La fiche de révision de Keith Harring

Voir plus loin - -

A partir du 18 avril, le MAM de Paris ainsi que le 104 consacrent une rétrospective à l’artiste américain Keith Haring. Avec plus de 250 oeuvres, « The political line » est l’exposition à ne pas manquer ce printemps. Comme nous l’avions fait pour Dali ou Hopper, nous vous proposons de revenir sur certains aspects et certaines anecdotes de la vie de Keith Harring, afin d’être au point pour la visite de l’exposition mais également pour pouvoir briller pendant la visite.

 

Keith-Haring
Artiste américain né à Reading (Pennsylvanie) en 1956.

Il se fit connaitre en dessinant à la craie blanche dans le métro de New-York au début des années 80.

« The Radiant Baby » est l’un des symboles les plus utilisés par Haring dans ses travaux.

La griffe Haring, c’est la répétition infinie de formes synthétiques soulignées de noir avec des couleurs vives, éclairantes sur différents supports. 

Inspiré du cut-up de Burroughs, Haring débuta son travail dans la rue en coupant les titres du New York Post et en les redispatchant donnant des titres complétements absurdes comme « Pope Killed for freed hostage » ou  » Reagan slain by hero cop »

C’est au Club 57 que Keith Harring se lie d’amitié avec Jean-Michel Basquiat ou encore Kenny Scharf et  organise ses premières performances et expositions.

Parmi les oeuvres à connaitre absolument de Keith Harring: « Crack is Wack » & « Les dix commandements »

Sa première exposition dans un musée a eu lieu en France au CAPC de Bordeaux.

C’est Tony Shafrazi, le propriétaire de la la Shafrazi Art Gallery à New-York qui le repère  et le représentera jusqu’à sa mort. Tony Shfrazy représentait également Francis Bacon ou David LaChapelle.

Keith Harring souhaitait rendre son art le plus accessible possible et il ouvrit à SoHo son « Pop Shop » vendant objets, posters. Très contreversé par le milieu de l’art mais soutenu par Warhol, Haring déclara : « I could earn more money if I just painted a few things and jacked up the price. My shop is an extension of what I was doing in the subway stations, breaking down the barriers between high and low art. »

Keith Haring a réalisé la fresque de l’Hôpital Necker à Paris

Il est mort du SIDA en 1990

Partager cet article :

Laisser un commentaire