Nos préférées … arte povera

Voir plus loin - -

Arte Povera. Plus qu’un mouvement, terme que les artistes y prenant part ont toujours refusé, on parle d’une attitude, d’un art de vivre, né en Italie dans années 60, alors qu’une vague contestataire soulève l’Europe. 

Etre un artiste Arte Povera, c’est adopter un comportement qui consiste à défier l’industrie culturelle et plus largement la société de consommation, selon une stratégie pensée sur le modèle de la guérilla. Dans ce sens, Arte Povera est une attitude socialement engagée sur le mode révolutionnaire. Pour l’Arte Povera, l’appropriation comme la propriété intellectuelle n’existe plus. 

Alighiero-Boetti-2

Alighiero Boetti

Giovanni AnselmoAlighiero BoettiPier Paolo CalzolariLuciano FabroJannis KounellisMario MerzMarisa MerzGiulio PaoliniPino PascaliGiuseppe PenoneMichelangelo Pistoletto et Gilberto Zorio, tous les grands noms de l’Italie ont pris part à l’expérience.

kounelis

Jannis Kounellis

L’expression « Arte Povera » est utilisée pour la première fois en septembre 1967 par le grand critique d’art Germano Celant, pour intituler une exposition présentée à Gênes. En italien dans le texte, Arte Povera signie art pauvre. . Mais dans quel sens ? On a souvent suggéré qu’il s’agissait d’utiliser des matériaux pauvres, comme des objets de rebus ou des éléments naturels. Mais de nombreuses œuvres réfutent cette interprétation en intégrant des matières plus sophistiquées comme le néon. 

struturachemangia

Giovanni Anselmo

En reprenant l’analogie établie par Germano Celant entre l’art et la guérilla, on peut émettre l’hypothèse que la pauvreté est à l’art ce que l’artillerie légère est au guérillero : l’artiste doit idéalement renoncer au besoin d’un équipement lourd qui le rend dépendant de l’économie et des institutions culturelles.

Penone-XL

Giuseppe Penone

Ainsi, Arte Povera participe pleinement de l’utopie contestataire de la fin des années 60 et revendique à sa manière une tendance de l’art contemporain italien face à la suprématie du marché de l’art américain.

lucianofabro

Luciano Fabro

Eviva Italia ! 

Partager cet article :

Laisser un commentaire