Connaissez-vous Gérard Schlosser?

Voir plus loin - -

Peintre et photographe, cette semaine Artsper vous en dit plus sur une figure incontournable de l’art contemporain : Gérard Schlosser.

Né à Lille au début des années 30, Gérard Schlosser passe par l’Ecole des Arts appliqués de Paris où il se consacre à l’orfèvrerie. Après un passage à l’école des Beaux-Arts, il décide de se consacrer à la peinture en 1953.

schlosser1

Faisant le choix de la figuration, Schlosser imagine des fragments de corps peints en aplats et cernés de noir qui évoquent les recherches des artistes du Pop Art.

Dès 1967, il encolle systématiquement ses toiles de sable qui confère aux surfaces colorées une vibration particulière : chaque petit grain ajoute la profondeur de son propre modelé avec une part d’ombre et une part de lumière.

Pour réaliser ses tableaux, il a recours dès les années 70 à la photographie et à la technique du photomontage, associant par le découpage, deux ou trois éléments issus de documents différents. Il systématise par la suite ce procédé comme d’autres artistes français associés à la Figuration Narrative : Monory, Rancillac, Aillaud, Fromanger avec qui il participe à l’exposition Mythologies quotidiennes 2 en 1977. L’usage de l’épiscope qui permet de projeter une image sur la surface de la toile se généralise.

schlosser2

Alain jouffroy a dit de lui : « Schlosser est une caméra-œil, la caméra-œil d’un peintre-cinéaste, et pas seulement un œil. Mais cette caméra-œil — et cet œil — sont, comme ceux d’un cinéaste, indissolublement liés aux emplois du temps, aux emplois d’espaces d’une société. »

schlosser 3

 

Retrouvez les photomontages de Gérard Schlosser à la Galerie David Guiraud et sur Artsper!

Partager cet article :

Laisser un commentaire