Amateurs d’art : les 10 applications qu’il vous faut

Lifestyle - -

A la recherche d’anecdotes sur vos tableaux préférés, d’art alternatif ou tout simplement du titre de l’oeuvre devant vous ? Petit tour des applications d’art à adopter.

 

#1 LE SHAZAM DE L’ART : MAGNUS

applis-mobile-art-contemporain-magnus-iphone

Les cours d’histoire de l’art ne sont plus à la page, mais dans la poche, avec Magnus, application permettant la reconnaissance visuelle des œuvres, découvrez l’auteur, le titre et la date de l’oeuvre sur laquelle vous avez flashé. Artiste dans l’âme ou collectionneur drastique, vous pouvez aussi élargir le catalogue en prenant des photos de votre collection.

Le + ? Si vous souffrez du syndrome de Stendhal, Magnus vous indique l’adresse de la galerie où se niche votre poulain.

 

#2 L’ART ALTERNATIF : DIVERCITIES 

divercities
Préconisé par des spécialistes locaux à l’affût, Divercities répertorie et localise les lieux indépendants et émergents, disséminés dans les grandes villes (Paris, Bruxelles, Marseille, Lyon…), et y agrège une playlist multimédia (vidéo, musique, podcast, presse..). Retrouvez-y aussi un agenda des événements, une billetterie et des radios musicales personnalisées.

Le + ? Des parcours thématiques en dehors des sentiers battus, qui donnent envie d’enfiler une bonne paire de baskets.

 

#3 L’ART PAR ANECDOTE : ARTIPS 

artipsss

Rendre l’histoire de l’art plus accessible est le cheval de bataille d’Artips. Connu pour ses newsletter qui livrent trois anecdotes décalées sur l’Histoire de l’art, l’application, elle, propose les 10 meilleurs secrets des grands musées, expositions, lieux culturels ou artistes.

Le + ? Joindre l’utile à l’agréable.

 

#4 L’AGENDA DES GALERIES : FONDATION RICARD 

applis-mobile-art-contemporain-fondation-ricard-iphone
La Fondation d’entreprise Ricard a plus d’une corde à son arc ; espace d’exposition déclinant un programmation d’exposition pointue, et des conférences avant-gardistes (poésie, partitions), un prix au titre homonyme. Présent sur tous les fronts, elle s’impose aussi comme la boussole des galeries avec « galeries mode d’emploi », et un agenda de 71 galeries parisiennes, agrémentée d’une carte pour les localiser, et d’une alerte des prochains vernissages.

Le + ? Le Best Before. Les personnalités du monde de l’art commentent leurs 3 expositions coups de cœur.

 

#5 Le magazine : Beaux Arts

bo art

Premier magazine culturel et artistique français, Beaux Arts Magazine tisse sa toile sur le web. Pointu et pédagogique, le contenu éclectique et pertinent adopte une vision transversale de l’art à l’adresse d’un public horizontal.

Accompagné d’un regard éclairé sur les artistes émergents comme sur les plus illustres, l’application navigue, avec dextérité, sur les mouvements, les expositions, les supports, les époques…

Le + ? La vision panoramique de l’art.

 

#6 La bibliothèque : Google Arts & Culture

GOOOGLE

1000 musées, 70 pays assemblés dans un 1 smartphone, généré par Google Arts & Cultureune plongée dans l’histoire de l’art de son berceau à l’art contemporain. L’application décline 57 000 contenus sur des sujets transversaux. Rechercher par courant artistique, ordre alphabétique ou chronologique, ouvre d’infinies possibilités. Chaque fiche présente une courte biographie de l’artiste, un catalogue de ses œuvres, une liste des expositions en lien et des suggestions.

Le + ?  Zoomer sur des œuvres pour lier le fond à la forme.

 

#7 L’ agenda institutionnel : Exponaute

applis-mobile-art-contemporain-exponaute-iphone

D’abord un site web, Exponaute se révèle fort utile dans la poche. Face à la myriade d’événements, le site sélectionne pour vous, de nombreuses expositions dans les musées et galeries françaises, suisses et belges. Des résumés synthétiques satisferont les plus exigeants, et des coupes-fils pour les plus pressés. Tandis qu’un magazine, déclinant des articles sur les expositions, rajoute une couche de profondeur à vos visites.

Le + ? Gain de temps optimisé. Parfait pour le cadre dynamique !

 

#8 Le VIP : CultureSecrets

culture secret

Application confidentiel, où la qualité et la pertinence des prestations répondent aux critères d’exigences d’un comité de sélection examinant toutes les demandes d’invitations. Une programmation pointue, un accès privilégié, compose CultureSecretscercle privé où la passion est le dénominateur commun. La communauté se réunit lors des visites privées d’expositions et vernissages, théâtres, concerts (option coupe files). A titre d’exemple, une visite dans l’atelier d’artiste Orlan, ou bien d’une première de théâtres, une balade bohème expliqués par les experts Des Mots et des arts, de nombreux concerts…

Le + ? L’insolite conjugué à l’exclusivité.

 

#9 La Belle Epoque : Travelbyart

screenWilde1

Loin du Paris des cartes postales, Travelbyart emprunte les pas des écrivains, peintres, poètes, tels que Hugo, Pissaro ou Rimbaud… qui ont façonné la ville des lumières. Les pérégrinations s’accompagnent de récits étoffés et des visites de lieux inédits où quelques artistes ont élu domicile. Explorez les livres, oeuvres, poèmes, peintures ou films d’Ernest Hemingway, Oscar Wilde, Edith Piaf. Une sélection « chronologie » décline leurs histoires au fil de leur actualité. Travelbyart réussit le pari de humer le parfum de la Belle époque et avec, notre madeleine de Proust à tous.

Le + ? Lire des extraits inlassables de la littérature


#10 L
e paysage en son : Soundways

apppli

Une réalité (sonore) augmentée. Propulsé par le collectif MU après de multiples recherches et expérimentations, SoundWayspermet de sonoriser l’espace que l’on traverse au gré d’ expérience immersives. Le parcours sonore géolocalisé en son 3D se décline du Quai de Valmy à Jaurès jusqu’à Bobigny en passant par les Grands Moulins à Pantin, le tracé court comme un long fil perlé le long du canal de l’Ourcq, sur sept kilomètres. Des centaines de bulles rythment une flânerie urbaine synesthésique et symbiotique.

Le + ? Composer son propre mix et le soumettre au grand public.

 

Partager cet article :

1 Commentaire


Piters Frédéric

Publié le 14 mai 2017, 12h27

Bonjour,

Ce qui me semblerait intéressant commercialement pour vous et vos clients, c’est par genre (par exemple, moi qui l’aime, l’abstraction lyrique) d’un avis sur des jeunes peintres que vous pensez sincèrement – à la fois artistiquement et sur un point de vue de stratégie « value » long terme – à acheter. Un peu dans l’esprit des recommandations de cabinet financiers sur les start-up techno.
A condition d’être vrai : ne pas « fabriquer » un artiste qu’on aurait préalablement acheter. Réunir un pool d’indépendants qui vont proposer des artistes et qui par cumul de ces propositions, vont les mettre en avant. Quand des analyses sur BFM Business recommandent une start up, il le font selon des critères relativement objectifs. En un mot ARSPER devrait aussi devenir un outil d’investisseurs moyen terme ( genre 5 ans minimum) permettant à un « client », en achetant ce qu’il aime (ne pas me lâcher dans une galerie d’abstraction lyrique avec un chéquier !), de spéculer.

Cdlt

Laisser un commentaire