INTERVIEW TOM ELSNER – ARTRABBIT

Rencontres - -

Crée en 2006 par Tom Elsner, ArtRabbit offre une plateforme intéressante pour les amateurs d’art contemporain. En effet, toutes les expositions et évènements culturels du monde sont connectés à cet espace. Artsper a rencontré Tom Elsner : rencontre.

{Artsper} Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

{TOM ElSNER} Je viens d’Allemagne mais je vis à Londres depuis près de 20 ans. J’ai déménagé là bas pour étudier le graphisme. Je voulais étudier quelque chose de plus appliqué après ma licence en Histoire de l’art et en Psychologie. Après l’université, j’ai installé une entreprise de design spécialisé en projets numériques pour des ONG. La deuxième entreprise que j’ai créé (Bureau for Visual Affairs) était axé principalement sur des projets pour le Tate, le National Gallery ou le site internet de Damien Hirst.

{A} Comment avez-vous trouvé l’idée de ArtRabbit ?

{T} En 2008, nous avons crée un prototype de ArtRabbit. ArtRabbit est née d’une frustration liée aux listing d’expositions d’art à l’époque qui mentionnaient seulement les grands évènements. Même si Londres avait tellement d’activité, il n’avait pas de lieu central pour se renseigner. On utilisait le mapping et un index de popularité un peu blasphématoire mais nécessaire pour rendre les listings plus accessibles. ArtRabbit a décollé assez vite, mais était toujours jusque l’année dernière, un projet secondaire par rapport aux autres projets dans lesquels j’étais impliqué. L’été de l’année dernière, j’ai commencé a travaillé sur une version amélioré de ArtRabbit qui permettait des listings du monde entier. La version actuelle fut lancée en Novembre 2014 et bien plus de choses sont à venir pour 2015.

{A} Pourquoi le nom ArtRabbit ?

{T} Je pourrai vous dire que les lapins ont toujours été important dans l’art contemporain. Je pourrai citer Joseph Beuys et son œuvre « How to explain pictures to a Dead Hare » (Comment expliquer des images à un lièvre mort) (https://www.youtube.com/watch?v=Mo47lqk_QH0) comme source d’inspiration. Je pourrai me référer aux qualités iconiques du Mylar Bunny de Jeff Koons (http://www.jeffkoons.com/artwork/statuary/rabbit). Mais tout cela serait de la rationalisation postérieure. Nous avons trouvé le nom lors d’une discussion tardive et nous aimions simplement les qualités iconiques et accessibles des lappins et ArtRabbit nous est apparu comme une évidence. Un nom marrant et facile à mémoriser. Enfin, nous avons vérifié la disponibilité sur .com et c’était bon !

beuys-deadhare2

Joseph Beuys, How to explain pictures to a Dead Hare

Jeff Koons

Jeff Koons, Mylar Bunny

{A} Quel évènement culturel attendez-vous le plus pour 2015 ?

{T} A travers ArtRabbit, je suis tenu au courant de tellement d’évènements chaque semaine que je ne saurai vous répondre. C’est difficile pour moi de favoriser quelques évènements pour une année entière. Pour ne pas complètement éviter la question, je vais répondre par l’architecture. Le Serpentine Pavilion m’intéresse beaucoup chaque année, c’est un de mes incontournables. Vu que c’est un bâtiment temporaire, c’est un lieu d’exposition particulier et j’ai hâte de voir ce que Selgas Cano, l’architecte choisi pour 2015 va en faire.

 

{A} Quels sont vos artistes préférés en ce moment?

{T} Je suis toujours rappelé de choses auxquelles je ne pensais pas depuis un moment quand un flow d’évènements arrivent et se croisent. J’ai beaucoup aimé l’exposition de Ed Atkins au Serpentine l’été dernier(https://www.artrabbit.com/events/ed-atkins) et également Pipilotti Rist (https://www.artrabbit.com/events/pipilotti-rist-worry-will-vanish) et Rachel Reupke (https://www.artrabbit.com/events/rachel-reupke-letter-of-complaint). Je m’intéresse également à l’art digital. J’ai particulièrement hâte de voir ce que Ryoji Ikeda va réaliser au CERN. J’aurai aimé voir le “Random Darknet Shopper project” de IMEDIENGRUPPE BITNIK à St-Gallen en Suisse (https://www.artrabbit.com/events/the-darknet-from-memes-to-onionland-an-exploration).

 

{A} Que pensez vous de Artsper et de son projet d’art en ligne?

{T} Je pense que c’est une période propice pour le développement du marché de l’art en ligne. Il ya quelques années, il y avait toujours beaucoup de réticence à acheter de l’art sur l’internet. Cependant, progressivement, les gens s’adaptent et se font à l’idée et je pense que ce n’est que le début ! Beaucoup de choses vont changer quand aux plateformes de ventes et d’acheteurs. J’aime l’idée que Artsper choisis les galeries représentées sur la plateforme. Cette approche rend l’art accessible à une clientèle plus large ce dont le marché a besoin.

 

{A} Pensez vous que l’on consommera l’art différemment à cause du web ?

{T} Je ne sais pas si vous vous rappelez à quel point il était difficile de se faire remarquer en tant qu’artiste avant que internet n’existe. Il fallait apparaître dans un livre ou un magazine dans une grande ville. L’édition et puis l’accessibilité ont été transformées par internet. L’idée de Chris Anderson « documentation of the long tail phenomen » en parle c.à.d. publier quelque chose en vaut la peine même s’i l n’existe qu’un public très restreint – je peux atteindre cette audience à travers le Web et le Web va continuer à transformer comment on produit et consomme l’art.

Encore des lapins avec Artsper !

orginal_-2_898963

Rémy Pagart, Lemon Rabbit

orginal_20zeimertlapinchasseur_670755

Christian Zeimert, Lapin Chasseur

orginal_ntitled-1_927632

Caroline Maurel, Eros et Thanatos

orginal_peter_189137

Charlotte Champion, Peter

orginal_photo3_64127

Kate Knight, Adoration

Partager cet article :

Laisser un commentaire