La touche artistique de… Christophe Lambert

Rencontres - -

César du meilleur acteur en 1986 avec Subway de Luc Besson et héros du blockbuster Highlander dans la foulée, Christophe Lambert s’est construit au fil des années une filmographie à la fois complète et insaisissable. En 2012, nous avons eu le plaisir de le retrouver dans le très bon film d’Anne Fassio Ma bonne étoile. Egalement écrivain (La fille porte-bonheur), Christophe Lambert est aussi un passionné d’art contemporain. Il a accepté de se livrer pour Artsper sur ses coups de cœur. Un grand merci à lui !

Artsper: L’expo qui vous a le plus touché en 2012?
L’expo Dali au Centre Pompidou que je suis allé voir récemment. C’est un artiste atypique. Il n’a pas inventé le genre surréaliste, mais il en a une approche très personnelle. Son extrême extravagance me plait beaucoup.

A: Se rendre à une expo pour vous c’est seul? En famille? Entre amis?
Avec Sophie. On adore la peinture tous les deux, on emmène parfois les enfants à des expos, dans des galeries. Ils sont assez sensibles à l’art, même si leurs activités personnelles passent avant tout.

A: L’œuvre d’art que vous rêveriez de posséder?
« Les Iris » de Van Gogh, j’adore les fleurs. Dans un autre genre: « le Cri » de Munch, pas pour la notoriété ou la valeur qu’il représente mais parce que cette œuvre me parle beaucoup. Ce cri de détresse au milieu de couleurs extrêmement positives me fascine.

A: Un rendez-vous artistique que vous essayez de ne jamais manquer?
Les foires en général. La FIAC à Paris, la Frieze à Londres… Pour l’ambiance, la possibilité de découvrir de nouveaux artistes, confirmés ou non, mais aussi la possibilité de suivre l’évolution d’artistes que j’apprécie, à travers ces foires.

A: L’artiste toutes disciplines confondues que vous souhaiteriez inviter à diner?
Malheureusement il est mort : Picasso. C’est pour moi l’artiste le plus complet qui ait jamais existé. Il est passé par le cubisme, la période bleue et même l’inspiration Goya. C’est un artiste complet et prolifique, il devait être passionnant.

A: Une découverte artistique dont vous êtes particulièrement fier?
Enoc Perez, originaire de Porto Rico et qui habite aujourd’hui à NY, pour son sens des couleurs. Il peint des immeubles, des bouteilles de Bacardi,qu’il dit être des autoportraits. Un grand peintre c’est quelqu’un qui fait vivre la peinture, qui fait sortir la nature morte du tableau. Enoc Perez atteint cet art. Un ami m’a également fait découvrir un « street artist »: JonOne. Il a une énergie incroyablement communicative, ses jets de couleurs sont exceptionnels. Il a su passer du street art graffiti à la vraie peinture!

A: Avez-vous déjà connu une expérience frustrante ou un certain malaise face à l’art contemporain?
Non (il n’y a pas de frustration quand on aime). Dès lors que l’artiste parle, il n’y a pas de frustration. L’appréhension est personnelle, on voit les choses qu’on a envie de voir.

A: Acteur et désormais écrivain (« La fille porte bonheur ») avez-vous également d’autres talents artistiques comme la peinture ou la photo?
Pas du tout. J’aimerais ou je pourrais en travaillant, jouer du piano.

A: Votre film préféré?
Il était une fois dans l’ouest.

A: Votre livre préféré?
Des fleurs pour Algernon, écrit par Daniel Keyes.

A: Question sans justification: NY ou Paris?
C’est difficile mais je dirais NY parce que c’est la ville la plus complète qui existe dans le monde de l’art. On peut en permanence y faire des découvertes nouvelles plutôt que des rétrospectives ou expositions de gens déjà connus.

A: Que pensez-vous du projet Artsper?
Je trouve l’idée très bonne, utiliser internet pour rendre accessible/visualisable nouveaux et anciens artistes. Amener les gens à la conscience d’une certaine forme de beauté et d’expression qui procure des émotions c’est important.


Partager cet article :

1 Commentaire


Verley

Publié le 06 décembre 2012, 19h06

J’adore Christophe Lambert, excellent que vous ayez pu l’interviewer! Bravo

Laisser un commentaire