Les 10 faits marquants du marché de l’art en 2020

L’année 2020 aura été absolument inédite pour le marché de l’art. Si la crise sanitaire a eu de lourdes conséquences pour les différents acteurs, elle a également permis le développement exceptionnel de la vente d’art sur internet. Loin de se laisser abattre, les maisons de vente et les artistes ont rivalisé d’originalité pour garder les acheteurs et les collectionneurs en haleine. Artsper revient pour vous sur 10 faits qui ont marqué le marché de l’art en 2020 !

David Hockney vend « The splash » pour 27 millions d’euros

David Hockney, The splash, 1966 ©BBC

La vente exceptionnelle d’une œuvre de l’artiste britannique David Hockney a marqué début de l’année 2020. Et le marché de l’art international ! Estimée entre 23 et 35 millions d’euros, la peinture aura finalement été vendue par Sotheby’s Londres pour… 27,4 millions d’euros ! Cette même œuvre était déjà passée dans les mains d’un commissaire-priseur en 2006 et avait alors été achetée pour 3,9 millions d’euros ! 

De faux Gauguin à la National Gallery de Washington ?

Paul Gauguin, L’invocation, 1903 ©Barneby’s

Cet épisode aura constitué une véritable polémique dans le monde des musées en 2020 ! Deux musées situés aux États-Unis, La National Gallery de Washington et le Musée des Beaux-Arts de Boston, ont été soupçonnés d’exposer des fausses œuvres de l’artiste Paul Gauguin. L’accusation provient d’un collectionneur d’art amateur, Fabrice Fourmanoir. Ce dernier pointe du doigt diverses incohérences dans les peintures. Les deux institutions prennent très au sérieux les doutes de ce véritable détective des arts et ce n’est pas un hasard… Il a notamment prouvé en janvier que le Getty Museum de Los Angeles abritait une fausse sculpture de l’artiste postimpressionniste ! Les deux institutions américaines seraient encore en train de mener des investigations, afin de savoir si oui ou non, les toiles accrochées à leurs murs sont l’œuvre d’un (riche) faussaire.

Un tableau de Van Gogh dérobé en plein musée

Vincent Van Gogh, Jardin du presbytère de Nuenen au printemps, 1884 ©UNESCO

Le Singer Museum, situé à Laren aux Pays-Bas a été victime d’une effraction dans la nuit du 30 mars 2020. Mais aussi et surtout… du vol d’un tableau infiniment précieux : « Le Jardin du presbytère de Nuenen au printemps », peint par Vincent Van Gogh en 1884. Que vous croyez aux coïncidences ou non, sachez que l’œuvre a été dérobée 167 ans jour pour jour, après la naissance du célèbre peintre, le 30 mars 1853. Selon l’expert d’art néerlandais Arthur Brand, la toile est estimée entre 1 et 6 millions d’euros. À ce jour, le chef-d’œuvre du plus célèbre des peintres maudits n’a toujours pas été retrouvé… 

Un squelette de T-Rex vendu 31,8 millions de dollars, pulvérisant le record pour un dinosaure

« Stan », squelette du « Tyrannosaurus rex » exposé chez Christie’s New York ©Le Monde

Le 6 octobre 2020, les amateurs d’histoire et de paléontologie étaient aux aguets pour assister à la vente d’un squelette de T-Rex. Estimé par Christie’s New York entre 6 et 8 millions de dollars, il a fallu seulement 14 minutes pour que le squelette complet de ce dinosaure se vende 31,8 millions de dollars ! Long de 12 mètres, haut de 4 mètres et fort de 188 os, « Stan » le T-Rex est vieux de 87 millions d’années !

Invader, vend sa Rubik Mona Lisa pour 480 000 euros aux enchères

Invader, Rubik Mona Lisa, 2005 ©Le Journal des Arts

Le street artiste Franck Slama, alias Invader, a utilisé plus de 300 Rubik’s Cube pour créer sa « Rubik Mona Lisa ». L’achat de ces célèbres petits objets a rapidement été rentabilisé par la vente de l’œuvre d’art, adjugée 480 200 euros. Il s’agit là d’un record de vente dans la catégorie des « tableaux objets ». Mona Lisa n’aura donc jamais fini d’inspirer les artistes !

Des bronzes de Dali dérobés en pleine galerie

Salvador Dalí, La montre molle, 1970 ©Artcurial

Une galerie de Stockholm a été victime d’un terrible vol au début de l’année 2020. En effet, la galerie Couleur, dans l’élégant quartier d’Östermalm de la capitale suédoise, a vu dix de ses sculptures dérobées. L’auteur de ces œuvres est loin d’être un inconnu, puisqu’il s’agit du célèbre Salvador Dalí. Alors, à combien s’élève le montant du butin des voleurs ? D’après le propriétaire de la galerie, chaque œuvre est estimée entre 20 000 et 50 000 euros ! Parmi les statues volées se trouvait notamment un célèbre exemplaire des « montres molles », dont il n’existe que 350 exemplaires numérotés à travers le monde !

Sotheby’s organise une vente caritative contre le Covid-19 avec Google

« Mayday Covid-19 Charity Auction » ©Sotheby’s

Quand marché de l’art rime avec bonne cause ! La maison de vente Sotheby’s s’est associée avec Google afin de récolter des fonds pour Rescue Comittee (IRC), qui tente de résoudre de nombreuses crises humanitaires. Les biens à vendre ? Une longue liste de rencontres virtuelles avec des personnalités et célébrités internationales. On pense par exemple à Sting, Hillary Clinton ou encore le décorateur français Jacques Grange. Si cette année a été compliquée à bien des égards, elle a cependant été marquée par de nombreuses initiatives et ventes solidaires !

La Biennale de Paris mis aux enchères chez Christie’s

La Biennale de Paris en vente chez Christie’s ©La Biennale de Paris

Les collectionneurs ont été ravis d’apprendre que Christie’s s’est de son côté associé à La Biennale de Paris. Et cela pour la vente en ligne de plus de 90 œuvres d’art, issues de 42 galeries différentes. Tableaux, sculptures, mobilier, objets d’art et d’archéologie ont trouvé preneur. D’après Cécile Verdier, présidente de Christie’s France, cette sélection « illustre parfaitement la variété du marché ». Malheureusement, les très hautes attentes des deux institutions n’ont pas été atteintes. Contre les 7 à 10 millions d’euros attendus, la vente n’aura généré qu’un bénéfice de 1,5 million d’euros !

Découverte d’un tableau inédit de Jusepe de Ribera

Jusepe de Ribera, Un philosophe : l’heureux géomètre, vers 1612-1615, ©La Gazette Drouot

L’année 2020 aura aussi été marquée par la découverte exceptionnelle d’un tableau du maître espagnol Jusepe de Ribera. Artiste majeur du XVIIème siècle, de Ribera excelle dans la maîtrise de la lumière. La toile « Un philosophe : l’heureux géomètre » était conservée chez des particuliers, qui ignoraient totalement le trésor qui se cachait dans leur maison. Estimée entre 200 000 à 300 000 euros, l’œuvre a été vendue chez Drouot pour 1,8 million d’euros !

#ShowMeTheMonet : 2ème record de vente aux enchères pour une œuvre de Banksy

Banksy, Show Me the Monet, 2005 ©Connaissance des arts

Bansky fait toujours autant parler de lui ! Le 21 octobre 2020, le plus taquin des street artistes a vu l’une de ses toiles s’envoler pour 8,5 millions d’euros chez Sotheby’s à Londres. Ayant revisité une œuvre du célèbre peintre impressionniste Claude Monet, Bansky adresse une nouvelle fois une critique de la société de consommation et de ses effets néfastes pour l’environnement. 

En somme, 2020 aura été une année charnière et sans précédent pour le marché de l’art. Entre faits divers, vols, ventes records et scandales en tous genres, la scène artistique regorge d’anecdotes croustillantes, que certains ne sont pas prêts d’oublier !