10 choses à savoir sur Bill Viola

Voir plus loin - -

A l’occasion de la rétrospective de l’œuvre de Bill Viola au Grand Palais, la première en France, Artsper revient sur le parcours du fer de lance de l’art numérique.

{ 1 }

Bill Viola est né à New York le 25 janvier 1951.

{ 2 }

Il commence par étudier les arts plastiques dans sa ville natale. Peu en phase avec les medium traditionnels, il rejoint vite une section créée par Jack Nelson, « the experimental studio », où il entre en contact avec la vidéo.

{ 3 }

Avant de devenir le maitre de l’art vidéo, il joue avec le son, prend des cours de musique électronique. Cet intérêt originel lui permettra d’aborder d’abord la vidéo en termes de signaux, et non d’images.

{ 4 }

Des 1972, entrainé par l’effervescence de la mouvance de l’art vidéo, qui regroupe des artistes comme Nam June Paik, Bruce Nauman ou Richard Serra, il embrasse totalement ce nouveau medium. En 1975, dans une peformance intitulée Free Global Distribution, il tente, en une journée, d’apparaître sur le maximum de photo de touristes à Florence. Facétieux.

{ 5 }

Dans les années 1980, au cours d’un voyage au Japon, il rencontre le maître zen Daien Tanala qui devient son guide spirituel.

{ 6 }

Sa démarche devient intimiste, empreint de spiritualité. Les thèmes sont récurrents : vie, mort, sommeil rêve, eau, feu…

{ 7 }

En 1991, sa vidéo la plus célébre, The Passing, (54m) évoque une réflexion simultanée sur la vie et la mort, alors qu’il vient d’avoir son deuxième enfant et de perdre sa mère. Une vidéo angoissante à la bande son travaillée, où l’on voit des images de son fils, de sa mère sur son lit d’hopital, des paysages désertiques, et l’artiste dans son lit. Contrairement à Nam June Paik, éxubérant et ludique, Bill Viola est affilié à un courant de l’art vidéo plus discret et moins bidouilleur.

{ 8 }

En 1995, il  est le représentant des  États-Unis à la Biennale de Venise. Il expose The Greeting (27s), inspiré de la Visitation du peintre maniériste Pontormo. Dans cette installation Viola donne vie à la peinture : sur un écran plat à cristaux liquides, cette œuvre présente les mouvements ralentis de femmes interprétant les personnages du tableau. En 2001, elle a été la première œuvre d’art vidéo acquise par le Metropolitan Museum of Art de New York.

{ 9 }

En janvier 2004, The Passions à la National Gallery de Londres est la première exposition consacrée entièrement à l’artiste.

{ 10 }

 L’exposition du Grand Palais est la première retrospective de l’artiste en France.

emergence_1

The Emergence

thereflectingpool0_11

The Reflecting Pool

BillViolathecrossing

The Crossing

acceptance,2008

Acceptance

Partager cet article :

Laisser un commentaire