10 CHOSES À SAVOIR SUR TRACEY EMIN


Tracey Emin est l’une des artistes britanniques les plus en vue du monde de l’art contemporain aujourd’hui. La plus grande partie de sa production est autobiographique et parle des traumatismes de son enfance à Margate et des obstacles qu’elle a dû surmonter pour se construire. Souvent taxé d’égocentrisme, son oeuvre souvent provocante et sa personnalité sulfureuse ont fait coulé beaucoup d’encre depuis son lancement dans les années 1980 en tant que protégée du collectionneur Charles Saatchi.

{1.YOUNG BRITISH ARTIST}

_81392773_yba1_728getty

Tracey Emin et Damien Hirst

Tracey Emin est l’une des artistes découvertes et lancées par le célèbre collectionneur Charles Saatchi dans le mouvement des « Young British Artists » aux côtés de Damien Hirst, Jake et Dino Chapman, Jenny Saville et Chris Offili. C’est cette heureuse rencontre qui la propulsa sous les feux de la rampe.

 

{2.DANS LA FAMILLE EMIN, JE DEMANDE…}

article-1394267-003CAC6500000258-822_233x367

Tracey et son frère jumeau Paul

Bien que la vie de Tracey Emin soit hautement publicisée, un élément majeur de sa vie personnelle est pourtant rarement abordé: son frère jumeau, Paul. Celui-ci ne pourrait pas vivre une vie plus éloignée de celle de sa soeur millionnaire et star de l’art contemporain. Menuisier au chômage, on l’a découvert épileptique il y a quelques années et il vit principalement sur les pensions qu’il reçoit de l’état. Ses relations avec Tracey sont fluctuantes, bien qu’ils aient été très lié dans leur enfance.

 

{3. UNE ENFANCE DIFFICILE}

Tracey-Emin

L’oeuvre de Tracey Emin explore les méandres de sa vie personnelle, à commencer par son enfance, qui infuse son art depuis ses débuts. Bien que cet étalage d’intimité en agace plus d’un, il faut bien reconnaître que l’artiste a eu son lot de circonstances aggravantes: la découverte de la double vie de son père et de son autre famille quand elle était petite, un viol à l’âge de 13 ans, et un avortement à 18 entre autres choses. On  comprend mieux la nature torturée de son art et sa personnalité turbulente !

 

{4.EVERYONE I EVER SLEPT WITH}

Emin-Tent-Exterior

Everyone I ever slept with 1963-1995, 1995

L’oeuvre que Tracey Emin présenta pour la première exposition des Young British Artists et qui lui attira tout de suite une grande publicité fut son installation intitulée “Everyone I ever slept with 1963-95” (Toutes les personnes avec lesquelles j’ai couché 1963-95): une tente en toile sur les parois de laquelle étaient cousus les noms de toutes les personnes avec lesquelles l’artiste avait « couché ». Tracey Emin jouait sur l’ambivalence du verbe « couher » et avait inclus également dans la liste des membres de sa famille et ses fœtus.

L’oeuvre était la propriété de Charles Saatchi jusqu’à ce qu’elle soit détruite en 2004 dans l’incendie de l’entrepôt du collectionneur.   

 

{5.MY BED}

tracey-emin-bed

My Bed, 1998

La seconde oeuvre phare de Tracey Emin est son installation intitulée « My Bed » (Mon lit), sélectionnée pour le Prix Turner en 1999. L’oeuvre était composée d’un lit défait jonché d’objets montrant la lutte de l’artiste en proie à la dépression après une rupture difficile ainsi que son style de vie débridé: préservatifs usagés, bouteilles vides, chaussons, et fluides corporels sur les draps.

Bien que Tracey Emin soit connue pour utiliser des objets intimes dans ses oeuvres, cette installation est bien une oeuvre savamment construite et non le lit véritable de l’artiste comme certains ont pu le croire.

Cette année, « My Bed » s’est vendu plus de 2 millions de livres chez Christies.

 

{6. BIENNALE DE VENISE 2007}

emin372

Tracey Emin au pavillon britanique de Venise. Photograph: David Levene

En 2007, Tracey Emin a été choisi pour représenter l’Angleterre à l’occasion de la 52ème Biennale de Venise. Alors que beaucoup craignait un scandale de sa part, Tracey Emin présenta un pavillon intitulé « Borrowed Light » composé d’oeuvres touchantes réalisées pour l’occasion à partir de medium variés: broderie, photographie, vidéos, dessins, peintures, sculptures et néons..

 

{7. LES RISQUES DE FAIRE DE SA VIE LA MATIÈRE DE SON ART}

loveletter2a

Début d’une lettre d’amour par Tracey Emin

Il y a quelques années, l’un des ex petit-amis de Tracey Emin quand elle avait 14 ans proposa les lettres d’amour de l’artiste aux enchères. Tracey en fut proprement scandalisée ! Pourtant elle est la première à utiliser sa propre vie dans ses oeuvres et à l’exposer aux yeux de tous: le nom du garçon en question apparaissait d’ailleurs dans son oeuvre « Everyone I ever slept with 1963-95 ». A partir du moment où une artiste se prête au jeu du dévoilement des recoins les plus intimes de sa vie, on ne peut que penser qu’elle s’expose elle-même à ce genres d’exploitation de son image publique…

 

{8. JEUX OLYMPIQUES 2012}

v0_master

Dessin de Tracey Emin pour les Paralympiques de Londres, 2012

Après avoir été pendant des années l’enfant terrible d’Angleterre, Tracey Emin est aujourd’hui officiellement entrée au panthéon des artistes « presque respectables », ce que relève le fait qu’elle ait été sollicité pour dessiner une édition limitée à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres en 2012.

 

{9.SES INSPIRATIONS}

2015-24-04-emin-schiele-vienna-e1429880567632

Tracey Emin en face de Nu d’homme assis (1910) d’ Egon Schiele
Photo: A. Ludwig via Leopold Museum, Vienne

Comme tous les artistes, Tracey Emin a une liste de grands noms de l’art qui ont infusé sa vision et auxquels ses oeuvres rendent des hommages plus ou moins directs. Elle a notamment souvent déclaré sa dette envers Edvard Munch et Egon Schiele, mais elle se prévaut également de Jean-Michel Basquiat. Par ailleurs, son recours aux installations lumineuses et aux néons est dans la droite lignée d’artistes tels que Don Flavin et Bruce Nauman. Enfin, son oeuvre « My Bed » rappelle, quant à elle, celui de Rauschenberg.

En ce moment (et jusqu’au 14 septembre), le Musée Léopold de Vienne organise une exposition présentant 80 oeuvres de Tracey Emin mises en regard d’une sélection de dessins d’Egon Schiele choisis par l’artiste.

 

{10. SON DERNIER SCANDALE EN DATE}

974726bc2f4043bcb0a5c69312648a19_0

Tracey Emin book signing at Emin International Shop

Au mois de juillet dernier, Tracey Emin a à nouveau défrayé la chronique et suscité la controverse en annonçant son projet de démolir un bâtiment classé dans le quartier de Spitafield, dans l’Est londonien. Elle souhaite transformer cet édifice datant du 17ème siècle en une maison studio moderne conçue par l’architecte David Chipperfield.

Lorsqu’elle avait acheté le bâtiment en 2008, elle avait longuement parlé de l’importance historique de la zone et de sa volonté de préserver cet héritage: un changement de coeur qui déchâine l’ire des habitants du quartier !

Partager cet article :

1 Commentaire


L

Publié le 29 octobre 2015, 19h19

h

Laisser un commentaire