Où trouver de l’art dans les rues de New York ?

Vue de Manhattan depuis le pont Brooklyn

New Amsterdam, tel était son nom avant qu’elle ne soit New York. Riche de plusieurs centaines de musées, la ville est un véritable carrefour de l’art moderne et contemporain, et un immanquable pour les amateurs de tous bords. Impossible de ne pas avoir vu une photographie de Manhattan… Mais au-delà des murs et des mises en scène muséales, vous pourriez bien tomber sur un chef-d’oeuvre au détour d’une avenue. Les rues de New York regorgent de curiosités, qu’elles soient le fruit d’une rencontre fortuite ou d’une quête assidue, elles ne vous laisseront pas de marbre.

On vous invite aujourd’hui à nous suivre dans les rues animées de New York et à découvrir la face cachée de la ville, elle pourrait bien vous surprendre.

1. Commencez avec une fresque de Keith Haring, Crack is Wack

Keith Haring, Crack is wack,  Fresques d'un terrain de handball de New York, 1986
Keith Haring, Crack is wack,  1986

Difficile de ne pas évoquer Keith Haring quand il s’agit de New York. Grande figure de la scène underground New-Yorkaise, Keith Haring était également très engagé dans la sphère sociale et humanitaire. C’est en 1986 que l’artiste décide de peindre, sans autorisation sur un terrain de handball. La fresque s’inspire de la crise que connaissait alors la ville de New York, envahie par la cocaïne et en proie à la délinquance et la violence. Très rapidement cette oeuvre sera mise sous la protection de la ville de New York et sera même restaurée en 2007.

Où?  128th Avenue & 2nd Avenue – New York 10035 – États-Unis

2. Direction vers les sculptures de Robert Indiana, Love and Hope

Un couple s'embrassant au pied de la sculpture LOVE. (Photo Didier Forray)
Robert Indiana, Love, 1970

Si vous êtes de passage par le Midtown de Manhattan ne manquez pas les mythiques sculptures de Robert Indiana. Pour LOVE, visuel designé en 1965,  le but de l’artiste était de créer un symbole pour un art populaire, de diffuser de l’amour et de l’espoir, mais aussi de transmettre un message antimilitariste. Concernant HOPE, le design a été pensé à l’occasion de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008. Malheureusement la sculpture LOVE a été récemment retirée pour restauration. Il faudra se contenter de HOPE en attendant, en espérant qu’elle revienne vite.

Où? 1359 Avenue of the Americas –  200 W 53rd St – 55th Street & 6th Avenue – 810 7th Avenue –  53rd Street & 52nd Street – New York – États-Unis

3. Escale à Times Square avec une installation sonore

Max Neuhaus, Times Square, 1977
Max Neuhaus, Times Square, 1977

Si d’aventure vous passez par Broadway lors de vos pérégrinations New-Yorkaises, tendez bien l’oreille. En effet entre la 45ème et 46ème avenue de New York vous pourrez remarquer un léger changement d’ambiance au milieu de la foule. C’est en 1977 que l’artiste et musicien Max Neuhaus installe une chambre acoustique sous les grilles du métro. Un son continu et discret se diffuse et habille légèrement l’atmosphère. Le but de Neuhaus était de créer une oeuvre en dehors des musées et pour tout le monde, mais surtout capable de perturber discrètement le quotidien des New-Yorkais et de susciter la curiosité chez les passants. Une oeuvre toute en finesse qui ne s’impose pas frontalement au lieu ni aux piétons.

Où? West 45th Street, W 46th St – New York 10036 – États-Unis

4. Découvrez Greenwich Village avec l’œuvre de Eduardo Kobra, Ellis/Imigrantes

Eduardo Kobra, “Ellis / Imigrantes” – West Village,  Novembre 2018. © 2019 Louis Takács
Eduardo Kobra, Ellis / Imigrantes, 2018

Né en 1975 dans un quartier pauvre de São Paulo, le street artiste Eduardo Kobra est autodidacte. Il est engagé dans beaucoup de causes comme la protection de l’environnement ou la lutte contre la tauromachie. L’artiste a vu son style évoluer, du noir et blanc à une explosion de couleurs et de formes, mais toujours dans un style très réaliste. Plus de 500 de ses œuvres habillent les grandes villes de 17 pays. Et si vous êtes à New York, au détour d’une rue, vous pourriez bien tomber sur l’une des 18 fresques qui décorent les murs de la ville.

Où? 250 W Houston Street – Greenwich Village – New York 10014 – États-Unis

5. Arrêt aux Silver Towns avec Picasso et Nesjar, Le Buste de Sylvette

 Pablo Picasso, Carl Nesjar, Buste de Sylvette, 1968. University Plaza, New York (arch. Pei & Associates) © Massachusetts Institute of Technology /photograph by G. E. Kidder Smith © Succession Picasso, 2016
Pablo Picasso and Carl Nesjar, Buste de Sylvette, 1968

Saviez-vous que Manhattan abrite une statue de Picasso de presque 11 mètres ? Alors même que Picasso n’a jamais posé un pied aux États-Unis. Vers la fin des années 1960, l’architecte I.M Pei et son entreprise mettent au point les ”Silvers Towers” pour la cité universitaire de Bleecker Street. C’est alors que I.M Pei a une idée brillante pour accompagner les tours de béton, il décide d’ajouter une oeuvre de Picasso. Ce buste reprend la technique de la “bétogravure” de l’artiste norvégien Nesjar et est inspiré par Sylvette David, la fameuse fille à la queue-de-cheval peinte en 1954. Par la suite I.M Pei en fera l’acquisition pour ensuite l’installer dans le parc au centre des tours.

Où?  Silver Towers – 110 Bleecker St –  New York 10012 – États-Unis

6. En route pour SoHo avec les trottoirs ornés par Françoise Schein, Subway Map Floating on a New York Sidewalk

Photographie de Greene Street à Soho où est installée Subway Map Floating on a New York Sidewalk de Françoise Schein
Françoise Schein, Subway Map Floating on a New York Sidewalk, 1985

Une fois n’est pas coutume, vous serez encouragés à regarder vos pieds! En effet, vous ne raterez rien car cette oeuvre gigantesque de Françoise Schein (plus de 27 mètres sur 3) recouvre le trottoir de Greene Street à Soho. Crée en 1985, elle reproduit la carte du métro de Manhattan tel qu’il était à l’époque, à l’aide de barres d’acier et d’ampoules LED. Pour l’artiste, le métro new-yorkais est comme « un flux permanent à l’intérieur d’un organisme vivant ». Elle considère également cette oeuvre comme le point de départ de son travail sur les droits de l’homme, car le métro est « le lieu le plus démocratique dans toutes les villes ».

Où? 110 Greene Street – Soho – New York 10012 – États-Unis

7. Cap sur le quartier financier avec Jean Dubuffet, Groupe de quatre arbres

Dubuffet New York
Jean Dubuffet, Groupe de quatre arbres, 1972

Inaugurée le 24 octobre 1972, cette sculpture est une commande de l’homme d’affaires David Rockefeller passée en 1969 à l’artiste Jean Dubuffet. Prévue pour orner l’entrée de la Chase Manhattan Bank, cette sculpture de 14m de hauteur est faite de résine d’époxy et peinte à l’aide de polyuréthanes. Jean Dubuffet est un artiste phare du mouvement dit “art brut”, un art plein de tendresse, d’innocence, mais aussi de maladresse. S’inscrivant dans son cycle de l’Hourloupe, la sculpture de Dubuffet apporte un peu de son innocence dans le monde impitoyable de la finance new-yorkaise.

Où? Chase Manhattan Bank Plaza – New York 10005 – États-Unis

8. Finissez le tour Street Art à Bushwick

D*Face, Till death do us (p)art, 2016

Si vous êtes passionné par les murales ou les peintures graffiti, on a le plan parfait pour vous ! Situé à Brooklyn, le quartier de Bushwick est presque la capitale mondiale du street art.  Entre signatures, mosaïques, collages, pochoirs et même publicités, le quartier regorge d’oeuvres aussi diverses qu’étonnantes. Venez à la rencontre d’artistes qui se feront un plaisir de vous parler de leurs travaux. Et si vous êtes vous-même graffeur et que vous voulez laisser votre touche personnelle à Bushwick, n’hésitez pas à contacter l’un des nombreux groupes d’artistes du quartier.

Où? Quartier de Bushwick – Brooklyn – New York 10036 – États-Unis 

L’itinéraire Street Art d’Artsper

Vous devriez aimer