Les Rencontres d’Arles 2019

Ouka Leele, Peluquería, 1979
Ouka Leele, Peluquería, 1979

Les Rencontres d’Arles (anciennement les Rencontres internationales de la photographie d’Arles) est un festival estival annuel de photographie qui a lieu à Arles, en France. Le festival a été fondé par le photographe Lucien Clergue, l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean-Maurice Rouquette. Arles est devenue par la suite la capitale de la photographie, et, cette année, le festival fête ses 50 ans. En hommage à ses débuts prometteurs, le festival de cette année rendra hommage non seulement aux photographes de l’avenir, mais aussi aux collections d’archives qui nous sont chères. Artsper explore les 10 photographes à ne pas manquer aux Rencontres d’Arles cette année.

1. Pixy Liao

Pixy Liao, Hush Baby, Une relation expérimentale
Pixy Liao, Hush Baby, Une relation expérimentale

Nom de l’exposition: Une relation expérimentale
Séquence: Mon corps est une arme
Où? Croisière
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Depuis 2007, le projet de Pixy Liao, Une relation expérimentale, explore les rôles des genres dans les relations modernes. Se plaçant souvent dans un rôle dominant, Liao réussit à rétablir un nouvel équilibre pour les relations hétérosexuelles et multiculturelles. À travers son appareil photo, Liao veut démontrer aux Rencontres d’Arles cette année, l’influence incroyable que le portrait et l’autoportrait peuvent avoir dans la photographie contemporaine.

2. Marina Gadonneix

Marina Gadonneix, Sans titre (Collision de trous noirs). Avec l'autorisation de la galerie Christophe Gaillard
Marina Gadonneix, Sans titre (Collision de trous noirs)

Nom de l’exposition: Phénomènes
Séquence: À la lisière
Où? La mécanique générale
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Avalanches fracassantes, ouragans déchaînés, éruptions volcaniques, trous noirs, étoiles filantes, les phénomènes météorologiques et astrophysiques sont à la base du projet de Marina Gadonneix, l’artiste française. À partir de 2014, Gaddoneix a cherché à expérimenter la réalité avec la simulation, en testant les limites de la photographie avec des concepts polarisés. Ses photographies illustrent des versions entièrement fabriquées de ces phénomènes, invitant le spectateur à explorer les frontières entre la réalité et le virtuel.

3. Mario Del Curto

Mario Del Curto, Environnement de Sir James, Los Posaz, Mexico, 2014
Mario Del Curto, Environnement de Sir James, Los Posaz, Mexico, 2014

Nom de l’exposition: Humanité végétale, le jardin déployé
Séquence: Habiter
Où? Le Jardin
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Un voyage de 10 ans autour du monde a inspiré le projet de Mario Del Curto, Humanité Végétale, le jardin déployé. En explorant la relation entre l’humanité et la nature, Del Curto a cherché à exposer l’importance du jardin, et comment nous risquons de perdre ses bienfaits nourrissants et vitaux si nous continuons à détruire notre planète.

4. Eve Arnold, Abigail Heyman & Susan Meiselas

Abigail Heyman, Autoportrait, 1971.
Abigail Heyman, Autoportrait, 1971.

Nom de l’exposition: Unretouched Women
Séquence: Relecture
Où? Espace Van Gogh
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Alors que le féminisme prenait de plus en plus d’ampleur en Amérique dans les années 1970, Eve Arnold, Abigail Heyman et Susan Meiselas ont saisi le mouvement dans leur livre, Growing up Female, The Unretouched Woman and Carnival Strippers. Ce livre a recueilli des témoignages de femmes dans leur vie privée et professionnelle. Les femmes ont cherché à dévoiler une représentation alternative de la féminité et à abandonner les stéréotypes et les coutumes néfastes.

5. Valérie Belin

Valérie Belin, Lady_Stroke, 2017. Avec l'autorisation de la galerie Nathalie Obadia, Paris, Bruxelles.
Valérie Belin, Lady Stroke, 2017

Nom de l’exposition: Painted Ladies
Séquence: Construire l’image
Où? La mécanique générale
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Valérie Belin brise les idéaux de beauté qui gouvernent le corps féminin, abandonnant l’idée d’une forme féminine archétype. Le corps humain, et plus particulièrement le corps féminin, est un outil puissant pour Bélin. Par l’abstrait, elle manipule les idéaux de beauté contemporains, peignant littéralement sur les visages de ses modèles, soulignant le besoin constant de masquer, retoucher et manipuler le visage féminin.

6. David de Beyter

David De Beyter, Event Reconstruction I.
David De Beyter, Event Reconstruction I

Nom de l’exposition: The Skeptics, Relics of Technological Goddess
Séquence: Prix découverte Louis Roederer
Où? Ground Control
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Les photographies de David de Beyter capturent la pratique de l’ufologie scientifique d’une petite communauté en Espagne. Non seulement les œuvres de Beyter combinent divers médias, y compris le cinéma, la photographie et les objets, mais son travail fait aussi le récit des tentatives idéalistes pour rejeter les activités des OVNIs. Le spectateur est invité à aborder les oeuvres de Beyter avec un esprit ouvert, à faire des hypothèses, et à réfléchir sur l’un des plus grands débats contemporains de la science.

7. Lei Lei

Lei Lei, Romance au cinéma Lushan, Mont Lushan.
Lei Lei, Romance au Cinéma Lushan, Mont Lushan

Nom de l’exposition: Cinéma romance à Lushan
Séquence: Émergences
Où? Les Forges
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

À l’aide de photos Noir et Blanc, de propagande et de cartes postales trouvées dans les marchés aux puces, Lei Lei réalise un collage vidéo de la mémoire collective. Plein de nostalgie, le projet de Lei cherche à dévoiler la vérité derrière les identités, l’histoire des familles, et à explorer la photographie à la fois comme forme d’art et comme moyen de documentation.

8. Clergue & Weston

Lucien Clergue, Flamant mort dans le sable, Phare de Pharaman Lighthouse. Avec l'aimable autorisation de l'atelier Lucien Clergue
Lucien Clergue, Flamant mort dans le sable, Phare de Pharaman, 1956

Nom de l’exposition: Premiere expo, premières oeuvres
Séquence: Happy Birthday!
Où? Croisière
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Pour fêter ses 50 ans, les Rencontres d’Arles recréeront cette année le tout premier spectacle d’Edward Weston en juillet 1970. Trente-six des rares photos de l’artiste seront présentées, rendant hommage non seulement au visionnaire américain, mais aussi à Lucien Clergue, Jean-Maurice Rouquette et Michel Tournier, qui ont créé ce festival révolutionnaire.

9. Emeric Lhuisset

Emeric Lhuisset, Quand les nuages parleront, Musa Dagh, Turquie, 2018-2019
Emeric Lhuisset, Quand les nuages parleront, Musa Dagh, Turquie, 2018-2019

Nom de l’exposition: Quand les nuages parleront
Séquence: Les plateformes du visible
Où? Cloître Saint-Trophime
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

Minimal et paisible, mais avec un impact important, le projet d’Emeric Lhuisset ne cherche pas à satisfaire le spectateur, mais plutôt à l’inviter à entamer un débat. Les photographies de Huisset arrêtent le temps, invitant le spectateur à faire une pause dans l’immédiat de l’information. Grâce à une simplicité puissante, Lhuisset réussit à dévoiler les événements cachés et inaperçus à travers le monde.

10. Daphné Bengoa & Leo Fabrizio

Leo Fabrizio, Diar-Es-Saada, Alger, Algérie, 2018.
Leo Fabrizio, Diar-Es-Saada, Alger, Algérie, 2018

Nom de l’exposition: Bâtir à hauteur des hommes, Fernand Pouillon et l’Algérie
Séquence: Habiter
Où? Abbaye de Montmajour
Quand? 1er Juillet – 22 Septembre
Horaire: 10:00 – 19:30

L’architecte français Fernand Pouillon (1912 – 1986) a cherché à améliorer les conditions de vie des citoyens en Algérie. La priorité de Pouillon était d’améliorer la qualité de vie des résidents et de les aider à rétablir et à maintenir une meilleure relation avec leur environnement. La cinéaste Daphné Bengoa et le photographe Leo Fabrizio se sont inspirés de Pouillon et racontent son histoire à travers ce projet fascinant et inspirant.

Vous devriez aimer: