GOOD TO KNOW: Der Blaue Reiter – Die Brücke

Voir plus loin - -

L’expressionisme allemand est souvent divisé en deux groupes distincts mais souvent méconnus donc confondus : Die Brücke et Der Blaue Reiter. Malgré leurs pensées fondamentalement opposées, ces deux courants sont très souvent amalgamés et englobés trop simplement dans le mouvement expressionnisme allemand.

Die Brücke est un mouvement né en 1905 qui se revendique d’une sensibilité émotionnelle, éloignée de toute essence intellectuelle. Fonctionnant par instinct, les artistes expriment leur mal être face à la société germanique qui doucement sombre dans une déchéance latente. Considérés comme des artistes « dégénérés » par les acteurs du national-socialisme qui gagnent en autorité, ils assisteront impuissants à la montée de ce groupuscule extrémiste. Les artistes figure de proue de ce mouvement sont Emil Nolde, Ernst Ludwig Kirchner et Erich Heckel.

Ernst Ludwig Kirchner est probablement la figure la plus importante du mouvement Die Brücke. A travers une hypersensibilité exaltée par l’utilisation de formes peu ordinaires et de couleurs acerbes, il évoque une urbanité dévorante de la ville de Berlin.

Ernst_Ludwig_Kirchner_-_Nollendorfplatz

Ernst Ludwig Kirchner, Nollendorfplatz, 1912

Emil Nolde est également un des peintres représentatifs de ce courant. Fortement influencé par Vincent van Gogh, il était très inspiré par le primitivisme ainsi que le mythe du sauvage. Ses œuvres baignent dans une atmosphère psychologique très marquée et dans une nature omniprésente quelque peu romantique.

emilnolde

Emil Nolde, Danse autour du veau d’or, 1910

« Le bleu est la couleur de la spiritualité : Dans sa recherche pour y arriver à travers de l’abstraction de formes et l’utilisation symbolique de la couleur, nous voyons l’influence des doctrines théosophiques visant à comprendre l’essence divine dans le monde, résultat de l’union du divin avec la matière. Dans cette œuvre qui anticipe la couverture de l’almanach on aperçoit la figure mythique du chevalier, qui contient aussi des éléments de la culture et traditions russes. Le chevalier est une figure mythique dans l’imagerie médiévale, récupérée par le Romanticisme, dans le contexte de la réévaluation des traditions, des mythes et légendes populaires. » Wassily Kandinsky.

Kandinsky-Blue_Rider
Wassily Kandinsky, Der Blaue Reiter, Le Cavalier bleu, 1903

Der Blaue Reiter, qui apparaît après Die Brücke, est un courant artistique né d’une pensée intellectuelle portée essentiellement par des penseurs et des philosophes. Ces intellectuels interrogent les limites de l’œuvre et son autorité même. Ce mouvement plutôt théorique tient ses origines de la culture romantique germanique du Gesamtkunstwerk mais également d’un héritage de son mouvement jumeau die Brücke. Cette bulle expressionniste particulière sera courte, de 1912 à 1914. Elle comptera comme artistes principaux Wassily Kandinsky, Gabriele Munter, Franz Marc, August Macke et Alexej von Jawensky.

3_3_5_3_G-13324__MARCF_A1_450_03

Franz Marc, Le cheval bleu, 1911

Il y a une différence géographique nette entre les deux courants. Die Brücke est plutôt affilié à Dresde, et Berlin tandis que Des Blaue Reiter serait plus concentré à Munich.

Ils ont des points communs picturaux très forts. Tout d’abord, la reprise de l’esthétique du bestiaire, l’utilisation des couleurs, couleurs franches presque criardes, en aplat qui rappelle le fauvisme puis enfin un style de figuration à la distorsion exagérée. Paradoxalement, les peintures du Blaue Reiter utilisent une gamme de couleur plus forte et expressive ce qui lui confère une sensibilité plus exacerbée que les œuvres de die Brücke. Les artistes du courant Die Brücke sont dans une rationalité relative à leurs œuvres où formes et figures sont plus dessinées et  distordues.

Partager cet article :

Laisser un commentaire