Le girl power brésilien en 5 artistes

Voir plus loin - -

L’image du macho brésilien serait-elle imméritée ? Dans le pays, le beau sexe gouverne en politique, et tire aussi au sommet l’art contemporain. La preuve avec cinq femmes artistes reconnues.

 

1. La fine fleur

Beatriz Milhazes est une artiste francophone qui aime superposer. Les motifs, les couleurs, les matières : la broderie complète la peinture, la luxuriance organique et florale s’enchevêtre partout. On ne saurait dire si l’abstraction l’emporte sur l’ornementation, mais ce qui est certain c’est que son œuvre séduit le monde entier : c’est la reine des enchères parmi l’ensemble des artistes brésiliens.

summer love Milhazes

 

2.  La baroque

Adriana Varejão a le visage de la Vénus naissante de Botticelli, et ce ne doit pas être pur hasard. Ses peintures ont quant à elles l’apparence d’authentiques azulejos. D’aspect froid, ils révèlent une volupté toute baroque : ils se métamorphosent et trompent d’œil. C’est alors davantage une faïence de sauna libertin ou de boucherie que celle d’une honnête salle de bain qui est mise en perspective.

Adriana Varejão, Figura de Convite II [Figure de bienvenue II], 1998

3. La brute

Lucia Koch est une passionnée d’architecture qui met l’espace, le matériau pauvre et l’esthétique du Land Art au centre de tout son travail. L’obsession de la favela ne semble pas étrangère à son œuvre. Chez elle, la lumière naturelle sublime tout et donne des lueurs de cathédrale à des boîtes de carton.

lucia-koch-cartons-7

4. La (télé)visuelle

Un téléviseur à l’allumage : c’est ce qui s’offre au spectateur chez Fernanda Quinderé. La profondeur, la gradation et la force chromatique de la composition rappellent Vasarely. Mais l’artiste puise dans l’imagerie nationale pour donner chair à un art optique personnel. Le Christ Rédempteur se démultiplie et pixellise, le consumérisme est décrié : pas vraiment une telenovela du petit écran brésilien.

cristo by quinderé

5. La naïve

De son enfance à la campagne pauliste, Constancia Nery a gardé des représentations bucoliques et le goût du folklore. Les travailleurs de ses tableaux respirent la santé et l’optimisme. Ils offrent une vision apaisée et colorée du lien qui unit irrévocablement le brésilien à sa terre. 

the sunny orange grove by  nery

Merci à Jourdain Vannier pour cet article !

Partager cet article :

Laisser un commentaire