Damián Ortega, maître de la déconstruction

Voir plus loin - -

Chef de file de la scène mexicaine contemporaine, Damián Ortega s’est avant tout fait connaître en créant des bandes dessinées dès l’âge de 16 ans. Il est aujourd’hui reconnu dans le monde entier pour sa technique plastique de déconstrution très particulière et reconnaissable entre mille.

Né à Mexico en 1967, il quitte le nid familial à 16 ans et part étudier auprès de sculpteurs et de dessinateurs de renom tout en gagnant sa vie à l’aide de petits boulots. Sa carrière artistique démarre véritablement en 1998 où il fait ses premières expositions personnelles et collectives. En 2003, il est révélé au grand public par son œuvre incroyable « Cosmic Thing » exposée à la 50ème Biennale de Venise. Cette sculpture représente une Coccinelle Volkswagen démantelée et suspendue au-dessus du sol : chaque pièce est isolée des autres mais positionnée tel qu’elle doit être assemblée. Il émane de cette déconstruction ironique d’un objet de consommation une impression surréaliste de mouvement. La voiture s’assemble, se construit et existe devant nos yeux.

damian-ortega1

« Cosmic Thing », 2003

ortega22

Cette œuvre donne véritablement le coup d’envoi de la carrière de Damián Ortega en le positionnant comme un artiste visuel, surprenant, ludique et à la technique incroyablement précise et inventive. Il utilise très souvent des matériaux « pauvres », des objets du quotidien et des objets recyclés comme on peut le constater dans l’œuvre « Controller of the Universe » qui représente plusieurs dizaines d’outils tranchants (scie, couteaux, hache, pelle…), chinés par Ortega sur des marchés à Berlin, semblants tous être repoussés du centre vers l’extérieur, comme si une force mystérieuse les écartait.

Damian-Ortega3

« Controller of the Universe », 2007

delis29-12-08-3

Adepte de l’illusion d’optique, il s’intéresse également beaucoup à la visualisation générale d’un objet, à la matière et à la structure moléculaire. On retrouve cette idée dans l’installation « Champs de vision », présentée au Centre George Pompidou en 2008, où quelques 6000 ronds translucides de couleurs sont suspendus au plafond. La perspective de cette installation change en fonction de la position du spectateur.

damianortegachampdevision2

« Champs de Vision », 2008

ortega0

 

eye

Aujourd’hui, Damián Ortega vit et travaille à Berlin. Particulièrement inspiré par Diego Rivera qu’il considère comme l’une de ses principales influences, il crée également des vidéos et est exposé dans de nombreux musées comme le Tate Modern à Londres, Belo Horizonte au Brésil, au Musée d’Arts Contemporains de Los Angeles ou encore au Centre George Pompidou à Paris.

Damian-Ortega-HollowStuffed-market-law-2012-a4-1
« Hollow/Stuffed Market Law », 2012

Damian Ortega care of Vivre
« Fallen Chair »

Frieze+Art+Fair+VIP+Preview+B36iileApiHl
« Alma Matter », 2010

Organon32012
« Organon », 2012

Partager cet article :

Laisser un commentaire