Scandales!

Voir plus loin - -

De la rénovation pour le moins originale du Christ de Borja  à la censure temporaire de la «  Femme nue dans un fauteuil »  de Picasso à l’aéroport d’Edimbourg… l’été a été marqué par plusieurs polémiques artistiques.  Il n’en fallait pas plus pour qu’Artsper revienne sur les scandales les plus marquants de ces dernières années…

Le + politique : «  Bush » Jonathan Yeo
Lorsque la famille Bush commande en 2007 un portrait de W, ils ne s’attendent pas à recevoir une telle œuvre… Spécialiste du collage, l’artiste anglais  Jonathan Yeo  s’exécute et livre un portrait entièrement réalisé à partir d’images issues de magazines pornographiques. Scandale immédiat à la maison blanche ; l’œuvre est évidemment refusée mais est reprise sur Internet par les opposants du républicain. Artsper vous laisse le soin de zoomer sur l’oreille droite du président…

Le + religieux : « Piss Christ »  Andres Serano
Scandale en 1987 lorsque le Southeastern Center for Contempory Art récompense d’un prix la photographie de Serano. Représentant un crucifix plongé dans un verre d’urine (ndlr : de l’artiste), l’œuvre donne alors lieu à un vif débat entre  chrétiens et défenseur pour la liberté d’expression artistique. On pensait l’affaire « piss christ » enterrée, mais en 2011 la polémique refait surface lorsque le cliché est à nouveau exposé à Avignon. Une campagne de protestation est alors lancée par des mouvements intégristes afin de retirer l’œuvre.  Le cliché restera exposé mais sera malheureusement vandalisé dans l’exposition par des protestataires armés de marteau

Le + trash : « Bébé-mouette » Xiao Yu
En 2001, l’artiste chinois  Xiao Yu  présente son « Ruan » au Kunstumuseum de Berne. L’œuvre, rebaptisée  «  bébé mouette » suscite une vive polémique lorsque l’artiste explique qu’il s’agit d’une tête de fœtus féminin avec des yeux de lapins cousus, assemblée sur le corps d’une mouette… le tout baignant dans du formol. Suite à plusieurs plaintes l’installation sera retirée du musée. Xiao Yu a quant à lui justifié son œuvre comme un symbole pour « manifester contre  les monstres que l’on crée à partir de la manipulation génétique »…

Le + anticapitaliste: « L.O.V.E » Maurizio Catellan
Véritable trublion de l’art contemporain, Maurizio Catellan installe en 2010 un doigt d’honneur de 11 mètres de haut en face de la Bourse de Milan. Malgré de nombreuses réactions hostiles, l’œuvre restera en place jusqu’à la fin de son exposition au Palazzo Reale. Une exposition qui a fait déjà fait parler d’elle par  son affiche reprenant l‘oeuvre de Catellan, «  Him », représentant Adolf Hitler agenouillé…

Partager cet article :

Laisser un commentaire