10 femmes impressionnistes à connaître

Berthe Morisot, Le Berceau, 1872
Berthe Morisot, Le Berceau, 1872

Ironiquement, c’était la restriction imposée sur les artistes femmes qui leur a ouvert la voie (plutôt très fermée) à l’impressionnisme, en incluant une femme dans sa troupe de fondateurs. Comme la connaissance de la forme humaine était considérée beaucoup trop difficile pour l’esprit délicat d’une femme artiste, la peinture d’histoire était un strict non. Par conséquent, les femmes artistes ont illustré des sujets moins ambitieux tels que le quotidien, les contemplations et la vie urbaine. Artsper vous présente, et célèbre les 10 femmes impressionnistes à connaître.

1. Berthe Morisot

Berthe Morisot, Jour d'été, 1879
Berthe Morisot, Jour d’été, 1879

Aux côtés de Monet, Renoir, Degas et Pissarro, Berthe Morisot est l’un des membres fondateurs du mouvement impressionniste. Cependant, malgré son statut primordial parmi ses collègues impressionnistes masculins, et son exposition au prestigieux Salon de Paris, le sujet de Morisot est encore considéré comme « trivial ». Ses sujets abordés : enfants, fleurs, femmes, parcs et jardins ; sont en effet quelque peu banals, mais leur traitement est ravivé, révolutionnaire et rebelle. Dans ses œuvres, le soleil languissant de l’après-midi pimente la verdure de ses paysages, transformant les jardins en Edens grâce à ses coups de pinceau visibles et agiles. Les silhouettes de ses sujets se fondent dans le paysage, laissant une Parisienne inconsciente imprégnée de son environnement. Morisot réécrit complètement notre façon de considérer la lumière et la couleur.

2. Mary Cassatt

Mary Cassatt, Lydia Cassatt lisant le journal du matin (N. 1), 1878-79
Mary Cassatt, Lydia Cassatt lisant le journal du matin (N. 1), 1878-79

Bien qu’elle soit née en Amérique, Mary Cassatt a passé la majeure partie de sa carrière artistique en France. Elle a là-bas, été influencée par l’art japonais, les maîtres anciens et la sphère domestique. Finalement, Cassatt est la seule artiste américaine à exposer avec les impressionnistes à Paris. On y retrouve ses portraits significatifs de femmes capturant la présence féminine croissante dans la culture du XIXe siècle.

3. Marie Bracquemond

Marie Bracquemond, Sur la terrasse à Sèvres, 1880
Marie Bracquemond, Sur la terrasse à Sèvres, 1880

Un outsider de la scène impressionniste, loin de l’éducation aisée et privilégiée de Cassatt et Morisot, Marie Bracquemond a battu tous les records. Sa famille ouvrière ne lui permettait pas de suivre une formation artistique formelle comme ses camarades, elle était donc essentiellement autodidacte. Cependant, lorsque le peintre néoclassique Jean-Auguste-Dominique Ingres vit l’œuvre de Bracquemond, son succès fut annoncé. Malgré tout, Bracquemond ne resta pas longtemps sous le regard attentif de Dominque-Ingres. En effet, il désapprouvait sa curiosité vagabonde à peindre autre chose que « des fleurs, des fruits[ou] des natures mortes ». Les œuvres grand format de Braquemond sur les femmes en plein air capturent son style vif. Grâce et sa palette de couleurs vibrantes, elle célèbre la femme moderne à travers son pinceau.

4. Eva Gonzales

Eva Gonzales, Jeune fille au réveil, 1876
Eva Gonzales, Jeune fille au réveil, 1876

Bien qu’élève d’Edouard Manet, Eva Gonzales n’a pas été enveloppée par sa présence astronomique. Les œuvres de Gonzales dépeignent non seulement sa vision et son talent unique, mais elles sont aussi une réponse directe au travail de Manet. En 1869, Manet a peint un portrait de Gonzales, et Gonzales a répondu non pas avec un portrait de Manet, mais plutôt avec une série d’autoportraits. Ces autoportraits ont permis à Gonzales de réécrire son identité d’artiste et de ré imaginer son statut de peintre impressionniste féminin.

5. Cecilia Beaux

Cecilia Beaux, Mme Theodore Roosevelt et la fille d'Ethel, 1902
Cecilia Beaux, Mme Theodore Roosevelt et la fille d’Ethel 1902

L’artiste américaine Cecilia Beaux est l’une des portraitistes impressionnistes les plus célèbres du continent. En effet, elle a peint la femme et la fille de Teddy Roosevelt à la Maison blanche. Son ambition et son dévouement à son art l’ont amené à rejeter tout devoir domestique de mariage et de maternité. Ainsi, elle est devenue l’une des femmes impressionnistes les plus estimées des États-Unis.

6. Laura Muntz Lyall

Laura Muntz Lyall, Mère veillant son enfant, 1894
Laura Muntz Lyall, Mère veillant son enfant, 1894

Née dans le Warwickshire, en Angleterre, en 1860, Laura Muntz Lyall a émigré au Canada durant son enfance. Enseignante à l’origine, Lyall a suivi sa passion pour l’art à travers des cours de peinture et des ateliers. Ainsi, elle est devenue une artiste mondialement reconnue. Elle a exposé partout dans le monde, notamment à Chicago, à Paris et en Ontario, avant de devenir membre de l’Ontario Society of Artists en 1891.

7. Lilla Cabot Perry

Lilla Cabot Perry, In a Japanese Garden, 1898-1901
Lilla Cabot Perry, In a Japanese Garden, 1898-1901

L’artiste américaine Lilla Cabot Perry, n’ayant reçu aucune formation artistique avant l’âge de 36 ans, a joué un rôle essentiel dans la promotion de l’impressionnisme aux États-Unis et au Japon. Perry était aussi une amie proche et, dans une certaine mesure, l’élève du père de l’impressionnisme, Claude Monet. Après avoir vu l’une de ses œuvres et terminé sa toute première peinture impressionniste, elle l’a contacté pour obtenir des conseils sur son art. Perry a ensuite passé trois ans au Japon, où les tissus floraux complexes et le lustre de la vie orientale ont guidé ses peintures impressionnistes et sa pratique artistique.

8. Louise-Catherine Breslau

Louise-Catherine Breslau, Les amies, 1881,
Louise-Catherine Breslau, Les amies, 1881

Ayant toujours souffert d’asthme, Louise-Catherine Breslau a trouvé réconfort dans le dessin lorsqu’elle était bloquée enfant dans son lit. Son hobby s’est rapidement transformé en un véritable talent, car elle est devenue l’une des (très) rares femmes artistes à être admise à l’Académie Julian à Paris. En 1879, Breslau est la seule femme à faire ses débuts au Salon de Paris, avec son auto-portait Tout passé. L’autoportrait représente Breslau aux côtés de deux amies. Elle réalise un puissant hommage à sa propre position en tant qu’impressionniste à succès et aux autres femmes artistes qui ont conquis le monde de l’art au XIXe siècle.

9. Anna Ancher

Anna Ancher, Récolte, 1905
Anna Ancher, Récolte, 1905

Bien qu’elle ne soit pas strictement impressionniste, l’artiste danoise Anna Ancher a été fortement influencée par le mouvement. Effectivement, elle cherchait à capturer l’éphémère de la lumière sur ses toiles. Le traitement par Ancher de la couleur et de la lumière des scènes d’intérieur a été inspiré par ses voyages à Paris à la fin du XIXe siècle. Là-bas, elle a fréquenté des galeries d’art et a vécu l’impact considérable de l’impressionnisme.

10. Nadežda Petrović

Nadežda Petrović, Vieux Belgrade - Dorćol, 1908
Nadežda Petrović, Vieux Belgrade – Dorćol, 1908

La femme impressionniste la plus célèbre de Serbie, Nadežda Petrović, était la peintre la plus importante de son pays au 19ème siècle. Les tendances traditionalistes de la Serbie ont fait que la première exposition personnelle de Petrović a été mal accueillie. Les critiques n’ont pas su apprécier son talent moderne. La reconnaissance méritée de Petrović est venue plus tard, quand en 1905, elle a dirigé la première Colonie d’Art Yougoslave à Sićevo et Pirot. Par la suite, en 1912, elle a ouvert son premier studio d’enseignement à Belgrade.

Vous aimeriez aussi: