Home > La minute arty > Le rôle des critiques d’art : diffuser, juger, façonner
Le rôle des critiques d'art : diffuser, juger, façonner
La minute arty 12 Juin 2022

Le rôle des critiques d'art : diffuser, juger, façonner

 La Joconde, Léonard de Vinci, Musée du Louvre, © Eric Terrade, critique d'art
La Joconde, Léonard de Vinci, Musée du Louvre, © Eric Terrade

La critique d’art existe depuis la Grèce Antique, puisqu’elle apparut dès les balbutiements de la séparation entre l’artisan et l’artiste. Mais jusqu’à la Renaissance, cette discipline reste très académique. Une œuvre est jugée bonne si elle répond à des critères précis. Deux éléments sont attendus : respecter certaines exigences techniques et relater de façon la plus compréhensible possible un épisode biblique. Depuis, la critique d’art a évolué vers quelque chose de bien plus complexe et détaillé. Détentrice de la connaissance et du bon goût, elle transmet, juge… voire façonne l’art contemporain ! Mais quel est son rôle, exactement ? Artsper vous en livre les secrets !

Le critique d’art : un rôle de passeur.se

Puisant ses origines dans le terme grec « kritikē », le premier rôle de la critique est de discerner. Et le critique d’art ne déroge pas à la règle : il doit d’abord comprendre les œuvres dans leurs grandes lignes. Ensuite, il se charge de les transmettre, de les vulgariser ou de les commenter. À cela s’ajoute une autre dimension : suivre l’actualité artistique et la partager. En ce sens, les critiques d’art sont avant tout des passeur.euse.s d’information, car ils transmettent et diffusent l’art. Ils s’en nourrissent à outrance et proposent ensuite leur regard expert à un public plus large. Souvent sous la forme d’articles papier ou web, le critique d’art offre d’abord une sélection d’expositions et commente des œuvres.

© Thuyen Ngo
© Thuyen Ngo

La critique artistique : des juges expert.e.s

Pour autant, ce n’est pas parce que le critique d’art est un passeur qu’il recrache l’information. Bien au contraire, son avis d’expert.e importe, au point d’avoir un véritable poids et des conséquences concrètes. Par son rôle de juge, le critique d’art occupe donc une place de pouvoir. Il est en charge de donner son avis sur la qualité des œuvres. De ce fait, il peut décider qu’une peinture est réussie, qu’une performance est fantastique, qu’une sculpture est médiocre… Il établit la valeur des œuvres et peut faire fluctuer la côte des artistes. En fonction de sa notoriété, il peut même influencer le marché de l’art tout entier. Du fait de cette position de juge, il peut aussi bien devenir le pire ennemi, que le meilleur allié des artistes émergents. De nombreux.se artistes n’auraient d’ailleurs jamais eu une telle notoriété si certain.e.s critiques d’art n’avaient pas cru en eux.

Oeuvre de Ryoji Ikeda à l'exposition Point of no return, 180 The Strand, London, 2021, photo de © Andrea de Santis, critique d'art
Oeuvre de Ryoji Ikeda à l’exposition Point of no return, 180 The Strand, London, 2021, photo de © Andrea de Santis

La critique d’art : une analyse aussi détaillée que globale

Qui dit critique d’art, dit expert.e.s capables d’avoir, puis de retranscrire, un regard à la fois passionné et technique. Grâce à ses connaissances poussées, le critique peut rapidement cerner ou prendre du recul sur les différents courants artistiques. Mais il peut tout autant décortiquer une œuvre millimètre par millimètre. Finalement, les critiques talentueux.ses sont un peu comme les oiseaux de proie du monde de l’art. Ils ont la double capacité d’observer les œuvres avec une remarquable distance, tout en réussissant à analyser leur moindre détail. Ce regard – à la fois global et minutieux – offre une analyse hors pair de l’art dont ils sont contemporains.

Portrait du critique d’art Félix Fénéon, Maximilien Luce, 1903, critique d'art
Portrait du critique d’art Félix Fénéon, Maximilien Luce, 1903

Les critiques d’art, un rôle avant tout politique ?

Même s’il arrive qu’un.e critique soit issu.e d’un milieu populaire, l’art, et notamment sous sa forme théorique, reste élitiste. Comme ont pu le démontrer la Sociologie et l’Anthropologie, nos goûts ne relèvent pas du hasard. Ils sont orientés par des facteurs personnels, mais aussi culturels et sociaux-économiques. En s’imposant comme étant juge du « bon art », la critique peut donc agir au service ou contre cette reproduction. Un rôle politique et social que les critiques d’art ont tout intérêt à faire passer avant toute considération narcissique. Besoin d’inspiration ? Félix Fénéon est un bon exemple de critique d’art venant d’un milieu modeste et assumant son rôle politique !




À propos d’Artsper

À propos d’Artsper

Fondée en 2013, Artsper est une marketplace en ligne d’art contemporain. En partenariat avec 1 800 galeries d’art professionnelles autour du monde, elle rend accessible à tous la découverte et l’acquisition d’œuvres d’art.

En savoir plus