10 choses à savoir sur … Wim Delvoye

Tim Steiner, porte l'œuvre de Delvoye
Tim Steiner, porte l’œuvre de Delvoye

Cette semaine, Artsper vous raconte le belge tatoueur de cochons, l’enfant terrible de l’art contemporain, en 10 points.

#1

Wim Delvoye est un artiste plasticien belge, né à Wervik (Flandre-Occidentale) le 14 janvier 1965. Il vit et travaille à Gand.

Wim Delvoye dans son atelier à Gand en 2012
Wim Delvoye dans son atelier à Gand en 2012

#2

 Il fait partie, avec Jan Fabre, Alain Platel, Jan Lauwers, Luc Tuymans, Panamarenko ou Anne Teresa De Keersmaeker, de cette génération d’artistes flammands qui ont révolutionné l’art contemporain.

Jan Fabre
Jan Fabre, installation à Kunsthaus Bregenz, Vienne

#3

Les mélanges constants osés par Delvoye l’inscrivent dans la tradition d’un Brueghel ou d’un Bosch, qui eux aussi confrontaient le trivial (excréments, alimentation, sexualité) avec le religieux ou le politique.

Jérôme Bosh, La Vision de Tondal, XIIe siècle
Jérôme Bosh, La Vision de Tondal, XIIe siècle

#4

En 2000, Wim Delvoye fait une entrée fracassante dans le monde de l’art contemporain avec son installation Cloaca, présentée pour la première fois au Mkha d’Anvers. Cloaca est une machine qui reproduit l’activité du tube digestif humain et son fonctionnement, 2 fois par jour de la nourriture est introduite dans la machine pour en ressortir quelques heures plus tard sous forme de véritable crottes… Que les spectateurs sont prêts à acheter sous vide…

machine de Wim Delvoye Cloaca
Wim Delvoye, Machine à crottes, Cloaca, 2000

#5

Toujours en 2000 et attaché aux pratiques anciennes, il réinvente la pratique du vitrail. La série Vitrail-x, conçus à partir de radiographies aux rayons X, renvoie à l’intérieur des corps. Comme toujours chez Delvoye, la perfection d’éxécution s’oppose violemment au choix des sujets–porcs en train de copuler, d’accouchement…

Wim Delvoye, vitrail Melpomene, 2001-2002,
Wim Delvoye, Vitrail Melpomene, 2000

#6

En février 2010, au MAMAC de Nice, dans le cadre de l’exposition « Dessins et maquettes », Wim Delvoye expose sept cochons tatoués. Les peaux sont ensuite vendues. Cette exposition suscitera un grand scandale chez les protecteurs des animaux..
«On tatoue le cochon quand il pèse 35 kilos et un saigneur belge vient le tuer quand il atteint 200 kilos. Puis il faut nettoyer la peau, la congeler et la ramener en Belgique, où elle est tannée par un spécialiste. Enfin, elle peut être présentée, selon sa qualité, comme un trophée de chasse ou tendue sur un cadre comme une toile. Parfois, je fais empailler l’animal.»

trois des sept cochons, 2009
Quatre des sept cochons, 2009

#7

Le caractère percutant des œuvres de Wim Delvoye n’est pas à chercher dans une volonté de provocation, mais dans leur réception comme provocation. Une œuvre ne peut être perçue comme dérangeante qu’à condition de se situer par rapport à monde de références qu’elle perturbe. Facile non ? Subtilité de l’art contemporain, maniée de main de maitre par l’artiste.

#8

En 2012, il investit le Louvre. Après Tony Cragg, et avant Loris Gréaud, Wim Delvoye est le deuxième artiste à concevoir une nouvelle sculpture monumentale pour la colonne du belvédère : une immense flèche gothique en acier Corten torsadée, Suppo, inspirée de l’architecture gothique flammande.

Sculpture, en métal , Suppo, de Wim Delvoye au Louvre 2012
Suppo, Louvre, 2012

#9

Il est représenté à Paris par la galerie Emmanuel Perrotin.

Wim Delvoye, Emmanuel Perrotin
L’artiste Wim Delvoye et le célèbre galeriste Emmanuel Perrotin

#10

Classé 245e par le rapport Artprice de 2013, Wim Delvoye a totalisé 478 359 € pour 21, avec une enchère max à 75 000 €.

Vous pourriez aimer :