Marché de l’Art en Ligne: Histoire et Développement

Voir plus loin - -

L’histoire du marché de l’art en ligne n’est qu’une sous-partie de l’histoire du marché de l’art global. On ne peut parler de l’un sans l’autre. Or le marché de l’art est d’une nature complexe. Alors qu’il répond aux lois traditionnelles de l’économie (rencontre de l’offre et de la demande avec fixation d’un prix pour un bien ou un service), c’est une économie fondée sur des biens hétérogènes, chargés de symboliques sociales et de désirs intellectuels. Aussi, l’histoire du marché de l’art en ligne oscille entre plusieurs grandes influences: les évolutions économiques et sociales d’une part, les évolutions artistiques de l’autre.

D’un point de vue historique, il nous est possible d’affirmer que le marché de l’art s’est toujours conformé aux tendances macro-économiques et sociales. Nous sommes convaincus que le marché de l’art en ligne est la continuité logique de l’histoire du marché de l’art. Vous en doutez? Regardons un peu en arrière…

Artsper et Achetezdelart vous proposent de décrypter l’histoire du marché de l’art en ligne.

{L’antiquité}

Quand bien même la notion d’art en tant que telle n’existait pas encore, le « marché de l’art » à l’époque gréco-romaine était représentatif du mode de pensée sociale. Mû par une émulation intellectuelle, sociale et technique, artisans et mécènes rivalisaient d’ingéniosité pour honorer les dieux (et eux-mêmes). Les artisans et les mécènes acquéraient ainsi une renommée, suscitant la convoitise de leurs pairs, et occasionnant un perpétuel surpassement mutuel.5754.1616255705.0.o196404043

{Le Moyen-Âge}

Au Moyen-Âge, la société féodale ne laissa subsister que deux formes de pouvoirs: la seigneurie et le clergé. Les artistes étaient le plus souvent des artisans anonymes, parfois réunis en corporations et œuvrant très localement, et n’avaient pas d’autres réelles ambitions que de satisfaire les règles fixées par le carcan intellectuel chrétien.

url

{La Renaissance}

A la Renaissance, l’arrivée de grandes familles riches et cultivées aux plus hautes sphères du pouvoir religieux et politique créa une nouvelle dynamique au marché de l’art : le mécénat et la commande. On vit réapparaître l’émulation artistique, et les œuvres commencèrent à s’échanger et à se vendre : c’était les balbutiements du marché de l’art tel que nous le concevons aujourd’hui.

1url

{Les Lumières}

Au Siècle des Lumières et après, l’esprit se rationalise, la société s’embourgeoise. On tend presque vers une forme de méritocratie. Cela se traduit dans le marché de l’art par l’Académie, le Salon, la distribution de prix, l’établissement de règles de la beauté immuable…

2url

{La Révolution Industrielle}

A la fin du XIXe siècle, la première Révolution Industrielle bat son plein, la société devient marchande et bourgeoise… C’est à ce moment là que des marchands tels Paul Durand-Ruel réinventent le métier de galeriste, l’adaptant à l’émergence d’une société marchande (constitution d’un stock, spéculation artistique, exclusivité, etc.)

4url

 

{La Mondialisation}

A partir de 1945, le développement des moyens de communications et de transports chamboule l’économie et les sociétés. Parallèlement, l’émergence de grandes fortunes dans les pays émergents et certains secteurs économiques inondent le monde de capitaux frais. Les acteurs du marché de l’art s’internationalisent et rentrent dans une course au développement. Ils commencent à exiger une importante production à leurs artistes et injectent de gros investissements dans le marché.

6url

{La Révolution Numérique}

Alors que nous ne sommes qu’au début d’une Révolution Numérique qui transforme notre économie et notre société, le marché de l’art en ligne bouleverse les modes de consommation de l’art. Le marché de l’art est désormais accessible à tous, tout le temps, partout. Grâce à des maisons de vente en ligne (Auctionata), des ventes de gré à gré en ligne (Artviatic), des galeries en ligne (Yellow Corner), ou des marketplaces en ligne comme Artsper qui digitalisent l’offre des galeries traditionnelles, le circuit traditionnel du marché de l’art entame sa transition numérique.

ARTSPER - copie

{Les causes du marché de l’art en ligne }

Plusieurs éléments sont en cause:

  • La course à l’internationalisation pousse les artistes et les galeries à avoir une présence mondiale sur internet.
  • La crise des subprimes en 2007 et la fermeture de 50% des galeries à travers le monde a révélé le manque d’adaptation des petites et moyennes galeries. Celles-ci sont souvent trop coûteuses, paralysant ainsi leur fonctionnement. Le marché de l’art en ligne réduit considérablement les coûts de diffusion de l’art.
  • L’internationalisation de la consommation implique une recherche accrue de l’accessibilité immédiate au marché de l’art. Les collectionneurs ont déjà l’habitude d’acheter des œuvres uniquement sur description (par téléphone par exemple).
  • Le développement du e-commerce dans d’autres secteurs a induit chez le consommateur la volonté de voir une offre concentrée en un seul lieu. Le marché de l’art en ligne est le système qui y parvient le mieux.

{Les évolutions à venir}

(Voir: 5 minutes pour comprendre le marché de l’art en ligne )

Le marché de l’art global est d’environ $56 millards. Les plateformes en ligne n’ont pas le projet de remplacer le marché traditionnel, mais de le relayer et de l’étendre. En effet, le e-commerce dans l’art ne « prive » pas les galeries de clients, au contraire, il les multiplie. Plusieurs éléments viennent étayer cette affirmation:

  • 45% des collectionneurs ressentent le processus d’achat d’art sur une plateforme de vente en ligne comme moins intimidant que dans une galerie ou une maison de ventes aux enchères traditionnelle. Cela crée des nouveaux collectionneurs qui fuient les circuits traditionnels de l’art.
  • Jusqu’à 63% des sondés sont également attirés par le “potentiel de valeur” ou le retour sur investissement. L’offre sur internet permet dès lors une meilleure comparaison et des informations transparentes, ce qui attire de nouveaux clients.

Représentant $1,6 milliards en 2013 et $2,64 milliards de dollars en 2014, le marché de l’art en ligne devrait atteindre $6,3 milliards en 2019, avec un taux de croissance annuel de 19%.

 

Il semblerait que nous ne soyons qu’aux balbutiements du marché de l’art en ligne. Artsper et Achetezdelart sont impatients de vous raconter la suite de cette fabuleuse aventure.

Partager cet article :

Laisser un commentaire