8 ARTISTES QUI VOUS FERONT REDECOUVRIR LE DESSIN

Rencontres - -

Longtemps cantonné à la préparation de l’œuvre d’art, le dessin est souvent un genre mineur au sein des institutions muséales. Pourtant, la diversité du dessin et sa richesse sont indéniables, surtout à la lumière de la semaine du dessin à Paris. Les foires du dessin présentent chaque année des travaux qui éveillent des sensations bien différentes de celles ressenties à la rencontre d’un tableau ou une photographie. Très vite, la curiosité et le désir se mettent en marche, et le dessin nous semble bien loin d’être un trait sur un papier !

 

Artsper revient sur 8 approches différentes du dessin :

 

{1. La composition, par GOTTFRIED HONEGGER}

L’artiste ne trace pas la route en aveugle mais avance sur un fil tendu entre abstraction et géométrie et compose son œuvre selon un système minutieux. Le relief et la monochromie sont particulièrement travaillés dans ce langage plastique.

26502_1_l

Gottfried Honneger, Sans titre, 2003, Galerie La Ligne, Courtesy Artsper

 

{2. La forme organique par ANAÏS CHARRAS}

Degas rappelait que « Le dessin n’est pas la forme, c’est la manière de voir la forme. » Dessinant au crayon graphite sur papier, Anaïs Charras travaille des formes organiques complexes et dévoile un univers enchanteur.

14774_1_l

Anaïs Charras, Le dernier invité #1, 2014, Courtesy Galerie KO21, Courtesy Artsper

{3. Le classique par FRANCINE VAN HOVE}

Le travail de Francine Van Hove n’est pas une soumission au modèle, mais une reproduction singulière. À l’origine, il y a l’enregistrement d’un moment réel qui est un excitant perpétuel pour sa réflexion, mais la magie de son coup de pinceau prend le dessus.

21034_1_l

Francine Van Hove, Etude pour « Jour et nuit », 2008, Courtesy Jean-Marie Oger

 

{4. Le sujet par LAHCEN KHEDIM}

 

« Hommes, regardez-vous dans le papier » écrivait Henri Michaux. Chaque période de création chez Lahcen Khedim est éclairée par la période précédente. Se trouve ainsi développée une grande fresque de son histoire personnelle, et à travers elle l’histoire humaine confrontée à l’hostilité naturelle de notre monde.

lahcen

Lahcen Khedim, Untitled 1, 2015, Courtesy Artsper

{5. La spontanéité par BÉATRICE MEUNIER-DÉRY}

Telle une acrobate, Béatrice Meunier-Dery cultive des postures périlleuses ; elle improvise, va et vient, se perd et se trouve dans une conception amoureuse du trait pour créer des rendus drôles et complexes.

b

Béatrice Meunier-Déry, Solitaire et arbre coeur, 2015, Courtesy Galerie Rêve-ville

{6.Le rendu photographique FLEURION}

Les protocoles que Fleurion s’invente font de lui un explorateur. Il aime à dessiner avec les ombres et la lumière, et le rendu est d’un réalisme fascinant.
6898_1_l

Fleurion, Fonte, 2014, Courtesy Artsper

{7. L’ironie par OTTO D’AMBRA}

Ce qui se dessine est une réalité qui exige beaucoup de patience. Otto D’ambra appose beaucoup d’ironie et des détails singuliers sur des pages de journaux. Le trait a sa propre épaisseur ; il atteste de l’apparition d’un plan imaginaire à la surface duquel une chimère vient s’inscrire. Il fend l’espace.

37258_1_l

Otto d’Ambra, Thinking about Emancipation, 2015, Courtesy Jonathan F. Kugel, Courtesy Artsper

Partager cet article :

3 Commentaires


BEN FRAJ

Publié le 02 juin 2016, 14h41

L art,c est l expression de sentiments, de besoin et de vouloir par le pinceau par l image et autres formes reproductrices

Nina

Publié le 31 mai 2016, 16h52

A voir et à revoir!!

ghislain

Publié le 10 mai 2016, 09h11

L’art c’est moi , c’est vous,c’est Dieu et toutes ces œuvres sont si belles qu’elles montrent une fois de plus que dans la création artistique l’Homme est le rival de Dieu dans sa capacité à créer des êtres et des choses éternelles .

Laisser un commentaire