POP ART: USA vs UK – ORIGINES ET DIFFERENCES

Voir plus loin - -

Le Pop art est un mouvement connu surtout pour ses oeuvres emblématiques d’Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Cependant ses origines sont souvent mal comprises. Le développement de cet art se fait parallèlement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Artsper vous indique quelques notions à ne pas oublier pour appréhender ces oeuvres légendaires.

Origines

Le pop art est un courant artistique qui apparaît en Angleterre au milieu des années 50 et parallèlement aux Etats-Unis plus tardivement, vers la fin des années 1950. Il s’est placé en opposition à l’approche traditionnelle que le monde avait de l’art. Ce mouvement affirme que l’utilisation d’éléments et de symboles de la culture populaire et de consommation s’aligne avec la lignée des beaux-arts. Le pop art dénature le matériel de son environnement en isolant l’objet ou en le combinant avec d’autres objets souvent de la vie quotidienne.

Connu dans le monde entier comme l’un des mouvements artistiques majeurs du XXème siècle, la Marilyn de Warhol est devenue l’emblème de ce courant. Un courant qui se démarque et se caractérise par des sujets issus de la culture populaire occidentale et surtout américaine. Que ce soit les bandes dessinées ou la publicité, les stars de cinéma ou de la musique ou les objets quotidiens, le Pop art est interprété comme un rejet de l’imagerie de l’expressionnisme abstrait (Jackson Pollock).

Qualifié de « pop » art, la notion de pop plutôt péjorative fait référence à la musique pop qui est en pleine ébullition à l’époque. C’est un message adressé à la culture élitiste artistique qui commence à s’éteindre et jugée trop intellectuelle et pas assez accessible au public visuellement et intellectuellement.

Le mouvement est aussi caractérisé par l’utilisation technique des artistes de reproduction en série des œuvres.

Différences

Le Pop art est né en Grande-Bretagne mais à cette époque, c’est un pays qui est énormément influencé par la culture américaine du moment. Beaucoup d’artistes majeurs du Pop art sont américains.

On a donc une proximité très forte entre le développement du pop art en Grande Bretagne et en Amérique. Cependant on trouve des différences entre ces deux sous branches. Aux Etats-Unis, le pop art se distingue par un retour à une composition qualifiée de « hard-edged » et un art qui utilise la réalité mondaine et populaire, l’ironie et le second degré.

Alors qu’en Angleterre, ce mouvement débute avec une vision plus académique se concentrant sur une figuration énergique et paradoxale de la culture populaire américaine comme l’artiste Richard Hamilton.

Utilisant la parodie et la dérision, ils dénonçaient quelque part un dispositif occidental puissant et manipulateur qui affectait le comportement d’une société tout en élevant la prospérité de celle-ci.

La différence est que là où le Pop art anglais était alimenté par la culture américaine vue avec une certaine distance, le Pop art américain était fruit des expériences directes de cet « american dream », une idée qui sera développée plus que jamais à cette époque.

Pop Art Américain

Plus Tardif, le pop art américain connaît une grande ébullition dans les années 60. A cette époque, le monde de l’advertisement et la consommation avait adopté et repris les codes de l’art moderne. De ce fait, les artistes américains allèrent plus loin dans leur réflexion en cherchant des sujets plus sérieux et graves qui pourraient distancer l’art des objets manufacturés.

Les britanniques avaient une vision de la culture pop américaine plus distanciée, leur vision sous le prisme d’un œil différent plus européen se distinguait souvent par des caractéristiques plus romantiques et proche des émotions et du rire. Les artistes américains avaient un ton différent que leurs confrères britanniques. Bombardés tous les jours par la publicité et les objets manufacturés en production de masse ainsi qu’une guerre contestée (guerre du Vietnam), leur travail était plus brutal et agressif.

Les peintres représentatifs du pop art américain étaient Robert Rauschenberg et Jasper Johns. Rappelant les travaux dadaïstes de Kurt Schwitters, le travail de Rauschenberg délivrait un message très clair de critique de la société actuelle.

Roy Lichtenstein est probablement un des maîtres du pop art américain connu pour son humour, ses références aux comics et insertion de texte dans ses œuvres.  Lichtenstein définit son travail comme « hard-edged » mais composé de manière parodique et douce. Les peintures d’Andy Warhol comme celles de Lichtenstein ont un même point commun qui est la référence direct à l’image banale iconisé de la culture pop américaine tout en évoquant le thème d’une manière impersonnelle voire froide. Ce traitement de l’art illustre parfaitement une idéalisation et à la fois une haine de la production en série.

Pop Art Britannique 

Née à Londres en 1952, le collectif artistique appelé « the Independent Group » (IG) est considéré comme le précurseur du pop art. Rassemblant de jeunes artistes, peintres, sculpteurs voir même architectes, ceux-ci partageaient une opposition forte aux  approches traditionnelles et académiques des beaux-arts.

Eduardo Paolozzi présente en 1952 une série de collages appelés « Bunk » aux autres artistes du IG. Les éléments utilisés pour ces collages étaient issus de magazine et de bande dessinés et autres objets de produits manufacturés aux logos graphiques. Pour la première fois on voit l’utilisation du mot « pop » dans une des images du collage de Paolozzi. « I was a Rich Man’s Plaything » (j’étais un jouet d’un homme riche) où un revolver apparaît entouré d’un nuage de fumée.

Suite à cette présentation de Paolozzi, ce collectif se concentre essentiellement sur le language et les codes de la culture populaire américaine. Celle-ci est proche ils la vivent, elle s’est exportée mais elle reste distanciée pour ces artistes. Ils ont donc un recul et une approche à cette culture plus réfléchie. Ils s’intéressent principalement au sujet de la publicité de masse.

Le terme « Pop art » apparaît réellement dans un article en 1956 écrit par Alison et Peter Smithson pour Arc.

Roy_Lichtenstein_Drowning_Girl

Roy Lichtenstein, Drowning girl, (1963)

lichtenstein-hopeless-roy-lichtenstein

Roy Lichtenstein, Hopeless, 1963

image_11659

Andy Warhol, Marilyn Monroe, 1969

116213

Andy Warhol, Electric chair, 1964

Interior 1964-5 by Richard Hamilton 1922-2011

Richard Hamilton, Interior, 1964

 I was a Rich Man's Plaything 1947 by Sir Eduardo Paolozzi 1924-2005

Eduardo Paolozzi, I was a rich man’s plaything

Partager cet article :

Laisser un commentaire