Wallace Chan, le virtuose des bijoux

Voir plus loin - -

Si vous êtes sensible à la joaillerie et aux pierres précieuses, vous connaissez sûrement les pièces de ce créateur d’exception. Retour sur le parcours du chinois Wallace Chan, ce mystérieux génie du bijou.

 wallace chan artsper

Depuis sa première apparition à la Biennale des Antiquaires en 2012, on sait peu de choses de Wallace Chan. C’est sûrement sa culture –il est élevé dans une modeste famille à Hong Kong- qui l’a rendu discret et modeste. Après de longues années d’études de la sculpture occidentale et orientale, il se rend en Europe pour y apprendre les différentes techniques de gravure. Très vite, il maîtrise particulièrement la technique du camée, qui consiste à sculpter en bas-relief la pierre afin d’en faire apparaître des strates de couleurs différentes. Très inspiré par cette technique, il invente au milieu des années 1980 le « Wallace Cut », un mélange du camée et de l’intaille qui créée l’illusion de dessins multipliés en 3D. Cette signature marquera une période importante de son travail.

wallace cut artsper

Dans les années 1990, la période dite « bouddhiste » de Wallace Chan ne fait qu’accentuer sa renommée. Réalisant plusieurs sculptures monumentales pour des monastères bouddhistes, le joaillier retourne à son premier amour, la sculpture.

bouddha artsper

2001 marque un tournant dans la carrière du créateur. Découvrant de nouvelles machines métallurgiques qui révolutionnent son travail d’artisan, Wallace Chan explore de nouvelles techniques de sculptures et de gravure. Une nouvelle collection est créée, entièrement basée sur le travail du titanium. Ces pièces d’exception sont dites de « bijoux sculpturaux », tant la forme, la taille et les couleurs sont imposantes.  Révolutionnant les habitudes féminines, certaines pièces sont mêmes créées pour être portées en bijoux d’épaule ou de main.

wallace chan artsper

wallace chan artsper

Les pièces de Wallace Chan racontent toujours une histoire. S’inspirant de son expérience, de sa culture et de sa philosophie de vie, le joaillier livre une partie de lui-même dans ses pièces. Chaque bijou représente plusieurs mois, parfois années de travail. Wallace Chan est un perfectionniste ; il ne se dit satisfait que lorsque la pièce représente au détail prêt l’image mentale qu’il s’en était faite. Par exemple, la bague Tempête est une réelle épopée sculpturale à elle seule. Formée d’une imposante tanzanite, elle reflète les mouvements capricieux de la mer et du ciel.

bague tempete wallace chan artsper

Depuis, Wallace Chan a fait de l’innovation son dada. Il continue d’explorer de nouvelles techniques afin de révolutionner toujours plus le monde de la joaillerie. Premier joaillier chinois jamais présenté à la Biennale des Antiquaires à Paris, Wallace Chan est reconnu comme l’un des créateurs les plus innovants de sa génération.

 papillon wallace chan artsper

Partager cet article :

Laisser un commentaire