Pop Art : les 8 choses à savoir

Keith Haring

Le Pop Art est sûrement un des mouvements les plus connus de l’histoire de l’art et les artistes phares, tels qu’Andy Warhol ou Roy Lichtenstein sont familiers à chacun. C’est pourtant un mouvement riche et complexe sur lequel Artsper revient aujourd’hui !

#1 Le Pop Art est né en Angleterre

Eduardo Paolozzi

On voit souvent le Pop Art comme le fruit d’une pensée purement américaine, et c’est bien le cas ! Mais les premiers à s’être exprimés sur le sujet sont pourtant les Anglais, dans les années 50 ! Et plus particulièrement le groupe d’intellectuels : Independent Group qui comprenait des artistes tel que Richard Hamilton et Eduardo Paolozzi et les critiques John McHale et Lawrence Alloway. Ils cherchaient à sonder la culture populaire afin d’extraire l’art de son cocon élitiste en employant les codes de la pop culture américaine : western, fictions, publicités… Le mouvement atteindra les Etats-Unis à la fin des années 50.

#2 Le Pop Art est la réponse des artistes pour concurrencer les divertissements

Keith Harring

Le Pop Art n’est rien d’autre qu’une réponse du monde de l’art à la montée du divertissement. Télévision, jeux, consommation… tant d’occupations possibles dans cette nouvelle société ! L’art avait la concurrence rude et il a répondu en copiant les codes de cette même culture.

#3 New-York est le vivier du Pop Art

Pop Art
Andy Wahrol à New York

La ville de New-York s’est rapidement positionnée comme le vivier du Pop Art. Et on comprend vite pourquoi, si le Pop Art s’inspire des publicités géantes, des médias et du divertissement, New-York devient la source d’inspiration rêvée des artistes.

#4 « Pop Art » signifie « popular art »

pop art
Roy Lichtenstein

L’expression est inventée par John McHale et est employée pour la première fois par Lawrence Alloway en 1955 pour désigner l’art populaire.

#5 Il faut bien distinguer le Pop Art anglais du Pop Art américain

pop art
Les membres du Independent Group : Nigel Henderson, Eduardo Paolozzi, Alison et Peter Smithson

Si le Pop Art repose sur les mêmes idées aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, on peut observer quelques différences. Le Pop Art anglais suit lui aussi les évolutions de la société aux Etats-Unis mais le regarde avec plus de distance, d’humour et d’émotions. Le Pop Art américain baigne directement dans cette culture du divertissement, des médias et de la consommation. C’est donc le fruit immédiat de l’expérience. Leur art est plus agressif et leurs codes esthétiques et stylistiques sont plus marqués.

#6 Le Pop Art se nourrit d’images et de signes

Pop Art, Andy Warhol
Les soups Campbelle de Andy Warhol

Le Pop Art s’arroge souvent les images de publicités, de médias et les signes. Ces images que nous voyons si souvent et qui nous éduquent, et ces signes qui nous disciplinent. Nous sommes tous familiers avec les oeuvres d’Andy Warhol et les soupes « Campbell’s » dupliquées de chaque couleur. La publicité était une grande source d’inspiration pour le Pop Art mais la publicité a par la suite beaucoup emprunté au Pop Art.

#7 Le Pop Art désacralise l’oeuvre d’art

pop art
Andy Warhol en train de sérigraphier.

Le Pop Art c’est aussi le retour de la sérigraphie ! Technique d’imprimerie qui place un pochoir entre l’encre et le support, la sérigraphie retrouve sa place dans le monde de l’art. Il s’agit seulement de la suite logique des choses. Les artistes expérimentaient un monde dans lequel plus rien n’était unique : les objets sont fabriqués en masse et les images aussi. L’unicité est abandonnée au profit de la production massive. En plus d’utiliser les codes de la culture populaire, les artistes du Pop Art reproduisaient ces images plusieurs fois, en plusieurs couleurs, en plusieurs tailles… Du jamais vu dans l’histoire de l’art ! Ces artistes ont d’ailleurs fait l’objet de contestations, et pour cause, l’oeuvre n’est plus réellement le fait de l’artiste, elle perd son aspect « artisanal ».

#8 Le Pop Art est une attitude

pop art
L’album « Transformer » de Lou Reed

Le Pop Art est bien évidemment un mouvement artistique, mais c’est aussi bien plus que ça. C’est toute une génération qui fait un constat cynique de la société, avec style et humour, certes ! Mais l’art « plastique » n’est que la caisse de résonance de ce constat puisque de nombreux secteurs se sont à l’époque inspirés du Pop Art. Le groupe de rock « Velvet Underground » par exemple a fait appel à Andy Warhol pour leurs couvertures d’album.

C’est cette attitude, désinvolte et critique qui rend le Pop Art « irréprochable », qui ne fait finalement que constater et assumer l’évolution de la société.

Vous pourriez aimer :