10 idées reçues sur le marché de l’art…

Voir plus loin - -

{Le marché de l’art et ses faux-semblants}

Le marché de l’art est l’objet de tous les fantasmes et de tous les extrêmes. El dorado pour certains, puits sans-fonds pour d’autres, ce marché représentant quelques $60 milliards jouit d’une réputation aussi glorieuse que sulfureuse.

Artsper fait la part des choses et sépare le vrai du faux à propos de 10 idées reçues dans le marché de l’art.

« C’est intimidant ! »

Si vous passez les portes d’une galerie, vous redoutez le regard hautain des employés? C’est parce que une importante partie de leur salaire est à la commission, et du coup ils pèsent votre compte bancaire au premier regard. Mais ne vous méprenez pas, ce sont de vrais passionnés d’art contemporain, et ils sont toujours ravis de vous renseigner sur le travail d’un artiste… N’hésitez jamais à demander une information ou un avis au un employé de la galerie, ils sont très prévenants et attentifs. D’autant plus votre habit ne fait pas toujours le moine !

marché de l'art

« C’est un sport de milliardaires »

C’est sûr que lorsqu’on voit un Picasso vendu à €125 millions, un Cézanne à €190 millions et un Gauguin à €250 millions, on se dit que les milliardaires ne savent vraiment plus quoi faire de leur argent. Mais ce sont des cas uniques ! La plupart des collectionneurs sont des gens comme vous et moi, amateurs, curieux, et avec des budgets très limités.

marché de l'art

« C’est trop cher pour moi »

Faux ! Si c’est vrai que Jeff Koons, Andy Warhol, JM Basquiat se vendent des fortunes, ils représentent moins d’1% du marché de l’art. La grande majorité des œuvres se vendent sous les 3.000€ et vous pouvez trouvez des œuvres uniques à partir de 100€ ! Regardez sur Artsper, tout a déjà été sélectionné pour vous.

marché de l'art

« Les artistes sont déjà assez riches comme ça ! »

Ok… Damien Hirst a une fortune estimée à plus de $400 millions. Mais ne rêvez pas, plus de 90% des artistes ne vivent pas de leur art. Et seulement 5-6% des artistes ont pu vivre toute leur vie de leur art sans interruptions.

marché de l'art

« C’est impossible si on habite pas Paris-Londres-New-York ! »

Non pour deux raisons : la première c’est qu’il y a des galeries d’art dans toutes les grandes villes. Utilisez Google Maps ! La deuxième, c’est qu’avec des sites comme Artsper, vous pouvez achetez dans des galeries du monde entier, depuis votre canapé !

marché de l'art

« C’est trop incertain, on sait jamais si l’artiste va prendre de la valeur ! »

Et heureusement ! Si jamais on pouvait anticiper le succès d’un artiste, les artistes ne prendraient jamais de risques et se conformeraient seulement un algorithme savant… Et du coup l’art cesserait d’exister ou deviendrait insignifiant. Alors n’essayez pas d’anticiper votre retour sur investissement, et laissez vous guider par les émotions et votre instinct.

marché de l'art

« C’est comme faire de l’épargne ! »

Oui et non… C’est vrai que certains artistes très réputés ont des grandes chances de prendre de la valeur et que ça attire des collectionneurs qui font des placements purement financiers. Mais ça ne marche pas systématiquement, la cote d’un artiste peut toujours chuter ! Par exemple, dans les années 90, un groupe d’artistes du mouvement YBA (Young British Artist) faisaient un hold-up sur le marché de l’art (Julian Schnabel et David Salle notamment), avec des prix plus élevés encore que Andy Warhol. Aujourd’hui, ils représentent 1/20e de la valeur d’Andy !

marché de l'art

« Je pourrais le faire moi-même plutôt que de l’acheter une fortune ! »

Eh bien faites ! L’œuvre n’aura aucune valeur mais si elle vous procure autant d’émotion, il n’y a pas de raisons de s’en priver… Un certain John Czupryniak a d’ailleurs tenté l’expérience. Révolté que le musée d’Ottawa ait acheté une toile de Barnett Newman bi-chromatique (seulement 2 couleurs peintes en larges bandes) pour $1,8 millions, ce peintre en bâtiment décide de refaire l’œuvre à l’identique, et de la vendre $400. Une belle occase !

marché de l'art

« Une œuvre, il faut la voir pour pouvoir l’acheter »

Ça se défend… Même si bon nombre de collectionneurs ont déjà pris l’habitude d’acheter l’œuvre via catalogue et téléphone. Car aujourd’hui, avec la qualité photographique, la résolution des écrans, la qualité d’impression, etc. l’effet est presque le même.

68% des collectionneurs affirment d’ailleurs avoir déjà acheté en ligne.

marché de l'art

« Le marché, ça pervertit les œuvres d’art »

Arrêtons avec l’image de l’artiste bohème qui ne sera reconnu qu’après sa mort et pour qui l’argent n’est que secondaire. Cette vision romantique et non-mercantile n’est plus d’actualité. Est-ce un bien ou un mal, là n’est pas la question. C’est une réalité, et voir l’art comme une chose qui ne se vend pas relève plus de la naïveté que du rêve…

marché de l'art

Partager cet article :

Laisser un commentaire