5 artistes transgenres qui révolutionnent le monde de l’art

Photographie par Amos Mac pour le magazine Dazed © Dazed Magazine & Amos Mac

Longtemps exclus de la société et, par extension, du monde de l’art, la communauté LGBT et plus précisément les artistes transgenres, apparaissent peu à peu sur le devant de la scène. L’art est justement un moyen privilégié pour donner de la visibilité à cette communauté, dont la culture est riche et extensive. Découvrez avec Artsper cinq artistes transgenres qui bouleversent les codes de l’art LGBT et explorez avec eux leurs traumatismes, leurs joies et leur perception de la société.

1. Cassils

Cassils est un artiste transgenre qui utilise son propre corps en tant que matériau pour ses performances presque sculpturales. L’art de Cassils retrace et représente l’histoire de la violence envers la communauté LGBTQIA+. Ses inspirations ? Le féminisme, l’art conceptuel, l’esthétique gay masculine, les films hollywoodiens, le body art… Cassils s’est essayé à de nombreuses formes artistiques et médiums, comme la performance live, la sculpture, la photographie, le son, le film… Un de ses travaux les plus connus « Becoming an image » le représente en train de frapper un bloc d’argile de près d’une tonne. Cette performance illuminée uniquement par le flash d’un photographe permet d’imprimer les images violentes sur la rétine du spectateur, en le surprenant à chaque nouvel éclair.

L’artiste, toujours engagé, propose également une performance dans le ciel des États-Unis. Le projet « In plain sight » est porté par une coalition de 80 artistes, dirigée par Cassils et Rafa Esparza pour dénoncer la culture américaine de l’incarcération, notamment envers les immigrants. Dans cette performance, des avions écrivent des phrases percutantes dans le ciel, au-dessus des grandes villes américaines, telles que « Care, not cages » ou « Stop Crimmigration now ».

Becoming an image, Cassils
« Becoming an Image », Cassils

2. Yishay Garbasz

Yishay Garbasz est une artiste transgenre israélo-britannique, née en 1970. Elle s’exprime à travers de nombreuses disciplines comme la photographie, la performance et l’installation et fait partie des artistes transgenres les plus en vue. Yishay Garbasz explore principalement les notions de traumatisme et d’héritage post-traumatique. Ce sujet est directement lié à son histoire familiale, et notamment de sa mère, rescapée des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale.

L’artiste née en Israël a également vécu dans de nombreux pays, ce qui lui offre des inspirations multiples. Par exemple, elle a demeuré un certain temps au Japon en 2014 pour réaliser une œuvre nommée « Ritual and Reality » dans la zone de l’explosion nucléaire de Fukushima, survenue une année plus tôt. Sa première œuvre remarquée a été réalisée sur cinq ans, entre 2004 et 2009. Intitulée « In My Mother’s Footsteps », elle retrace tous les souvenirs traumatiques hérités de sa mère et le voyage de l’artiste dans les lieux où sa mère a subi l’Holocauste.

Cette artiste engagée travaille également sur les problèmes d’identité et d’invisibilité des femmes transgenres dans la société. Enfin, son dernier projet « Severed Connections : Do what I say or they will kill you » conteste à travers la photographie, la vidéo et la sculpture les barrières physiques que les gouvernements imposent à leur population, afin de mieux contrôler les individus.

Rituals and Reality, Yishay Garbasz, artistes trangenres
« Rituals and Reality », Yishay Garbasz

3. Amos Mac

Vivant à Los Angeles, le photographe Amos Mac capture des portraits de personnes qui ne se réfèrent pas à un genre. À travers ses clichés colorés, il transcrit l’entièreté de son sujet, sa personnalité, son être, plutôt que sa seule identité de genre. En premier lieu, Amos Mac s’inspire des magazines adolescents, des esthétiques du show business des années 1990 et 2000 et des représentations picturales vintage. Grâce à ce joyeux mélange, il marque les esprits avec une atmosphère exubérante, pleine de couleurs, humoristique et parfois, volontairement ringarde. Le second degré de cet artiste transgenre, qui s’intéresse avant tout à la personnalité de ces sujets, apporte inéluctablement un vent de fraîcheur à la photographie de portrait.

Le New York Times et Vogue Italie, parmi d’autres ont publié ses travaux. Sa série photographique la plus iconique « Distance is Where the Heart is, Home is Where you Hang Your Heart » a été présentée à la galerie Luis de Jesus Los Angeles.

Amos Mac est également un écrivain reconnu pour ses scénarios de séries et de films,  comme Gossip Girl, Gaycation ou No Ordinary Man.

Jacob Tobia par Amos Mac, artistes transgenres
Jacob Tobia par Amos Mac

4. Wu Tsang

Wu Tsang, évoluant entre New York, Berlin et Los Angeles, est une artiste transgenre performeuse et réalisatrice de films. Elle est née en 1982 aux États-Unis. Dès les années 2000, ses films et vidéos sont remarqués et présentés dans des lieux de prestige, tels la Tate Modern à Londres, le Stedelijk Museum à Amsterdam, ou encore le MoCA à Los Angeles. Pour ses travaux, cette artiste aux origines chinoises, suédoises et américaines s’inspire principalement de l’activisme, des différents mouvements communautaires et de l’art de la fête.

Son film « Damelo todo » retrace le parcours d’un jeune homme originaire de Salvador qui s’installe aux États-Unis pour fuir la guerre civile de son pays en 1985. Son chemin va le mener à se poser des questions sur son identité de genre à travers des rencontres dans un bar de Los Angeles à l’avant-garde de ces questions. L’œuvre de Wu Tsang s’inscrit dans un contexte bien réel. Premièrement, son objectif est de mêler la politique à l’art, avec la ferme volonté de faire bouger les normes fixées par une société encore trop fermée aux identités de genre et sexuelles.

The show is over, Wu Tsang, artistes Transgenres
« The Show is Over », Wu Tsang © Wu Tsang & Galerie Isabella Bortolozzi

5. Zackary Drucker & Rhys Ernst

Zackary Drucker et Rhys Ernst sont souvent considérés comme indissociables. Et pour cause, ces deux artistes transgenres ont documenté leur relation amoureuse à travers la série de photographies « Relationship », présentée à la Biennale Whitney.  

Zackary Drucker axe surtout ses travaux autour de supports comme la photographie, la vidéo, la performance et l’installation, par exemple. Elle s’intéresse principalement sur le corps et sa représentation, sous le prisme du genre et de la sexualité.

Rhys Ernst, quant à lui, réalise surtout des films et des vidéos autour de l’identité transgenre. Selon eux, la société actuelle est en pleine transition. Elle est en train de passer d’un patriarcat institutionnalisé à une égalité des genres, ce qu’il faut encourager à terme.

Relationship, Zackary Drucker & Rhys Ernst, artistes transgenres
« Relationship », Zackary Drucker & Rhys Ernst ©

Artistes transgenres, vers plus de diversité dans l’art ?

À travers l’art, tous ces artistes LGBT militent avant tout pour leurs droits et la juste représentation de leur communauté, ainsi que la question de l’identité et du genre. Leur principale conviction ? Effectivement, l’art peut changer les mentalités et rendre la société plus inclusive. Ces personnalités fortes marquent déjà et continueront de marquer le monde de l’art, entraînant finalement avec elle une libéralisation progressive des consciences. Chez Artsper, c’est un mouvement que l’on accompagne de près, découvrez plus d’œuvres d’art plaidant la diversité et la tolérance.

Vous aimerez également…