10 choses à savoir sur Robert Rauschenberg

Andy Warhol et Robert Rauschenberg dans le studio de Rauschenberg, New York, hiver 1964-65. © Photo David Mc Cabe
Andy Warhol et Robert Rauschenberg dans le studio de Rauschenberg, New York, hiver 1964-65. © Photo David Mc Cabe

Notre artiste de la semaine, un temps l’amant de Jasper Johns qui a inspiré le nom d’Artsper, est l’un des artistes les plus influents du siècle dernier mais également des plus hermétiques. Artsper vous livre 10 points importants pour comprendre le célèbre plasticien américain.

« Les objets que j’utilise sont la plupart du temps emprisonnés dans leur banalité ordinaire. Aucune recherche de rareté. A New-York, il est impossible de marcher dans les rues sans voir un pneu, une boîte, un carton. Je ne fais que les prendre et les rendre à leur monde propre… »

#1

Robert Milton Ernest Rauschenberg est né le 22 octobre 1925 à Port Arthur, Texas, et meurt le 12 mai 2008 à Captive Island, Floride.

91.85_rauschenberg_imageprimacy_compressed_740
Satellite, 1955

#2

Sa rencontre avec le peintre Willem de Kooning, dans les années 1950, est probablement celle qui a le plus influencé sa carrière.

120994_2290579
Willem de Kooning, Excavation, 1950

#3

Après de courtes études à Paris, où il épouse une jeune peintre comme lui, il poursuit sa formation artistique au sein de l’emblématique Black Mountain College où il assiste aux cours de Josef Albers et de John Cage, avec qui il travaillera plus tard.

Robert Rauschenberg et sa femme Suzanne

#4

En 1951 a lieu sa première exposition personnelle à la Betty Parsons Gallery de New York, la galerie la plus importante de l’époque. Un échec retentissant, puisqu’aucune de ses oeuvres ne sera vendue. La même année, il rencontre le grand marchand Léo Castelli.

CON-RAUSCHENBERG_normal
Sans titre, 1961

#5

Il part ensuite s’installer à New York, où il expose ses premiers monochromes (White paintings). C’est là qu’il rencontre Jasper Jonhs, qui deviendra son amant. Leurs démarches artistiques respectives s’en trouveront mutuellement influencées. L’approche de Rauschenberg est parfois qualifiée de Néo-Dada,  dans la lignée du travail de Marcel Duchamp, label qu’il partage avec son amant, et précurseur des Pop Artistes.

Jasper Johns and Robert Rauschenberg dans leur studio à NYC, 1950s
Jasper Johns and Robert Rauschenberg dans leur
studio à NYC, 1950s

#6

En 1953, dans un geste que l’on pourrait qualifier de freudien sans trop prendre de risque, Rauschenberg effectue son premier grand coup dans le monde l’art. Erased de Kooning est un dessin vide, une oeuvre de Kooning, qu’il a effacée. L’artiste tue le père.

Erased de Kooning, 1953
Erased de Kooning, 1953

#7

Rauschenberg ne s’arrête pas là. Les années 50 sont aussi celles de la naissance des Combine Paintings, des oeuvres d’art total, puis de la mise au point de sa  technique de transfert avec solvant. 

Canyon, 1959

#8

À partir de 1962, les peintures de Rauschenberg commencent à intégrer non plus seulement des objets trouvés, mais aussi des images. Il transfère des photographies sur des toiles au moyen de la sérigraphie( série des Silkscreen). Ce procédé permet à Rauschenberg d’interroger le principe de la reproductibilité de l’œuvre et de ses conséquences.

Rauschenberg_Odalisk
Odalisk, Odalisque, 1955-1958, Freestanding combine

#9

Rauschenberg représente les Etats Unis à la Biennale de Venise. Il devient le premier artiste américain à remporter le prix. New York a volé l’idée d’art moderne et de Pop Art, et dicte ses règles à l’Europe.

Rauschenberg - Venise en 1964
Rauschenberg – Venise en 1964

#10

Rauschenberg se joint en 1970 à un groupe d’artistes qui, en protestation face à l’action militaire des États-Unis au Viêt Nam, retirent leurs œuvres du Pavillon des États-Unis à la 35e Biennale de Venise.

Rauschenberg_Monogram
Monogram, 1955-59, Freestanding combine

Vous devriez aussi aimer…