Analyse d’un chef d’oeuvre : Guernica de Picasso

picasso guernica enfant
Enfant admirant Guernica de Pablo Picasso, au Musée national Reina Sofía

En 1939, alors que la guerre fait rage, Pablo Picasso confie au MoMA son mythique Guernica, qu’il a réalisé deux ans plus tôt. L’artiste affirme que sa monumentale toile ne rejoindra pas l’Espagne tant que la démocratie n’y sera pas rétablie. C’est donc seulement en 1981, après la mise en place d’une Constitution et d’un gouvernement démocratique en Espagne, suite au décès de Franco que Guernica rejoint sa patrie. Le tableau n’a pas plus quitté Madrid depuis. Pour le voir, il n’y a donc pas d’autre choix que de se rendre au musée Reina Sofia. En attendant, Artsper vous propose de vous plonger dans ce chef d’oeuvre, l’un des plus beaux manifestes pour la paix que le monde ait connu.

Pourquoi le thème de la guerre ?

Ville de guernica vue aérienne
Vue aérienne de Guernica après les bombardement (1937)

En 1937, la République espagnole demande à Picasso de réaliser une grande composition pour l’exposition Universelle de Paris. Juste après, cette commande survient l’évènement le plus dramatique de la guerre civile espagnole. La petite ville basque de Guernica subit plusieurs vagues de bombardements. Par cet acte, L’Allemagne nazie et l’Italie fasciste veulent affirmer leur soutien officiel aux nationalistes de Franco face aux Républicains. Guernica, ravagée, compte des centaines de morts et de blessés, tous civils. Picasso, exilé à Paris, prend connaissance du drame dans les journaux. Troublé par les récits qu’il lit et les photographies qu’il voit, il crée Guernica comme il pousserait un énorme cri de colère face à la folie de l’humanité. On raconte même que lorsque l’ambassadeur nazi Otto Abetz a demandé à Picasso devant une photo de Guernica « C’est vous qui avez fait cela ? », l’artiste a répondu : « Non… vous »

Que symbolisent les éléments de la toile ?

Guernica taureau cheval ampoule
Pablo Picasso, Guernica, détails de l’ampoule, du cheval et du taureau

L’ampoule : Picasso n’illustre pas le bombardement de manière réaliste. On ne trouve aucune bombe représentée. A la place, il peint une ampoule entourée d’un halo lumineux aux éclats piquants, qui symbolisent les flammes déchirant le ciel pendant le bombardement.

Le Cheval : Un cheval, juste sous l’ampoule, attire le regard. L’animal est éventré, transpercé par une flèche, dans un hénissement de douleur. Il symbolise la souffrance infligée au peuple espagnol par les dictateurs et par les bombardiers allemands. Picasso inclut même une tête de mort subliminale formée par les naseaux et les dents du cheval.

Le Taureau : Le taureau aux yeux d’hommes évoque le combat entre l’humain et le bestial. Sans doute faut-il voir dans cet animal l’incarnation de l’Espagne nationaliste ou des régimes totalitaires.

Picasso Femmes Colombe Homme Glaive
Pablo Picasso, Guernica, détails des femmes, de l’homme au glaive et de la colombe

La Colombe : Elle est à peine visible, comme si elle avait été gommée de l’œuvre. Cet effacement est symbolique : à Guernica, pendant les bombardement, la paix a disparu face à la guerre.

Les Femmes : La tête renversée, les yeux révulsés, une femme tient son bébé mort, interrogeant le ciel d’un geste impuissant de la main. Cette représentation est proche de certains portraits de Dora Maar que le peintre surnommait « la femme qui pleure ». Une autre femme est représentée à droite du tableau, les bras levés et les lèvres figées dans un cri. Elle est dévorée par des flammes, symbolisées par une crête de triangles : une allusion aux bombes incendiaires.

L’Homme à l’épée : Il est le seul homme de la toile, et gît dans l’œuvre, démembré. Près de sa tête, il tient son épée brisée, qui symbolise peut-être la résistance héroïque mais impuissante face à l’horreur. Une fleur fantomatique pousse près de la main du guerrier, symbole d’espoir dans ce tableau, au même titre que la bougie.

Guernica est-elle une œuvre surréaliste ?

Le baiser Pablo Picasso surréalisme
Pablo Picasso, le Baiser (1969)

Bien que Picasso n’ait jamais fait officiellement partie du mouvement surréaliste, on discerne des traces de cette influence dans son tableau, notamment la représentation de figures cauchemardesques et de personnages aux corps disloqués. Guernica combine les structures cubistes, le réalisme du noir et blanc, et des images surréalistes pour créer une représentation bouleversante de la souffrance et de la guerre.

Et si l’œuvre avait une deuxième signification cachée?

Pablo Picasso Guernica
Pablo Picasso, Guernica (1937)

C’est une théorie qui a eu l’effet d’un ras de marée en Espagne et dans le monde de l’art. José Maria Juarranz de la Fuentes, un universitaire espagnol assure que Guernica résume la vie du peintre, comme l’avait déjà suggéré Daniel Henry Kahnweiler, un marchand d’art allemand. Le tableau représenterait trois moments importants de la vie de Picasso. Le terrible tremblement de terre de Malaga quand il était enfant, ses problèmes de couple dans les années 30, et le suicide de son amis Carlos Casagemas. Selon cette théorie, les éléments de la toile auraient des significations différentes. Ainsi, le cheval serait Olga Khokhlova, la première femme de Picasso, souvent représentée sous les traits de cet animal dans d’autres peintures de l’artiste.

Picasso photographie guernica
Dora Maar, Picasso, sur un escabeau devant Guernica (1937)

Picasso n’a jamais donné une interprétation officielle de Guernica, refusant d’être perçu comme un artiste engagé. Mais en choisissant un pareil sujet, il crée un tableau forcément politique. Guernica représente aux yeux de tous, un appel à la paix touchant et symbolique.

Vous devriez aimer :