5 CHOSES À SAVOIR SUR MISS TIC

Voir plus loin - -

Figure de l’art urbain appréciée pour sa féminité et son originalité, Miss Tic est pourtant restée longtemps en marge du milieu de l’art. Sa technique, le pochoir, n’est alors pas perçue comme un mode de création : au mieux c’est une œuvre éphémère, au pire une dégradation de bâtiments. Les jeunes graffitistes des années 1980, dont elle fait partie, et leurs prédécesseurs, Ernest Pignon-Ernest, Ben, Jacques Villeglé ou Raymond Hains, sont mal considérés. Il faudra longtemps avant que ce préjugé du milieu de l’art ne s’inverse. Artsper vous révèle 5 informations que vous ignoriez peut-être sur la vie de cette artiste à l’oeuvre poignante et lyrique.

 

{1. MISS TIC ET LA BANDE DESSINÉE}

MissTicArtsper

Le pseudonyme que l’artiste se choisit en 1985 est emprunté au personnage de la sorcière railleuse « Miss Tick » dans Le Journal de Mickey. Dans ces années 80 beaucoup de jeunes artistes puisent des idées de surnoms dans les bandes dessinées, tels que Placid et Muzo, les frères Ripoulin, Blek le rat ou encore Speedy Graphito.

{2. MISS TIC ET LA POLITIQUE}

misstic_presidente-02_2

Miss Tic – Miss Tic présidente, 2002

Avec sa campagne « Miss Tic Présidente » en place depuis 1988, l’artiste se plaît à dire qu’elle compte a son actif « autant de campagnes qu’Arlette Laguiller », soit bientôt l’équivalent de 7 campagnes présidentielles.

 

{3. MISS TIC ET LA LOI}

misstic loi

Miss Tic – La poésie est un sport de l’extrême, 2008

Miss Tic doit obtenir des permis pour pocher sur les murs de Paris depuis une condamnation en 1999, à cause d’un propriétaire mécontent. En ville, la multiplication des tags et des bombages est perçue par les autorités comme l’une des expressions de l’insécurité. Pour l’artiste : « Dire que la poésie est un sport dangereux est tout sauf accessoire ». En 1997, Miss Tic n’échappe pas à une arrestation et à un procès pour « détérioration d’un bien par inscription, signe ou dessin », qui se conclut, en 2000, devant la cour d’appel de Paris par une amende de 4 500 €.

 

{4. MISS TIC ET LA MODE}

MissTicLV

Miss Tic – Carton d’invitation Louis Vuitton, 2001

Miss Tic réalise plusieurs collaborations avec des grandes marques comme Longchamps, Kenzo et Louis Vuitton, pour qui elle conçoit des cartons d’invitations, des tee-shirt ou des montres. L’artiste réalise aussi des œuvres qui ont l’apparence d’une couverture de magazine comme Vogue et Elle.

 

{5. MISS TIC ET LE SEPTIÈME ART}

MissTicChabrol

Miss Tic – La fille coupée en deux, 2007

L’artiste crée, en 2007, une affiche pour le film de Claude Chabrol « La Fille Coupée en Deux ». Le film, tout autant que les pochoirs de Miss Tic, donne à voir un portrait de femme, entre passion et effroi, accompagné d’une lourde charge satirique.

Partager cet article :

2 Commentaires


Natsumme

Publié le 25 juin 2016, 10h01

Oui, Miss Tic est une grande artiste. Qd je traverse certains quartiers, c’est ses tags que je recherche en premier. Et il y a d’autres artistes qui ont suivi. L’article meriterai a en dire plus

Alain Eludut

Publié le 21 juin 2016, 18h47

Présentation un peu sommaire, c’est dommage. La force de Miss Tic résidait quand même dans ses pochoirs sauvages sur les murs. Il y avait une grande force qui tenait sans doute à la fois de la précarité du support et du risque encouru. Ses œuvres, pour certaines, qui se dégradaient au fil des semaines ou au fil des mois acquéraient une force que n’ont pas ses œuvres sur papier, hélas. Sur papier, il s’agit plus d’illustration, voire de décoration. Le mur était politique et ses slogans, ses jeux de mots, ses poèmes avaient alors une grande imprégnation dans la ville que chacun pouvait ressentir, à l’opposé d’une image sur une voiture de location. Mais la marginalité a un coût et je comprends qu’elle ait choisi de sortir de cette précarité. Merci cependant de la présenter ainsi.

Laisser un commentaire