Ces artistes qui se sont (malheureusement) essayés à la musique

Voir plus loin - -

Parce qu’il y a beaucoup d’artistes qu’on adore, mais qui un jour, par auto-dérision, par pied de nez à l’art contemporain, ou par simple amusement deçident de sortit de leur champ, plus précisément de se lancer dans la musique, nous leur dédions cette semaine un article. Martin Kippernberger, Joseph Beuys, Pipilotti Rist et Marcel Duchamp pour le bonheur de vos oreilles.

 

Martin Kippernberger
Il pourrait être qualifié de trublion de l’art contemporain, et se défini lui-même d’ « exhibitionniste et provocateur ». Nous avons tous en tête cette oeuvre blasphématoire qui représente une grenouille crucifiée une chope de bière à la main, qui fît scandal en Italie. Mais Martin Kippenburger a plusieurs cordes à son arc. En effet, il a été directeur d’une salle de concerts, le SO.36 qui a accueilli des pointures musicales telles qu’ Iggy Pop ou Lydia Lynch et fait enregistrer neuf disques en collaboration avec des artistes allemands (W.Büttner, Albert Oehlen, Günther Förg…). Mais malheureusement, il ne s’est pas contenté que de cela, et décide de lui-même sortir une vingtaine de titres de 1979 à 1995.

Voici son morceau, Yuppi du, qui date de 1987.


Joseph Beuys
Comme on le sait, c’est un artiste Allemand qui appartient au mouvement Fluxus, et qui est à la fois controversé et admiré.  Avec ses nombreux travaux proches de la sociologie et de l’écologie, il est considéré comme un artiste majeur de l’art contemporain.

Mais alors, pourquoi ce carnage auditif?


Pipilotti Rist
Cette artiste, de son vrai nom Elisabeth Charlotte Rist, à peine moins connue que les précédent, est une viséaste Suisse. Son travail tourne autour du défaut dans l’image, comme le flou, ou le brouillage. Le thème est souvent sentimental, elle traite l’idée du corps et de l’identité. Dans une video de 1997, Ever is over all, on la voit courir sur un trottoir au ralenti, en faisant mine de briser des rétroviseurs avec une fleur. Sorte de douce violence.

En revanche, cette reprise des Beatles, de 1968, elle, n’est pas douce. Elle y reprend son esthétique habituelle citée précédemment. Notons qu’elle a fondé un orchestre féminin, « Les Reines Prochaines »…



Marcel Duchamp
On ne présente pas Marcel Duchamp, l’artiste le plus important du XXème siècle, qui a traversé tous les courants sans jamais appartenir à un seul d’entre eux. Il a inspiré le grand compositeur John Cage, en 1947 avec Music for Marcel Duchamp, mais a lui-même « composé »: quelques notes de piano des plus soporifiques, le morceau, ici, s’appelle Erratum Musical et date de 1913. Pour Marcel Duchamp, l’idée était de faire une musique sans qualités sensibles.

Pari réussi.

Partager cet article :

Laisser un commentaire