PETIT BESTIAIRE DU STREET ART

Voir plus loin - -

Aujourd’hui le street art est une scène artistique incroyablement diverse et riche, qui rassemble des styles, des techniques et des univers artistiques très différents : de la calligraphie à l’hyperréalisme en passant par l’illustration, la figuration libre, le collage ou encore le pochoir.

Le street art propose donc une multiplicité d’angles d’approche, et nous avons choisi cette fois-ci de faire un tour des artistes du bestiaire urbain.

L’essence du street art est de faire de la ville et des multiples supports qu’elle offre un grand terrain de jeux pour des artistes qui veulent enchanter notre environnement, nous le faire redécouvrir sous un autre angle, ou encore nous interpeller sur notre quotidien. Représenter des animaux est alors une démarche paradoxale et audacieuse à la fois : c’est la volonté de réintroduire le naturel dans le cadre urbain au moyen de l’expression la plus raffinée de la civilisation humaine, l’art.  

On vous laisse juger par vous-même…

{1.ROA}

21-street-art-mars-33-roa

Impossible de faire l’inventaire du bestiaire street art sans commencer par l’artiste belge opérant sous le pseudonyme de Roa et dont l’univers entier tourne autour du règne animalier.

Reconnaissable en un clin d’œil, les gigantesques muraux de Roa représentent des animaux en noir et blanc choisis spécifiquement pour l’environnement de la ville en question : renards, hérons, crocodiles, lapins etc. A première vue assoupis, les animaux de Roa sont en réalité morts et leur corps s’empilent souvent les uns sur les autres avec une esthétique quelque peu macabre. Parfois l’artiste représente directement des squelettes ou des organes d’animaux à vif.

Roa parcourt la planète dans tous les sens et ne cesse d’agrémenter son bestiaire, faisant ainsi de son œuvre un véritable musée d’histoire naturel à ciel ouvert et interrogeant le rapport de l’homme à l’animal.

 

{2. ALEXIS DIAZ}

alexis-diaz-street-art-creatures-hybrides-1

Alexis Diaz est un artiste portoricain qui essaime ses œuvres à l’univers fourmillant de détails et d’animaux fantasmagoriques aux quatre coins de la planète, de Paris à Montréal en passant par Mexico et Vienne.

Son univers et son style sont également très caractéristiques : motifs minutieux travaillés au pinceau et à l’encre en noir et blanc (pour un rendu proche de la gravure) sur fond unis de couleurs vives et pastel. Surréalistes, les œuvres d’Alexis Diaz sont des assemblages d’animaux que l’artiste choisit en fonction de l’écosystème de l’endroit où l’oeuvre est créée.

Paris compte l’une de ses œuvres depuis 2013, rue Lémon dans le 20ème arrondissement.

 

{3. DALEAST}

daleast-dunedin-street-art-festival-3

DALeast est un street artiste chinois qui égrène ses muraux de par le monde depuis 2004 : Miami, Londres, Johannesburg, ou encore Los Angeles.

Sa technique est fascinante et très puissante visuellement : d’un entrelacs de ce qui rassemble à des fils de fers émergent des figures en mouvement, le plus souvent des animaux, qu’il considère avec beaucoup d’empathie comme des êtres indispensables au fonctionnement de la terre. DALeast travaille sur des murs de taille monumentale, ce qui donne encore plus d’ampleur à ses œuvres d’un grand dynamisme.

Sa compagne est une autre street artist célèbre du nom de Faith47.

{4. FAITH47}

 FAITH-01-01-vignette-djerbahood

Faith47 est une street-artiste mondialement reconnue originaire de la ville du Cap. Elle pratique le street art depuis plus de 15 ans et ses muraux sont visibles dans les plus grandes villes du monde.

Par son travail, Faith47 veut désamorcer la stratégie de la realpolitik pour faire prévaloir l’expression d’une vérité individuelle et personnelle. Son œuvre a des nombreuses dimensions et implications spirituelles et peut être définit comme une quête existentielle.

Les scènes animalière qu’elle représentent sont toujours imprégnées d’une atmosphère romantique: licorne en plein galop, cheval qui se cabre pour se défaire de ses liens, envolées de cygnes etc.

 

{5.NYCHOS}

brooklyn-street-art-nychos-Brock-Brake-art-basel-miami-2014-web-1

Nychos est un street artist autrichien fasciné par l’anatomie : la découverte à l’âge de 6 ans d’un cadavre d’agneau en décomposition fut déterminante pour son inspiration créatrice. Nychos est un artiste puissamment influencé par ses rêves et ses démons mentaux – suspecté d’épilepsie, il a eu un accident de voiture grave qui la obligé à se faire suivre pendant 9 mois.

Ses œuvres au style « cartoon-esque » inspiré des dessins animés des années 80 représente des animaux et des êtres à l’anatomie éclatée dans des couleurs tranchées. Son art est drôle et dérangeant à la fois car il découpe aussi bien des renards et des rats que Michey Mouse ou Bob l’éponge, avec une préférence pour le lapin, l’animal qui lui aurait révélé son inspiration artistique en rêve.

 

{6. LI HILL}

16473115537_af07192656_b

Li-Hill est un artiste canadien qui travaille aussi bien la peinture, que le pochoir, l’illustration, et la sculpture. En tant que street artist, il réalise des muraux monumentaux qui abordent les thèmes de l’industrialisation, du progrès scientifique et du rapport de l’homme à la nature. Ses œuvres toutes en mouvement et dynamisme interrogent le développement rapide de notre époque moderne.

Il a exposé dans des institutions comme la National Gallery de Victoria, l’Art Gallery d’Ontario et réalisé des œuvres en Australie, Thailande ou encore en Chine.

 

{7. DZIA}

Dzia

Dzia est un artiste belge arrivé sur la scène du street depuis seulement quelques années. Ses œuvres représentant des animaux aux lignes géométriques et couleurs vives lui ont pourtant déjà acquis une grande notoriété. Diplômé de la Royal Academy d’Anvers, il réalise également des sculptures et s’adonne à la taxidermie. Il est par ailleurs l’éditeur du magazine CopyZine, publié à la main et à un prix qui varie en fonction du coup de fabrication, chaque édition contenant des dessins de Dzia lui-même ou d’autres artistes qu’il soutient.

 

{8. ARLIN}

Processed with VSCOcam with c1 preset

Arlin est un street artist brésilien de 28 ans qui a commencé dans la petite ville de Tatui, dans l’état de Sao Paulo au début des années 2000. Après avoir travaillé comme directeur artistique pour une agence de publicité, il commence à associer graphisme et graffiti en 2010.

Son style est architectural, et le résultat d’une esthétique de la synthèse et du fragment, inspirée par la technologie et le monde moderne.

Partager cet article :

1 Commentaire


Overso

Publié le 23 octobre 2015, 13h14

Que de belles découvertes 🙂 C’est sympa de pouvoir comparer les différents styles graphiques à partir d’un même thème et d’un même support, belle idée !

Laisser un commentaire