LES EXPOS DU MOMENT À NE PAS MANQUER

Rencontres - -

Las de la sempiternelle bronzette, cap vers les musées. Elles ne promettent ni teint de pêche ni vitamine D, mais un bain de fraîcheur aussi revigorant. On y troque les lunettes de soleil pour un regard bien aiguisé, vers Tel Aviv, Séoul ou Marseille. Sous 5 expositions,  Artsper détrône la haute température par un haut vol plastique.

 

PARIS

 

KADIST ART FOUNDATION. HAIG AIVAZIAN: 1440 COUCHERS DE SOLEIL PAR 24 HEURES

zidane

Salle de garde à vue du Stade de France, documentation, 2017 © Kadist Art Foundation

 

L’histoire est rocambolesque. Par une infiltration dans les coulisses des salles de garde à vue du Stade de France et sous l’œil des caméras et des algorithmes utilisés par les clubs et la police, l’artiste originaire de Beyrouth, Haig Aivazian bâtit son exposition à l’espace Kadist. On y décèle les profils enregistrés et fabriqués par les clubs et la police depuis la Coupe du monde de 1998 et l’Euro 2016, et, on y trame les logiciels de surveillance, la géolocalisation des smartphones, les prémisses du contrôle de l’éclairage public et des couvre-feux.

 

Où ? KADIST, PARIS, 19bis/21 rue des Trois Frères, 75018
Jusqu’au 24 septembre 2017

 

 

 

 

LA VILLETTE. « IMAGINE VAN GOGH » 

 

vangoghlavillette« La Nuit étoilée » de Van Gogh projetée à la Grande halle de La Villette durant l’exposition « Imagine Van Gogh »

Les oeuvres s’étirent, les aplats de couleurs et l’espace-temps avec. A travers une flânerie van goghienne… on se perd, on se heurte, on se sent tout petit face à l’infiniment grand que lègue le peintre et dessinateur néerlandais. « Surgissement d’un autre monde » selon Deleuze ou expérience du sublime pour Kant, les traits plastiques deviennent palpables.

 

Où ? La Villette, 211 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris
Quand ? Jusqu’au 10 septembre 2017

 

MARSEILLE 

 

« VIES D’ORDURES » ET EXPOS D’ETE AU MUCEM

Capture d’écran 2017-07-11 à 15.51.17

Vue de l’exposition « Aventuriers des Mers » Méditerranée – océan Indien VIIe – XVIIe siècle © Mucem

 

Sujet ombragé de la campagne politique, le Mucem met en lumière les enjeux écologiques, symptomatiques de la crise actuelle, dans l’une de ses expos de l’été « Vies d’ordure ». Sous un prisme d’esthétique sociale, les oeuvres (in)filtrent nos modes de vies, de la consommation à la production. Notre poubelle, en ligne de mire, se révèle sous un nouveau visage par un traitement des déchets divergent selon les sociétés. Quitter la porte du musée avec un peu plus de clairvoyance face aux conséquences de nos micro-gestes du quotidien, tel est le geste salutaire d’une exposition à « traiter » en cas d’urgence. D’autant plus qu’il ne reste plus que quelques jours pour profiter de l’exposition ! Vous pourrez tout de même voguer dans les dix ans de récits épiques et de découvertes de trésors présentés à l’exposition « Aventuriers des mers. Méditerranée – océan Indien. VIIe—XVIIe siècle » jusqu’au 9 Octobre 2017.

 

Où ? Mucem, 7 Promenade Robert Laffont, 13002 Marseille

Quand ? Jusqu’au 14 août 2017

 

AILLEURS

 

SEOUL. « HIGHLIGHTS », LA COLLECTION FONDATION CARTIER POUR L’ART CONTEMPORAIN AU SeMA 

Capture d’écran 2017-07-11 à 15.55.35Jean-Michel Othoniel, L’Unicorne, 2003, métal et verre soufflé, 194 x 70 x 50 cm

La Collection de la Fondation Cartier pour l’art contemporain plie bagages vers le musée d’art de Séoul, avec l’exposition Highlights. La crème de l’art jalonne l’exposition : Ron Mueck, David Lynch, Sarah Sze, Raymond Depardon, Chéri Samba ou encore Jean-Michel Othoniel.… S’y associent encore, les artistes coréens Park Chan-wook et Park Chan-kyong, Lee Bul et Sunwoo Hoon en écho avec les oeuvres de la Fondation Cartier pour une empreinte d’orfèvre.

Quand ? Jusqu’au 15 août 2017
Où ? 61 Deoksugung-gil, Seosomun-dong, Jung-gu, Seoul, Corée du Sud

 

 

TEL AVIV. « DEAD END » SELECTED WORKS FROM THE MUSEUM COLLECTIONS, MUSEUM OF ART

 

Capture d’écran 2017-07-11 à 15.31.33© Liat Elbling

La collection du Musée d’art de Tel Aviv tire son épingle du jeu en adoptant une nouvelle pièce à conviction. Une installation immersive, intitulée Dead End et signée Miroslaw Balka, compose une salle au vide tangible. Et le trouble s’infiltre jusqu’aux espaces bidimensionnelles de Ljat Elbling, aux lignes de François Morellet, aux fragments intérieurs de Henry Shelesnyak, à la surface de Yayoi Kusama, aux couleurs restreintes de Robert Rauschenberg…

Une fois de plus, le Musée d’art de Tel Aviv confirme son statut d’institution centrale sur le territoire Israélien, en associant innovation et fraîcheur.

Où ? Tel Aviv Museum, 27 Shaul Hamelech Blvd, POB 33288,  The Golda Meir Cultural and Art Center, Zip code: 61332012 Tel Aviv, Israel

Partager cet article :

Laisser un commentaire