Top 10 des hyperphotos de Jean François Rauzier

Voir plus loin - -

Photographe français… Non! Jean-François Rauzier ne peut se réduire au simple qualificatif de « photographe français », c’est un peintre du baroque numérique, c’est un ré-enchanteur du réel, c’est un contemplatif empreint d’une symbolique ambiguë. C’est un joueur. Il joue avec la photographie, superposant des centaines d’images – voire des milliers- pour faire une architecture lisse, harmonieuse et pourtant complètement déconstruite et reconstruite. Il joue avec notre oeil, nous faisant passer de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Il joue avec notre esprit, chargeant ses hyperphotos de références culturelles et de détails détonants.

Jean-François Rauzier est un artiste internationalement reconnu. Participant aux foires à travers le monde (Art Paris, Art Miami New York) présent dans de prestigieuses collections (Louis Vuitton, MoMa de Moscou, etc.), lauréats de plusieurs prix (Prix Archimboldo en 2008, Prix Eurazeo 2010), il sillonne le monde et laisse derrière lui des hyperphotos fantasques et fantasmées.

Artsper vous sélectionne les 10 hyperphotos les plus marquantes de Jean-François Rauzier.
Représenté par la galerie Waterhouse & Dodd, les oeuvres de Jean-François Rauzier sont également en vente sur Artsper ici.

 

1.HyperVersailles

Hyperversailles, 2009

Avec environ 120 millions de pixels par photo, donnant la possibilité de faire des tirages de 6 m de long en HD, les hyperphotos de Jean-François Rauzier sont hyperprécises. Contempler les photographies de Jean-François Rauzier c’est aussi partir à la découverte du détail incongru.

 

2.BaNY2

City Never Sleeps, 2014

Avec la série « City Never Sleeps », Jean-François Rauzier glisse des références au groupe de rap Beat Assaillant et à leur nouvel album « City Never Sleeps ». De cette collaboration est notamment née une hyperphoto de 50m fourmillant de références à leur album.

 

3.Voyages extraordinaires

Voyage extraordinaire, 2009

La palette et le pinceau de Jean-François Rauzier, c’est la retouche. Il ne se considère par comme un photographe de l’instantané, pour lui, la prise de vue est essentiellement technique. L’art commence devant son écran d’ordinateur.

 

4.vedute venise

Veduta Venise, 2012

L’univers de Jean-François Rauzier oscille entre la contemplation et une légère angoisse due à l’accumulation infinie de bâtiments. La perte de repères contraste avec une construction méticuleusement agencée.

 

5.Arches-unies-de-Pentagonie

Arches unies de Pentagonie, 2012

Le monde de Jean-François Rauzier est irréel et utopique. Dans la série Arches, il conte l’histoire de Pr. Rie Azur (Anagramme de Rauzier): un individu qui entreprend de sauver l’humanité en construisant des arches de Noé conçues comme des dirigeables.

 

6.longue_histoire_print

Longue Histoire, 2013

Grâce à la qualité unique du rendu photographique, chaque couverture de livre de cette immense bibliothèque peut être lue. Dans sa série « Bibliothèque Idéale », la savoir n’a plus de limites!

 

7.Ocean-drive-veduta,-cat-1

Ocean Drive, 2014

L’hyperphoto « Ocean Drive » de Jean-François Rauzier a été déclarée « Artwork of the day » à la foire Miami New York. Féérique? Magique? Contemplatif? Ou angoissante et dénonciatrice?

 

8.Cité-Idéale

Cité idéale, 2007

Pour cette oeuvre, Jean-François Rauzier s’est amusé à assembler un grand nombre d’oeuvres de différentes villes: Sarcelle, Puteaux, Genève, Toulouse… A l’intérieur de certaines fenêtres, on distingue un homme cagoulé sur un écran de télévision. La fenêtre est à moitié obstruée, on n’ose plus regarder le monde extérieur en face, on en a peur, on préfère mettre un écran entre le monde réel et nous. Mais ce qui accapare nos écrans, et par conséquent nos esprits, c’est un homme cagoulé, symbole de la peur. Un cercle vicieux ou le monde se referme sur lui même dans un cri sourd.

 

9.mille baisers

Mille baisers, 2012

Initialement, Jean-François Rauzier était photographe publicitaire. Il ne faut pas tomber dans un rapprochement simpliste qui consiste à associer photographie publicitaire avec prostitution mercantile. L’art pur, sans contraintes ou pressions matérielles, est une utopie. Quoiqu’il en soit, fabriquer et inventer des images n’a pas de secret pour lui, et ce, pour notre plus grand plaisir.

 

10.Manhattan-farms-III-(2)

Manhattan Farms III, 2013

Quel que soit notre degré de familiarité avec le sujet représenté, nos repères visuels et culturels sont systématiquement contrariés par la confusion qu’il crée dans nos esprits. Son monde onirique et postmoderne réinvente la ville de demain. Il offre ainsi une réflexion d’actualité sur les grands thèmes fondateurs de nos sociétés: la culture, la science, le progrès, l’oppression, l’écologie, l’utopie, la liberté, le salut…

Partager cet article :

Laisser un commentaire