Nos préférées … Yue Minjun

Voir plus loin - -

Souriez, vous êtes entre de bonnes mains. Cette semaine, Artsper vous redonne le sourire avec une sélection d’oeuvres de l’un des artistes chinois les plus cotés du moment, Yue Minjun. 

Le rire, grotesque, sacarstique, comme pour conjurer le sort, reste la plus grande arme de l’artiste. Contrairement aux larmes, qui évoquent assez familièrement l’état de tristesse ou de douleur (bien qu’on puisse rire aux larmes, on vous l’accorde), le rire rest bien plus ambivalent et polymorphe. Et surtout, le rire n’est t’il pas le propre de l’homme ?

C’est pour cela que le fait de sourire, de rire pour cacher son impuissance a [une grande] importance pour ma génération. 
Citation extraite de « Yue Minjun Biographie », 2006

Né en 1962 à Daqing, dans la province de Hei Long Jiang en Chine, Yue Minjun peint d’abord en amateur, avant de partir étudier l’art en 1985 à l’École normale de la province du Hebei. C’est dans la communauté d’artistes du village de Yuanmingyuan, près de Pékin, au début des années 1990, qu’il commence à définir son style ainsi que les contours de son principal sujet : le rire. Au même moment se développe un nouveau courant artistique dont Yue Minjun a souvent été considéré comme un des principaux représentants, le « réalisme cynique », né au debut des années 1990. Marqués par un climat social tout à fait différent de celui des années 1980, et par l’ouverture de l’économie chinoise au marché mondial, ces jeunes artistes rompent à la fois avec le « réalisme socialiste » et avec les avant-gardes. Ils portent un regard plus acerbe et moins idéaliste sur leur environnement.

yue1

The Sun, 2000
yue2

The execution, 2005

yue3

Sky – Animal – Human being, 2002

yueyue

I am dragon -2, 2008

along

Inside and outside the Stage, 2009

Envie d’un Yue Minjun chez vous mais pas les moyens ? Artsper vous a trouvé des paliatifs tout aussi efficaces, en vente sur notre plateforme  : 

yuyueutue

Laurina Paperina, Yue Minjun, 2014

atelier

Gautier Deblonde, Atelier d’artistes – Yue Minjun, 2013

Partager cet article :

Laisser un commentaire