Ren Hang, le jeune prodige de la photographie

Ren Hang Paon
Ren Hang, exposition Human Love, au Fotografiska Museum de Stockholm (2017)

A L’occasion de l’exposition de l’oeuvre de Ren Hang à la Maison Européenne de la Photographie, la première depuis sa disparition tragique, Artsper rend hommage à ce jeune artiste, auteur de superbes photographies de nus démantibulés et entremêlés. Son oeuvre a été aussi riche que brève. Décédé avant même de fêter ses 30 ans, il nous a touché et marqué par son art à la beauté intense et mélancolique. Son oeuvre, si poétique, est éternelle.

Il a acquit sa renommée pour ses portraits de nus poignants et intenses

Ren Hang Exposition Los Angeles
Ren Hang, Exposition what we do is a secret (2016)

Ren Hang a révolutionné à sa façon le nu dans la photo en traitant le corps de l’homme ou de la femme avec désinvolture, poésie et humour. Il mêlait les corps pour créer des photographies fortes et émouvantes. Il menait à travers son art une réflexion sur la nudité, l’érotisme, la beauté et, de façon plus large, sur la vie. Ses clichés étaient un reflet de son âme tourmentée : « cela remplit le vide de mon cœur » répondait-il quand les journalistes lui demandaient ce qui le poussait à être photographe.

Il tenait un journal intime sur ce qu’il nommait sa « dépression légère »

Ren Hang fleurs
Ren Hang pour Antidote Magazine (2016)

Sujet à de profondes angoisses, il racontait son mal être dans ses écrits. Il s’y confiait à ses lecteurs dans des déclarations lyriques à la fois tristes et troublantes : « je me réveille chaque matin en me demandant pourquoi je suis encore en vie ». La dépression, dont il souffrait depuis des années, occupait toute une section de son site internet, où il consignait ses poèmes et ses notes personnelles, sans plus de filtres que dans ses photos.

Il utilisait toujours le même appareil photo pour prendre ses clichés

Ren Hang Beauty Papers Magazine
Ren Hang pour Beauty Papers magazine (2016)

Ren Hang ne travaillait qu’avec un simple appareil argentique Minolta, facile d’utilisation et à transporter : il affirmait vouloir prendre des photos librement, en un seul clic. Leur aspect instantané est sans doute ce qui rend ses photos si belles et si justes : pas d’assistants, pas de lumières artificielles, simplement des morceaux de vie mis en scène et photographiés sur le vif.

Son oeuvre est contestée en Chine, son pays d’origine

Ren Hang portraits nus
Ren Hang, MARCH  (2016)

Ses photographies teintées d’érotisme et d’humour ne plaisaient pas toujours au gouvernement chinois qui les a censurées de nombreuses fois. Les oeuvres de Ren Hang lui ont valu plusieurs arrestations pendant ses shootings. Si ses oeuvres ont souvent été jugées dangereuses pour l’état communiste, Ren Hang n’incarnait pas de façon explicite une rébellion. Le photographe ne s’est jamais considéré en conflit avec le parti : « j’aime croire que ma pratique artistique est au dessus des mesures politiques » affirmait-il. La Chine pratiquait encore sa politique de contrôle des naissance il y a quelques années, et a de cette façon mis une lourde pression sur les épaules de millions d’enfants uniques chinois. Dans ce contexte, Ren Hang a osé choisi sa sensibilité artistique plutôt que la méritocratie et son excellence universitaire. C’est déjà une révolution à part entière.

A l’université, il n’étudiait pas la photographie mais le marketing

Ren Hang couple
Ren Hand pour Modern Weekly Magazine (2016)

Ren Hang trouvait ses études ennuyeuses et a donc commencé pour se distraire à photographier ses amis et camarades de dortoirs. Il improvisait des mises en scène dans lesquelles il faisait poser ses modèles amateurs le plus naturellement possible.

Il choisissait ses modèles parmi ses amis puis parmi les visiteurs de son site internet

Ren Hang maman
Ren Hang, My mum (2015)

Ren Hang disait qu’il avait besoin de respect mutuel pour conduire ses shootings de la façon la plus naturelle possible. L’artiste privilégiait ses connaissances pour réaliser ses photos : même sa maman a posé pour lui. Il était nécessaire pour lui de travailler dans une atmosphère de confiance. Il en allait de même avec les modèles qui postulaient via son site internet. Ren Hang tenait à parler avec chacun d’entre eux avant le shooting. Il voulait être bien certain de s’entendre avec la personne qu’il avait à photographier. Si ce n’était pas le cas, il n’hésitait pas à arrêter la séance.

Il a réalisé une exposition faite de cadres vides

Ren Hang Exposition TOKYO (2016)

La Chine a jugé certaines photographies de Ren Hang comme étant pornographique. Les autorité ont même annulé une de ses expositions pour « suspicion de sexe ». Elles lui ont aussi interdit d’exposer certaines de ses photographies. Ren Hang avait choisi d’y répondre, tout simplement, en maintenant son exposition mais en y accrochant uniquement des encadrements vides. Il avait par la suite déclaré : « Les idées politiques exprimées dans mes photos n’ont rien à voir avec la Chine. C’est la politique chinoise qui veut s’introduire dans mon art. »

C’est à l’étranger qu’il a trouvé la plus grande partie de son public

Ren Hang poids
Ren Hang pour FFF Zine (2016)

Si en Chine, le travail de Ren Hang n’était pas au goût de la société, les pays étrangers ont plutôt tendu les bras à ce jeune talent. Ren Hang a exposé dans des galeries à Paris, Stockholm ou Los Angeles. Il a aussi exposé à la FIAC en 2014, et au musée Foam d’Amsterdam et au musée de la photographie à Stockholm entre 2016 et 2017. Il a aussi travaillé pour de nombreux magazines de mode et a fait la couverture des inrocks « sexe » à l’été 2014.

Il était comparé à Ai Weiwei et Ryan McGinley

Ren Hang portrait
Ren Hang, October (2016)

Le lien entre Ryan McGinley était établi par rapport à leurs oeuvres. Tous deux représentaient des corps libres et jeunes, souvent entourés d’éléments de la nature. Mais beaucoup considèrent l’art de Ren Hang comme « moins léger » que celui de l’américain. Ren Hang était surtout comparé à Ai Weiwei, pour le personnage qu’il incarnait. Certains voyaient en Ren Hang l’héritier de Ai Weiwei, qui s’est exposé lui aussi aux foudres du gouvernement chinois. Pourtant l’opposition de Ren Hang vis à vis de l’autorité chinoise était bien moins frontale que celle de son prédécesseur. Ces deux artistes persécutés par l’état chinois avaient collaboré en 2013 pour l’exposition FUCKOFF au Musée Groninger. Weiwei a rendu hommage à Ren Hang juste après sa mort. Dans le cadre d’une interview donnée au Times, il est longuement revenu sur l’oeuvre trop courte du jeune photographe.

Taschen a publiée sa monographie en Janvier 2017

Ren Hang Taschen
Ren Hang, Taschen (2017)

Cet ouvrage constitue aujourd’hui le seul recueil au monde qui parcourt l’ensemble de la carrière de Ren Hang. Ses photographies les plus célèbres mais aussi des photographies inédites sont à y découvrir.

Retrouvez plus de 150 œuvres de Ren Hang, européennes et chinoises, à la Maison Européenne de la Photographie, à Paris du 6 mars au 26 mai 2019.

Vous devriez aimer :