Jeunes talents à suivre en 2017 ! Partie 1

Voir plus loin - -

Difficile de suivre la cadence effrénée du marché de l’art ? Artsper vous éclaire et vous guide sur le sentier de la création contemporaine. Chaque année, étudiants d’écoles d’art ou jeunes autodidactes rivalisent d’inventivité pour renouveler le paysage artistique. Découvrez à travers notre sélection, les artistes à ne pas manquer, et surtout à suivre de près pour l’année 2017 !  

 

UROS ABRAM

capture_d_ecran_2013-10-15_a_16.04.54

Uroš Abram

 

Jeune photographe tchèque, Uroš Abram est diplômé en 2010 de l’école d’art de Prague, la FAMU. Son talent n’a pas manqué d’être repéré par le Festival Circulation(s), l’un des rendez-vous photographique les plus reconnus aujourd’hui, ayant pour but de promouvoir la jeune photographie européenne et qui a exposé le jeune artiste en 2014. Pour l’occasion, Ubros Aram a présenté une série, dans laquelle il prend une posture documentariste et analyse l’évolution de l’industrie pornographique en République Tchèque une fois le régime communiste dissout. Son œuvre, entre panache et théorie, ne cesse de surprendre par son extravagance.

 

BRICE MARE

Brice_Mare_Double_battants_Copyright_URBANITY

Brice Maré

 

Il est facile de se perdre dans les dédales que dresse le jeune Brice Maré né en 1986. Des constructions qui nous entraînent de palier en palier, tout en restant pourtant sur le même plan. Par des effets géométriques, des angles et des perspectives affûtées, l’artiste parvient à faire d’une surface plane un objet en volumes. Il se joue des conventions pour mieux duper nos sens et notre perception. Ce sont de véritables édifices qu’il parvient à bâtir par la simple force des perspectives. Sur les murs et le sol comme sur des toiles ou du bois, il se glisse dans la peau d’un architecte urbain et s’adapte à son support pour créer.

 

ENORA DENIS

game-girl-encadre

Enora Denis

 

Artiste plasticienne complète Enora Denis déploie une palette artistique digne d’une véritable boîte à outils : collage, art numérique, images d’archives, vidéo ou dessin. Son travail a notamment été repéré à l’occasion du Salon de Montrouge en 2015. Née en Bretagne en 1984, elle appartient à la génération Game boy et Playstation des années 90 et va utiliser cet imaginaire collectif pour dénoncer certaines inégalités, comme celles qui sévissent entre les hommes et les femmes. La petite console portable se féminise alors et prend le nom de Game Girl entre les mains de l’artiste. C’est la représentation des corps dans la société plus globalement qui interpelle l’artiste. Elle prend pour cela appuie sur la scène politique, publique, mais aussi la sur la sphère intime et l’utilisation ou la place des objets du quotidien.

 

ANTOINE BERTRAND

antoineOK

Antoine Bertrand

 

C’est dans un univers instinctif et animal que nous plonge l’artiste Antoine Bertrand. Né en 1981 il suit tout d’abord une formation en bande-dessinée à l’Institut Saint-Luc Bruxelles avant de passer au dessin-animé. Suite à ses voyages en Asie et en Afrique, il va aiguiser son style, au sens figuré comme au sens propre, et développer une technique inédite au sabre où la peinture est projetée sur la toile. Un exercice qui va lui demander près d’un an de travail afin d’être maîtrisé totalement. Entre graff et calligraphie, il offre une œuvre contemporaine empreinte de tradition. Un style qui a su séduire la Manufacture 111 en 2016 où Antoine Bertrand a effectué une résidence de deux semaines suivi d’une exposition collective.

 

LAURENCE DEMARS

Laurence Demars

 

L’artiste Laurence Demars sort des sentiers battus et puise dans les retranchements de l’art contemporain. Au-delà de la peinture ou la sculpture, elle nous propose un voyage pop kitch dans l’univers du giff, ces collages numériques. Ouvrir la création au digital, l’idée n’est pas neuve, mais elle peine encore à se propager autant qu’elle le pourrait. Laurence Demars met donc ses talents de designer graphique au service de l’art numérique entre imagerie trash et légère. Elle vit et travaille actuellement à Limoges sur ses œuvres, qui à défaut de s’apposer sur une toile s’y partagent.

Partager cet article :

Laisser un commentaire