Leçon de style : Le Corbusier et l’Esprit Nouveau

Voir plus loin - -

Consacré depuis que son oeuvre est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, Le Corbusier a légué une pensée et des constructions qui font de lui une figure incontournable de l’architecture moderne. Le génie de Le Corbusier résidait dans sa conception simple et « dénudée » de l’architecture qui devait être au service des besoins de son temps et non pas des diktats stylistiques dépassés. Avec plus de 40 ouvrages publiés, Le Corbusier fut l’un des grands théoriciens de l’architecture moderne si ce n’est son père… 

Le Corbusier en 1961 Crédits : AFP Photo / STF

Le Corbusier en 1961
Crédits : AFP Photo / STF

 

Après avoir entamé des études en gravure et dessin, celui qui s’appelait encore Charles-Edouard Jeanneret à l’époque se dirige vers l’architecture et la décoration à ses 17 ans. Alors que ses compères travaillent le bois, dans le cadre de son premier travail en tant que dessinateur dans une société de constructions techniques, Jeanneret s’intéresse déjà au béton armé… qui deviendra son matériau de prédilection.

Sa brève carrière industrielle détermine sa vision d’architecte et d’urbaniste. Selon lui, l’architecte a beaucoup à apprendre de l’ingénieur industriel. L’ingénieur répond lui à un problème posé, actuel, en y apportant une réponse claire et en faisant preuve d’économie. De son côté, l’architecte se contente de reproduire ce qui a été fait dans le passé. Il faut donc appliquer la méthode de l’ingénieur à l’architecture pour que cette dernière soit à l’image de son époque et libérée des styles classiques et renaissants, pour le moins obsolètes.

C’est en écrivant des essais pour la revue L’Esprit Nouveau qu’il fonde en 1920 avec le peintre Amédée Ozenfant que Jeanneret signe pour la première fois avec le pseudonyme « Le Corbusier ». Les deux amis développent ensemble un nouveau courant, le purisme, qui valorisent les formes simples et la machinerie et condamne toute exubérance. Le Corbusier met un point d’honneur à produire des formes géométriques, dépouillées, qui sont selon lui les plus « lisibles ». Après mésentente avec Ozenfant, la revue disparait mais Le Corbusier publie en 1923 une sélection d’essais déjà parus dans Vers une architecture qui pose les bases de sa vision de l’habitat moderne.

Crédits : Fondation Le Corbusier

Crédits : Fondation Le Corbusier

 

En 1927, l’architecte théorise les acquis du mouvement moderne à travers ses « cinq points d’une architecture nouvelle » :

1) Les pilotis afin de surélever pour dégager plus de jardin et ménager des transparences

2) Le toit terrasse ; rendu possible par le béton armé, ce type de toit détache le bâtiment de son fond

3) Le plan libre tel que, les planchers reposant désormais sur des poteaux, les cloisons n’ont plus de fonction structurelle d’où libre choix à l’architecte de les placer tel qu’il souhaite

4) La façade libre  avec une enveloppe indépendante de la structure ce qui donne là encore plus de liberté architecturale

5) La fenêtre en longueur ou fenêtre-bandeau et les vues panoramiques qui en résultent, véritable marque de fabrique de la modernité en architecture

La Villa Savoye, qu’on lui commande un an après, est l’illustration (au sens propre car il la conçoit comme telle) la plus fidèle et radicale de ces principes fondamentaux.

La Villa Savoye Crédits : Fondation Le Corbusier

La Villa Savoye
Crédits : Fondation Le Corbusier

 

En 1945, Le Corbusier invente la notion architecturale du Modulor… Le Modulor, mot-valise formé à partir de « module » et « nombre d’or », est une silhouette humaine standardisée qui lui permettra ensuite de concevoir ses fameuses unités d’habitation, dont la plus connue est la Cité Radieuse à Marseille. Son usage des ces outils ainsi que de la méthode du tracé régulateur, qui permet de déterminer les proportions les plus « justes » d’un bâtiment, montrent à quel point Le Corbusier était préoccupé par l’optimisation. Préoccupation qui virait parfois à une obsession néfaste tant on retrouve dans son propos l’idée d’une société rationalisé à tout prix voire régénérée…

La Cité Radieuse, à Marseille Crédits : Fondation Le Corbusier

La Cité Radieuse, à Marseille
Crédits : Fondation Le Corbusier

 

Que ce soit en rendant noble le béton armé, en défendant de tout coeur la fonction utilitaire de l’architecture et la nécessité de formes simples ou en cherchant à optimiser le rapport de l’homme à l’espace, Le Corbusier a marqué l’histoire de l’architecture. Avec des réalisations aux 4 coins du globe, « Corbu » aura appris au monde entier l’architecture et l’urbanisme de la modernité !

Le Corbusier en 3 citations :

« Une maison est une machine à habiter »

« La ou nait l’ordre nait le bien-être »

– « Le style, c’est une unité de principe qui anime toutes les œuvres d’une époque et qui résulte d’un esprit caractérisé. Notre époque fixe chaque jour son style. Nos yeux, malheureusement, ne savent pas le discerner encore. »

Premier projet réalisé en France : un chateau d’eau en béton armé près de Bordeaux

Signe particulier : Le Corbusier ne voyait que d’un seul oeil !

La tombe de "Corbu" Crédits : Fondation Le Corbusier

La tombe de « Corbu »
Crédits : Fondation Le Corbusier

Partager cet article :

1 Commentaire


Monique Martens

Publié le 16 mars 2017, 22h45

J’aime et je partage la villa Savoye du Corbusier, ses formes simples, ses grandes fenêtres sur toute la largeur du bâtiment 16/03/3017.

Laisser un commentaire