ENKI BILAL ET LES FANTÔMES DU LOUVRE

Non classé - -

A l’heure où la bande dessinée est entrée dans les maisons de vente aux enchères, Enki Bilal est l’un des dessinateurs qui a contribué à lui faire acquérir ses lettres de noblesse et à brouiller la frontière entre beaux-arts et « art mineurs ».

Né en 1951 à Belgrade -dans l’ancienne Yougoslavie- d’un père maître-tailleur pour le compte de Tito, Enki Bilal développe très tôt un univers marqué par l’histoire trouble de son pays et son exil en France à l’âge de 10 ans. C’est à Paris qu’il découvre la bande dessinée et le cinéma. Après avoir remporté un premier concours de bande dessinée à l’âge de vingt ans, il décide de se consacrer au dessin. Il réalise également plusieurs films emprunt du graphisme de son univers papier tels que Bunker Palace Hotel, et Tykho Moon.

Mis à l’honneur l’an dernier au Musée des Arts et Métiers dans une exposition intitulée Mécanhumanimal, Enki Bilal a également mené un projet moins connu au Musée du Louvre pour lequel il a pris en photo près de 400 œuvres emblématiques du musée sous un nouvel angle.Sur ces 400 clichés, l’artiste en a gardé 23 qu’il a fait imprimer sur des toiles, et sur lesquelles il a ensuite peint des personnages au pastel et à l’acrylique.

Ces personnages sont les « fantômes du Louvre »: femmes, hommes ou enfants qui errent près de l’œuvre qui les a marqué à jamais telle la Joconde, la Victoire de Samothrace, un buste égyptien ou encore un Christ couché. L’alliance de la modernité du style d’Enki Bilal avec les oeuvres classique du Musée du Louvre provoque un dialogue riche et envoûtant. Ces visages sont évanescents et pourtant acquièrent une réelle présence sur la toile.La série fut exposée au Louvre de 20 décembre 2012 au 18 mars 2013 dans la salle des Sept-Cheminées.

Artsper a sélectionné pour vous six des plus beaux fantômes du Louvre…

{1.}

Bilal-fantomes-louvre-01

 

{2.}

Bilal-fantomes-louvre-11

{3.}

1

{4.}

Bilal-fantomes-louvre-06

{5.}

Bilal-fantomes-louvre-10

{6.}

102_67841

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire