ED RUSCHA : ECHOGRAPHIE DE L’AMERIQUE

Voir plus loin - -

 « J’ai (…) toujours eu le plus profond attachement (…) pour tout ce qui ne pouvait pas être expliqué. Les explications ont en elles quelque chose qui annule le pouvoir de ce que l’on fait » Ed Ruscha, Catalogue Centre Georges Pompidou, 1989

Un colloque consacré à Ed Ruscha fut organisé par le centre Pompidou les 11 et 12 mars, au même moment la galerie Gagosian de Paris présente un ensemble majeur de son œuvre, de livres aux photos en passant par ses dessins et peintures, Ed Ruscha est l’artiste à l’honneur ce mois-ci.

C’est avec la peinture qu’Ed Ruscha signe son entrée dans la scène artistique durant les années 1960. Originaire du Nebraska, il étudie l’art à Los Angeles entre 1956 et 1960. Imprégné de l’atmosphère surréaliste de cette ville désert, il réalise des toiles évoquant sa fascination pour la ville des anges.

Large-Trademark-with-Eigh-006

Large Trademark, 1962

Il est également connu pour ses livres photographiques, ouvrages rassemblant des tirages au sujet commun de la ville de Los Angeles. Les titres de ses livres sont textuels « Twenty six gasoline stations » (26 stations à essence) rassemble des clichés de stations essence de los angeles, de même pour  « Thirty four parking lots » (34 parkings). Ce travail presque de collectionneur dans ces mini tableaux reliés sont presque des inventaires, nomenclatures de visions urbaines et architecturales de Los Angeles. Ces livres sont de véritables objets : « Je les considère comme un matériau visuel… Je les ai d’ailleurs considérés comme des sculptures… Ils ont un volume, ils ont une épaisseur  » (catalogue Centre Georges Pompidou, 1989).

ruscha_twentysixgasolinestations

Twenty six gasoline stations

Revenons sur Ed Ruscha, le peintre. Son style délibérément plat et à la perspective singulière, sans jeux de matière est depuis des années représentative d’un art pop contemporain américain et a inspiré de nombreux artistes aujourd’hui. Cette peinture, imprégnée du consumérisme américain et de la standardisation visuelle, inclue les mots dans le cadre pictural.  La photographie est l’outil de prédilection de cet artiste, un outil qui lui permet de capturer un instant une vision de cette ville qui l’inspire.

PRETTY EYES, ELECTRIC BILLS 1976 by Edward Ruscha born 1937

Pretty eyes and electric bills, 1976

« J’ai commencé à prendre des photos quand j’étais à l’école, mais sans intention sérieuse. J’aimais l’idée de pouvoir capturer ce qui est ici et maintenant, comme une réalité immédiate susceptible d’être ensuite évaluée et intégrée à une peinture. » Ed Ruscha

Son intérêt pour le graphisme, l’illustration et la bande dessiné se ressent dans son travail qui utilise souvent une mise en scène des mots dans l’image comme les comics.

ed_ruscha_another_hollywood_dream_bubble

Another Hollywood dream bubble popped, 1976

Les photographes comme Robert Frank et Eugène Atget mais surtout Walker Evans ont été des sources d’inspiration et modèles pour Ruscha. Il est également très marqué par le travail d’assemblage de matériaux sculpture de Rauschenberg ainsi que l’œuvre d’Ed Kienholz, un artiste qui utilise également le processus de réappropriation des objets du quotidien.

« La photographie me montrait comment était l’objet une fois mis à plat. Dès lors, je n’avais plus à faire les ajustements d’après nature. D’autres artistes transposent les trois dimensions du monde réel dans une image bidimensionnelle. Cela, la photographie le faisait pour moi. »

Si la peinture reste l’expression artistique primordiale de Ruscha, la photographie est toutefois le fil conducteur, les fondations de sa création et une passerelle entre tous ses médiums. L’outil photographique permet cette démarche de collectionneur, de classification presque clinique de ces sujets. Ed Ruscha garde tout de même un caractère mystérieux à ces arrangements où la profondeur se trouve à la surface.

1220OPARTRUSCHA_all

Ice at nice price, 2009

203

9 swimming pools, 1968

I PLEAD INSANITY BECAUSE I'M JUST CRAZY ABOUT THAT LITTLE GIRL 1976 by Edward Ruscha born 1937

I plead insanity because I’m just crazy about that little girl, 1976

Partager cet article :

Laisser un commentaire