américain les plus prometteurs de la scène actuelle. Ses œuvres sont très recherchées et certaines sont collectionnées par des célébrités telles que Miley Cyrus et Snoop Dogg. 

Le personnage iconique du jeu de société Monopoly Man est toujours présent dans son art. Cette idée lui a été inspirée par l’agent de change frauduleux Bernie Madoff. En recontextualisant ce personnage, symbole de richesse et de réussite, l’artiste dénonce la culture capitaliste extrême qui prévaut dans la société américaine.

10. Lady Pink

Lady Pink street art
Lady Pink’s “Faith in Women” mural in Minnesota

Sandra Fabara, surnommée Lady Pink, est une icône féministe du mouvement graffiti des années 1980. Elle a consacré sa carrière au graffiti et au street art pour donner du pouvoir aux femmes, comme acte de rébellion et d’expression personnelle. Première femme active dans ce mouvement du graffiti, Sandra Fabara a été surnommée la « première dame du graffiti ». Elle est aussi la fondatrice de l’équipe de graffeurs exclusivement féminine des « Ladies of the Arts ». 

Ses premiers travaux se concentrent sur la peinture de trains et de métros dans la périphérie de New York, seule au début et plus tard accompagnée de son mari, l’artiste SMITH. Dans son studio, ses peintures sont toujours centrées sur les sujets des rames de métro et des paysages urbains pop-surréalistes.

L’avenir du street art américain…

Et voilà, notre article sur ces quelques artistes de street art les plus fascinants des États-Unis s’achève. Chez Artsper, nous sommes impatients de découvrir les futures œuvres de ces artistes, et la façon dont leur héritage inspirera les artistes à venir. Vous voulez en savoir plus sur le street art contemporain ? Voici 10 références artistes du street art mondial à connaître !

Vous pourriez aussi aimer :